Dernières nouvelles

Une relation solide fondée sur la confiance

6 Avril 2017 3:47 pm

Une page se tourne dans les relations égypto-américaines. La rencontre d’al-Sissi avec Trump a été tenue lundi afin de retisser des liens étroits, une relation solide fondée non plus sur la défiance, mais sur la confiance.
Dans une réunion au bureau ovale, Trump a déclaré qu’al-Sissi a fait un «travail fantastique» et a déclaré son soutien à l’Egypte et au peuple égyptien. Trump a noté que les États-Unis envisagent de construire leur armée pour atteindre «éventuellement» ses niveaux les plus élevés, car elle cherche à combattre le groupe de l’État islamique et à apporter son soutien à ses alliés.
Les deux dirigeants avaient également discuté de l’aide militaire et économique pour l’Egypte.
Al-Sissi a noté qu’il appréciait profondément la «personnalité unique» de Trump et s’est engagé à travailler avec les États-Unis pour éradiquer l’«idéologie du mal» qui «terrorise les communautés».
En accueillant à Washington, son homologue égyptien, le président des Etats-Unis, Donald Trump, voulait évacuer les tensions bilatérales qui, ces quatre dernières années, se sont accumulées entre les deux pays au point d’atteindre un apex. N’avait-il pas d’ailleurs lancé à l’automne : « Il [al-Sissi] a pris le contrôle de l’Egypte. Il l’a vraiment fait. » L’accueil qui attendait le chef de l’Etat égyptien était nettement plus chaleureux que sous l’ère Obama.
La réunion a traité de divers sujets bilatéraux et régionaux, y compris la lutte contre le groupe militant de l’État islamique, la poursuite de la paix et de la stabilité dans la région et l’amélioration des relations bilatérales militaires, économiques, politiques et de sécurité.
La question palestinienne était au premier plan. Le président américain Donald Trump et le président Abdel Fattah al-Sissi ont discuté de la possibilité de tenir un sommet sur la paix israélo-palestinienne aux États-Unis cet été. A cet égard, le président égyptien a rencontré le roi Abdallah II de Jordanie qui s’est rendu à Washington D.C.

La lutte contre le terrorisme était également prioritaire lors de la réunion entre al-Sissi et Trump, ainsi que des crises régionales telles que les conflits en Syrie, en Irak, en Libye et au Yémen.
Al-Sissi a exprimé la vision égyptienne des solutions politiques pour assurer l’unité, la stabilité et la souveraineté de ces pays.
Trump voulait utiliser la visite du président al-Sissi pour redémarrer la relation bilatérale et s’appuyer sur le lien fort que les deux présidents ont établi lors de leur première rencontre à New York en septembre dernier.
Les membres de la communauté égyptienne à Washington se sont dirigés à la Maison Blanche pour soutenir le président al-Sissi avant sa rencontre avec le président américain Donald Trump.
Les membres de la communauté égyptienne étaient totalement satisfaits de leur rencontre avec al-Sissi la veille.
Al-Sissi a rencontré Jim Yong Kim, le chef du Groupe de la Banque mondiale, et le secrétaire américain à la Défense, James Mattis. Le président a participé également à une table ronde avec des chefs de sociétés américaines investissant en Egypte ou ayant l’intention de le faire à l’avenir.
Le président a tenu à cet égard une réunion avec les dirigeants de la Chambre de commerce américaine et les chefs des grandes entreprises américaines pour discuter des opportunités d’investissement en Egypte à la lumière des progrès réalisés dans le domaine de la réforme économique en Egypte et des mesures adoptées pour encourager les investissements étrangers et les mettre en œuvre pour un certain nombre de projets nationaux.
Le président Al Sissi a affirmé à ses interlocuteurs que l’Egypte aspire à ce que les Etats-Unis haussent leurs investissements dans le pays, soit plus de 21,3 milliards de dollars, enregistrés en 2015, un chiffre représentant 33% des investissements américains en Afrique. “Nous espérons que les activités américaines en Egypte s’élargissent et que les entreprises américaines contribuent à l’établissement de nouveaux projets à l’instar de ceux en vue dans l’Axe du Canal de Suez et dans la nouvelle capitale administrative”, a-t-il souhaité.
Le programme du président comprenait également une réunion avec le directeur du Fonds monétaire international pour discuter des possibilités de renforcer la coopération existante entre l’Égypte et les deux institutions internationales dans divers domaines économiques.
Le président Abdel Fattah al-Sissi a rencontré mardi plusieurs hauts responsables américains lors de la deuxième journée de sa visite à Washington D.C.

Al-Sissi a rencontré le conseiller de sécurité nationale de Trump Herbert Raymond McMaster et le secrétaire d’État américain Rex W. Tillerson.

Le chef de l’Etat s’est rendu au siège du Congrès au Capitole pour rencontrer le président du Comité du Renseignement de la Chambre Devin Nunes et les membres du comité, ainsi que le président du Comité des affaires étrangères de la Chambre Ed Royce et 25 membres du comité, en plus du président de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Le président al-Sissi a en outre rencontré le président du Comité des relations extérieures du Sénat Bob Corker et 21 membres du comité, en plus du leader de la majorité des Sénat Mitch McConnell.

A noter que la visite du président Abdel Fatah Al-Sissi aux États-Unis était historique, notant que cette visite est la première d’un président égyptien depuis 2004.
La visite appuiera la coopération bilatérale entre les deux pays dans différents domaines. Le volume des échanges commerciaux entre l’Égypte et les États-Unis atteint 5,5 milliards de dollars.