Dernières nouvelles

Un Parlement avant la fin de 2015

28 Mai 2015 5:04 pm

Le président Abdel Fattah El-Sissi a déclaré, lors d’une réunion avec des représentants de partis politiques mercredi, qu’il est sûr que l’Egypte aura un nouveau Parlement avant la fin de 2015.
Après une réunion de trois heures avec les chefs des partis politiques du pays mercredi, d’après Al-Ahram, le président Abdel Fattah El-Sissi a souligné que les élections législatives longtemps retardées auront lieu au moment le plus proche possible et que l’Egypte aura un nouveau parlement avant la fin de l’année en cours.
El-Sayed El-Badawi, président du parti libéral Al-Wafd, a déclaré aux journalistes qu’El-Sissi était ferme en affirmant que «les élections législatives ne sont pas délibérément retardées.”
“Vous savez tous que la Cour constitutionnelle suprême a statué que certaines lois étaient inconstitutionnelles et en conséquence les sondages ont été retardés,” a déclaré El-Sissi.
Selon Anouar El-Sadate, président du parti de la réforme libérale et du développement, El-Sissi a exprimé son souhait que lui et les présidents des partis politiques du pays tiennent des réunions sur une base mensuelle régulière.
“Il est important de nous rencontrer sur une base périodique pour échanger des vues sur les élections législatives, les lois et autres défis politiques du pays,” a indiqué el-Sissi.
Sadate a également dévoilé qu’El-Sissi a remercié les partis politiques pour leurs amendements unifiés de trois lois électorales. “Il  a dit que les amendements unifiés seront examinés par un comité gouvernemental en charge de la modification des lois pour voir s’ ils sont en conformité à la constitution et s’ils peuvent être adoptés,” a également déclaré El-Sissi.
Nagui El-Chéhabi, président du Parti Génération a déclaré pour sa part qu’El-Sissi a exhorté les partis politiques à se joindre à une coalition électorale unifiée “, tout comme ils ont rédigé des amendements unifiés des lois électorales.”
Selon El-Chéhabi, El-Sissi a recommandé que toutes les parties de tout le spectre politique, y compris même le parti salafiste d’Al-Nour, tiennent aux sondages sur les listes électorales unifiées.
“Les défis auxquels le pays est confronté exigent que vous joignez vos forces et concurrenciez dans les élections comme une seule force,” El-Sissi a dit, ajoutant également que le président a indiqué: “Si vous voulez vraiment un parlement puissant qui peut s’élever au-dessus des bornes partisanes et des intérêts personnels et réaliser les intérêts nationaux suprêmes, vous devez d’abord vous réconcilier et agir comme un bloc. “
“De cette façon, nous aurons un bon parlement plein de politiciens de haut calibre,” a déclaré El-Sissi.
Les élections législatives égyptiennes devaient être tenues en mars dernier, mais ont été reportées après que deux lois électorales ont été déclarées inconstitutionnelles. Alors qu’un comité nommé par le gouvernement a finalisé les modifications des lois conformément à la constitution, près de 40 partis politiques ont proposé différentes modifications des lois unifiées.
Selon Hicham Abdel Aziz, président du parti de la réforme et de la Renaissance, El-Sissi a souligné que «si la Cour suprême n’avait pas exclu certaines lois inconstitutionnelles, l’Egypte aurait convoqué un parlement maintenant.”
El-Sissi a indiqué qu’il a renvoyé les amendements unifiés au comité du gouvernement pour donner un dernier mot sur eux. “S’ils sont viables, ils seraient adoptés”, a déclaré El-Sissi.
Cependant, Abdel Aziz a indiqué qu’El-Sissi a refusé de donner une réponse à une demande présentée par les intervenants politiques à la réunion.
«La plupart des responsables du parti ont dit qu’ils veulent que le système de liste absolue soit abrogé en faveur du système proportionnel de liste”, a déclaré Abdel Aziz, ajoutant dans des déclarations publiques après la réunion que “El-Sissi a insisté pour que le comité en charge de la modification de la loi est celui chargé de l’examen du système électoral “.
Les partis politiques se plaignent que le système de liste absolue qui permet au parti victorieux de plus de 50 pour cent des voix par circonscription puisse gagner tous les sièges, ce qui pourrait empêcher de nombreux partis politiques de rejoindre le parlement à venir.
 
Lutte anti-corruption
 
Le président d’Al-Wafd El-Badawi a également révélé que certains responsables du parti ont ouvert le feu sur le gouvernement du Premier ministre Ibrahim Mehleb au motif qu’il ne fait pas assez pour éradiquer la corruption et la bureaucratie. “Mais El-Sissi a défendu Mehleb et son gouvernement, insistant sur le fait qu’ils font un bon travail au milieu d’énormes défis auxquels est confronté le pays,” a dit El-Sissi.
“Il a fait valoir que la performance de certains ministres pourrait ne pas être assez bonne mais cela ne signifie pas que l’ensemble du personnel est le même,” a également signalé El-Sissi.
Tous les participants ont convenu que «El-Sissi a montré beaucoup d’inquiétude sur les conditions économiques et le terrorisme dans le nord du Sinaï.”
El-Chéhabi a déclaré qu’El-Sissi a indiqué que les «dettes intérieures de l’Egypte ont grimpé à 2 milliards de dollars, comparativement à 700 millions en 2011.” “El-Sissi a également expliqué que les coûts du service de cette dette sont très élevés pour le pays et que tous doivent travailler dur afin de réduire ces coûts.”
El-Chéhabi a refusé de dire si El-Sissi a demandé au gouvernement de lever les subventions sur le carburant dans une tentative visant à réduire la dette nationale. El-Sissi a aboli 70 pour cent des subventions aux carburants l’an dernier et à peine un mois après qu’il a prêté serment en tant que président en juin 2014.
Sadate a déclaré que les partis politiques étaient d’accord avec El-Sissi que le nouveau budget 2015-2016 devrait faire l’objet d’un débat public ouvert entre les partis politiques et les organisations de la société civile “aussi longtemps que le pays est toujours sans un parlement élu.”
 
Antiterrorisme
 
En termes de terrorisme, El-Sissi a insisté que les forces armées ont été capables d’éliminer environ 90 pour cent des groupes terroristes dans le Sinaï. “Nous avons encore quelques poches, et nous serons en mesure de nous débarrasser de tout cela que si nous tous – le gouvernement, le peuple et les partis politiques – restons unis et solide,” a signalé El-Sissi.
Sadate a déclaré que les partis politiques ont fustigé l’Allemagne pour ses attaques sur la décision judiciaire du 19 mai condamnant à mort Mohamed Morsi l’ancien président islamiste. La réponse d’El-Sissi était que le pouvoir judiciaire doit rester indépendant, en dépit de toutes les réactions étrangères.
Sadate a déclaré que certains partis politiques se sont plaints que certaines chaînes de télévision privées ont commencé à agir comme un nouveau parlement et que «certaines d’entre elles ne servent pas les intérêts nationaux.”
La réponse d’El-Sissi, selon Sadate, était qu’il croit fermement en la liberté d’expression “et que l’Etat n’intervient jamais dans les affaires des médias.”