Dernières nouvelles

Visite présidentielle cruciale à Londres

8 Novembre 2015 8:57 pm

 

Le Premier ministre britannique David Cameron a reçu le président Abdel Fattah al-Sissi jeudi dernier.Le président al-Sissi avait été invité le 17 juin pour des entretiens avec Cameron.

Al-Sissi s’est rendu pour la première fois en tant que président de l’Egypte au Royaume-Uni jeudi pour rencontrer le Premier ministre britannique pour discuter des questions régionales et internationales. Les deux hommes ont discuté des questions de sécurité au Moyen-Orient tels que les derniers développements en Syrie, en Libye et au Yémen. En septembre, le chef d’état-major des forces armées égyptiennes, le lieutenant-général Mahmoud Hégazy, s’était rendu à Londres où lui et les responsables militaires britanniques de haut rang avaient discuté du rôle que le Royaume-Uni peut jouer pour soutenir l’Égypte dans l’action efficace de lutte contre le terrorisme, et la façon de coopérer pour assurer un avenir stable pour la Libye.

Cameron a exprimé son soutien à Sissi et les réformes qu’il mène pour relancer l’économie égyptienne, ainsi que son désir de voir des progrès politiques qui sont considérés comme la «base» à long terme de la stabilité en Egypte. Le Royaume-Uni s’est félicité de l’élection d’un nouveau parlement en Egypte. La première phase des élections a été achevée le mois dernier, tandis que la seconde doit avoir lieu du 21 au 23 novembre.

Trois sujets étaient à l’ordre du jour des entretiens bilatéraux: la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme en Egypte et dans la région, aider l’Egypte à devenir une démocratie “stable et prospère”, et économique, les liens commerciaux et éducatifs.

Sissi et Cameron ont discuté de l’amélioration des liens commerciaux, en se fondant sur la position de la Grande-Bretagne comme le “plus grand investisseur” en Egypte, avec plus de 25 millions de $ injectés dans l’économie en difficulté depuis 2010 et sur les exportations entre les deux pays qui étaient de plus de 1,5 milliard de $ l’an dernier.

Al-Sissi a en outre rencontré le ministre de la Défense Michael Fallon pour discuter de la coopération politique et militaire.

Al-Sissi s’est réuni avec les membres du Parlement britannique, affirmant l’importance de la collaboration entre le parlement égyptien à venir et son homologue britannique. Sur le plan économique, Al-Sissi rencontré des hommes d’affaires et le personnel des finances pour discuter de différentes opportunités d’investissement en Egypte.

La Grande-Bretagne considère que comme pays arabe et musulman, l’Egypte joue un grand rôle dans la lutte contre les combattants de l’Etat islamique en Irak et en Syrie et la lutte contre “l’extrémisme”.

L’Egypte a un rôle politique et stratégique important à jouer dans la région pour soutenir la stabilité, faire face à la menace croissante de groupes terroristes et la mise en œuvre de solutions politiques aux crises.

Pour les officiels britanniques, l’Egypte est un pays crucial dans une région cruciale et est témoin d’un moment crucial.

Par ailleurs, à la veille de sa visite à Londres, le président égyptien a rejeté les allégations qu’un avion de passagers russe a été abattu par une branche de l’Etat islamique comme étant de la propagande, après que la compagnie aérienne a déclaré que l’accident qui a tué les 224 personnes à bord était dû à des facteurs «externes». L’analyse des “boîtes noires” qui pourrait résoudre le mystère de ce qui est arrivé au jet condamné devait commencer mardi. La commission du gouvernement de la Russie chargée de superviser la sonde de l’accident l’a également rencontrée. Les remarques du président Abdel Fattah al-Sissi sont venues alors qu’un haut responsable du renseignement américain a déclaré qu’il était “peu probable” que l’EI ait été impliqué dans le crash de l’Airbus A- 321 de la compagnie Kogalymavia sur la péninsule du Sinaï, le samedi 31 octobre.

«Quand il y a de la propagande que l’accident est attribué à Daech, ceci est une façon d’endommager la stabilité et la sécurité de l’Egypte et l’image de l’Egypte”, a déclaré Sissi à la BBC, en utilisant un acronyme alternatif pour EI. “Croyez-moi, la situation dans le Sinaï,  surtout dans cette zone limitée, est sous notre contrôle total”, a-t-il dit. Le Caire et Moscou ont minimisé une réclamation que c’est la branche de l’Egypte qui a fait tomber l’avion qui reliait Saint-Pétersbourg en Russie à la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

M. Sissi a aussi prévenu que l’enquête serait longue pour déterminer les causes du crash qui a coûté la vie samedi à 224 personnes, essentiellement des touristes russes.

“Cela prendra du temps pour clarifier cet incident, voyez le vol de la Pan American qui s’est écrasé en Europe (à Lockerbie en 1988), cela a pris des années avant de trouver la vérité, les raisons du crash. Nous ne pouvons pas simplement tirer des conclusions hâtives”, a déclaré le président égyptien selon la traduction de la BBC.

Le 21 décembre 1988, un Boeing 747 de la compagnie américaine s’était désintégré au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie quelques minutes après son décollage, d’une manière semblable à ce qui est arrivé samedi à l’Airbus A321 de la compagnie russe. Les enquêteurs avaient mis seulement quatre jours pour conclure qu’une petite bombe avait été cachée à bord de l’appareil mais trois ans pour identifier les auteurs libyens de cet attentat.

