Dernières nouvelles

L'Egypte face au Qatar et à l'Iran

9 Janvier 2014 2:32 pm

Ne se limitant plus à demander des explications au chef de la mission diplomatique qatarie au Caire, les autorités égyptiennes affichent clairement leur mécontentement en rappelant leur ambassadeur à Doha pour protester contre l’ingérence du Qatar dans ses affaires intérieures

 
 
. Les relations entre l’Egypte et le Qatar se dégradent à vue d’œil. En effet, quarante heures après convoqué l’ambassadeur du Qatar au Caire pour lui demander des explications sur le communiqué du ministère des Affaires étrangères de son pays critiquant la récente décision du gouvernement égyptien de déclarer les Frères musulmans groupe “terroriste”, et ajoutant que c’était un “prélude pour tuer des manifestants”, Le Caire dénonce l’“ingérence” de Doha dans ses affaires intérieures. Le gouvernement égyptien a décidé de rappeler son ambassadeur au Qatar pour protester contre cette “ingérence”, selon une source gouvernementale.
Pour rappel, les relations entre l’Egypte et le Qatar se sont détériorées après la destitution de Mohamed Morsi, auquel Doha apportait un important soutien. Lors de sa convocation au ministère des Affaires étrangères, les autorités égyptiennes ont fait savoir à l’ambassadeur du Qatar au Caire que si Doha voulait que pour que les relations entre les deux pays s’améliorent, il faudrait qu’elle fasse un geste. Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que le gouvernement égyptien attend de son homologue qatari des mesures vis-à-vis de la chaîne satellitaire d’information  Al Jazeera, qui est considérée au Caire comme un organe de propagande de la confrérie des Frères musulmans.
 
Mesures supplémentaires
Le ministre des affaires étrangères égyptien Nabil Fahmi a indiqué que des mesures supplémentaires seront prises à l’encontre de Doha après la convocation de l’ambassadeur du Qatar au Caire et le message qui lui a été remis selon lequel son pays devrait cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Egypte.
“La position qatarie est rejetée sur la forme et sur le fond”, a déclaré Fahmi.
 D’autre part, le prédicateur du Qatar Youssef Al-Qaradaoui, d’origine égyptienne, a appelé les Egyptiens à boycotter le référendum sur la Constitution dans une nouvelle escalade de la tension entre Doha et Le Caire..
 
Critique de l’Iran
Dans ce contexte, l’Egypte a convoqué le représentant des intérêts iraniens au Caire pour dénoncer la position de Téhéran sur de récents affrontements meurtriers entre police et manifestants islamistes, a indiqué le ministère des Affaires étrangères. Le diplomate iranien a été chargé de transmettre à Téhéran “un message ferme” de la part des autorités égyptiennes, a indiqué le porte-parole du ministère Badr Abdel Ati. Des médias iraniens avaient rapporté que le ministère des Affaires étrangères à Téhéran avait exprimé ses “regrets” et son “inquiétude” après la mort de 17 personnes vendredi lors d’affrontements en marge de manifestations réclamant le retour au pouvoir du président islamiste Mohamed Morsi.
Le Caire et Téhéran ont rompu leurs relations diplomatiques après la révolution islamique de 1979 en Iran et la signature la même année du traité de paix israélo-égyptien. Les deux pays ont également abaissé leur niveau de représentation au minimum dans les deux capitales. Morsi avait entamé un réchauffement des relations avec l’Iran durant la première année de sa présidence. Le chef d’Etat islamiste destitué est désormais poursuivi par la justice égyptienne pour “espionnage” au profit d’organisations étrangères et “divulgation de secrets de  défense” notamment aux Gardiens de la révolution, troupes d’élites iraniennes.