Dernières nouvelles

L’Egypte soucieuse de la diversification de ses rapports

Karim Felli

1 Mai 2014 1:21 pm

Le secrétaire d’Etat américain a reçu son homologue égyptien Nabil Fahmi, à un moment où les relations entre leurs deux pays traversent une période difficile. En décidant de livrer à l’Egypte 10 hélicoptères Apache et de reprendre l’aide militaire,

 
 l’administration Obama a estimé qu’il était de l’intérêt des Etats-Unis, pour des raisons de stratégie, de maintenir ses relations avec le régime égyptien. Mais en recevant son homologue égyptien, Nabil Fahmi, John Kerry a tout de même souhaité qu’un effort plus grand soit fait dans l’instauration de la démocratie: “Nous voulons le succès du gouvernement par intérim. Nous avons de l’espoir et nous recherchons un processus politique qui soit inclusif et la mise en œuvre d’une Constitution qui rassemble les gens politiquement autour de la table et élargisse la base démocratique. Nous savons tous qu’il y a eu des décisions inquiétantes au sein du processus juridique”.
Une référence aux condamnations à mort de centaines des partisans de Mohamed Morsi. Dans sa réponse, le ministre Nabil Fahmi a confirmé l’indépendance de la justice. “Les tribunaux égyptiens sont complètement indépendants, mais naturellement ils font partie de l’Egypte. Je ne peux commenter les décisions qu’ils prennent, mais je suis confiant qu’au final, le système juridique aboutira aux décisions qui conviennent dans chacune de ces affaires”.
Le ministre des Affaires étrangères, Nabil Fahmi a également confirmé que l’Egypte était soucieuse de ses rapports stratégiques avec Washington et l’Union Européenne (UE). Dans une allocution prononcée devant le centre des études stratégiques et internationales, Fahmi a évoqué le changement sociétal dont l’Egypte a témoigné lors des dernières années pour l’établissement d’une nouvelle Egypte démocratique qui subvient aux aspirations du peuple égyptien.
Fahmi a fait état des acquis réalisés jusqu’à présent, notamment la Constitution qui inclut des articles sans précédent en matière de la protection des droits, des libertés personnelles et de l’égalité entre les citoyens abstraction faite de leurs appartenances techniques ou religieuses et malgré tous les défis courants, notamment le terrorisme et la violence.
Le chef de la diplomatie a confirmé sa pleine confiance en la capacité du peuple égyptien de surmonter  la phase actuelle  et faire face au terrorisme, ajoutant que deux révolutions populaires avaient accentué les ambitions du peuple et permis à l’Egypte de récupérer sa posture régionale et internationale.
 
Le Caire et Moscou contre le terrorisme
 
Dans ce contexte, l’Egypte et la Russie organiseront en 2015 des exercices antiterroristes communs, a annoncé mardi dernier le lieutenant-colonel Evgueni Mechkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a écrit mercredi le quotidien Izvestia. “Quand l’ex-ministre de la Défense égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, favori à la présidentielle de fin mai, s’était rendu à Moscou fin 2013, la coopération militaire avait également été évoquée. Désormais, ces projets sont mis en œuvre. La Russie a signé en février un contrat pour la fourniture en Egypte d’un grand volume de matériel militaire et les exercices communs permettent de montrer cet équipement à l’œuvre”, estime l’expert militaire Dmitri Litovkine.
“Il est aujourd’hui primordial pour la Russie de stabiliser la situation en Egypte et d’y renforcer son implantation. Moscou tentera aussi d’améliorer le contact entre les services de renseignement des deux pays. La Russie en a également besoin. Après tout, elle a demandé à plusieurs reprises aux Egyptiens d’aider à neutraliser les étudiants radicaux du Caucase du Nord, qui apprenait l’islam radical dans les établissements islamiques égyptiens”, déclare Sergueï Sereguitchev. Moscou avait déjà indiqué au Caire à maintes reprises que certains établissements religieux égyptiens formaient des islamistes. ” Les extrémistes sont actuellement nombreux dans le Sinaï et si al-Sissi arrivait à les pacifier, certains d’entre eux pourrait partir organiser des attentats dans le Caucase du Nord”, estime Sergueï Sereguitchev. En outre, d’après l’expert, certains étudiants musulmans russes se rendent spécialement en Egypte pour apprendre l’islam radical, ce à quoi les autorités locales ne s’opposent pas. Pour changer cette situation, la Russie est prête à aider l’Egypte dans le secteur militaro-technique et en matière de coopération antiterroriste – avant tout pour l’échange d’informations.