D’autre part, le président de l’Egypte et le Premier ministre britannique se sont entendus sur la nécessité des mesures “les plus strictes possibles de sécurité” à l’aéroport de la station du Sinaï d’où un avion de ligne russe a décollé, selon un communiqué du bureau de Cameron publié mardi soir.

Mercredi, le gouvernement britannique a conclu que l’avion de passagers de l’A321 de Russie, en route de Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg se serait écrasé en raison d’une explosion d’une bombe, et a suspendu tous les vols à destination et à partir de la ville égyptienne tant que des mesures de sécurité supplémentaires n’avaient pas été prises. Selon le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, cette décision est prématurée, car elle a été adoptée par Londres avant que les résultats officiels de l’enquête en cours ne soient publiés.

“Le gouvernement égyptien annoncera les résultats de l’enquête à partir de l’analyse des boîtes noires de l’avion dès qu’elle sera réalisée, de sorte qu’il ne faut pas tirer des conclusions prématurées jusqu’à l’achèvement de ce processus”, a souligné le ministre.

Abdel Fattah al-Sissi et David Cameron ont parlé par téléphone avant l’arrivée du dirigeant égyptien à Londres pour sa visite cette semaine.

Cameron et Sissi “ont convenu qu’il était important de ne pas préjuger de l’enquête,” selon la déclaration britannique.

Ils “ont noté qu’il y avait encore de l’incertitude au sujet de la cause de l’accident et ont convenu qu’il serait prudent d’assurer les plus serrés arrangements de sécurité possible à l’aéroport de Charm el-Cheikh par mesure de précaution.”

Le président Abdel Fattah al-Sissi a par ailleurs appelé les puissances de l’OTAN à aider à reconstruire la Libye, en proie à la violence depuis un soulèvement soutenu par l’alliance militaire occidentale pour renverser le dirigeant Mouammar Kadhafi, dans une interview publiée dans le journal britannique “Daily Telegraph” à la veille de sa visite à Londres où il devait discuter de la coopération en matière de sécurité avec le Premier ministre David Cameron. “La Libye est un danger qui nous menace tous. S’il n’y a pas de gouvernement, alors cela va créer un vide où les extrémistes peuvent prospérer», a déclaré Sissi, selon le Telegraph. “C’était une mission qui n’a pas été complètement accomplie… Nous devons soutenir tous les efforts pour aider le peuple libyen et l’économie libyenne.” La Libye a sombré dans le chaos depuis longtemps.

“Nous devons arrêter le flux des fonds et des armes et de combattants étrangers aux extrémistes. Tous les membres de l’OTAN, y compris la Grande-Bretagne qui a pris part à la mission de renverser Kadhafi, doivent donner leur aide”, a déclaré Sissi.

Il a également critiqué les efforts occidentaux pour lutter contre des militants de l’État islamistques en Irak et la Syrie, selon le Telegraph, en disant: “La carte de l’extrémisme et de l’instabilité est en pleine expansion et ne recule pas Nous devons réévaluer nos priorités.”

Abdel Fattah al-Sissi a défendu les lois de sécurité de l’Egypte, insistant sur le fait que le pays est sur la voie de la démocratie. M. Sissi a déclaré que l’Egypte a été menacée par des groupes extrémistes et craignait les effondrements subis par ses voisins. Il a souligné que la situation de l’Egypte était différente de celle de l’Europe.

L’Egypte a vu un “changement très positif” depuis les manifestations de la place Tahrir en 2011, a dit le dirigeant. Abdel Fattah al-Sissi a signalé que le changement de régime exigé par les manifestants avait été atteint et que le pays avait maintenant «des élections justes et transparentes”. Mais il a averti que cela prendrait du temps pour atteindre tous les objectifs du pays.

M. Sissi a affirmé qu’il serait à la recherche du renforcement des liens commerciaux avec la Grande-Bretagne lors de sa visite, qui, selon lui sont vitaux pour aider à reconstruire l’Egypte après les turbulences des quatre dernières années. “Nous avons besoin du monde pour comprendre les changements qui se produisent ici. Ils reflètent la volonté du peuple égyptien et non quelqu’un d’autre. “Mais il était critique de ceux qui voulaient utiliser les inquiétudes sur la situation des droits humains dans son pays pour critiquer son gouvernement.

“Quand les Égyptiens sont descendus dans les rues, ils l’ont fait tant à cause de leur frustration sur leur niveau de vie que leurs revendications politiques,” a-t-il dit. “Si nous voulons aborder les problèmes sous-jacents de troubles, alors cela va coûter des milliards de livres. La question est de savoir si tous les pays qui nous critiquent sur les droits humains vont vraiment nous aider “.

Il a accusé les Britanniques de voir l’Egypte à travers leur propre prisme politique et culturel.

A cet égard, le président a déclaré: “Nous avons des millions de gens qui sont très pauvres, n’est-ce pas leur droit fondamental d’avoir un niveau de vie égal à celui des personnes en Grande-Bretagne? Nous devrions être en mesure de donner aux gens une éducation au même niveau que les gens en Grande-Bretagne, les mêmes niveaux de vie et les mêmes soins médicaux. N’est-ce pas un droit de l’Homme pour des millions d’Egyptiens d’avoir des emplois décents?”