Dernières nouvelles

L’Égypte au cœur du somment G20

Karim Felli

8 Septembre 2016 1:12 pm

 
 
Durant le sommet du G20, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a rencontré plusieurs chefs d’États y compris le président chinois. L’Egypte est favorable aux investissements chinois, et les produits chinois peuvent être exportés vers l’Afrique par le biais d’un accord de libre-échange entre l’Afrique entre l’Egypte. “Le Sommet du G20 de Hangzhou, organisé sur le thème “Vers une économie mondiale innovante, dynamique, interconnectée et inclusive” répondra aux besoins de l’économie mondiale d’aujourd’hui “. Le président Al-Sissi a exprimé ses sincères remerciements au Président chinois Xi Jinping pour l’avoir invité à représenter son pays pour assister au Sommet des chefs d’Etat du G20 de Hangzhou. Il a dit que cela reflète la profonde amitié et le partenariat entre la Chine et l’Egypte, mais aussi l’influence de l’Egypte dans la région et la communauté internationale. L’Egypte attache une grande importance aux initiatives mises en avant par la Chine et exprime son soutien envers elles, et dans le même temps, elle travaillera en étroite collaboration avec la Chine pour la mise en œuvre de ces initiatives. A noter que le président Abdel-Fattah al-Sissi avait reçu samedi 3 septembre la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde pour des entretiens en marge du sommet du G20 en Chine.
La réunion comportait des discussions sur les modalités de coopération entre l’Egypte et le FMI à la lumière du programme de réforme économique du pays. La réunion intervenait quelques semaines seulement après que l’Egypte et le FMI sont parvenus à un accord de financement provisoire sur un mécanisme élargi de crédit avec un programme d’une valeur d’environ 12 milliards de $ sur trois ans.
La convention de facilité de fonds initial, signée le 11 août, devrait être approuvée par le conseil exécutif du fonds dans les prochaines semaines. La semaine dernière, le Parlement égyptien a approuvé la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à un taux de 13 pour cent pour l’exercice 2016/17, mais a déclaré qu’elle passera à 14 pour cent l’année suivante. La TVA fait partie d’un programme de réforme du gouvernement qui a été approuvé par le prêteur mondial. L’Egypte, qui repose en grande partie sur les importations, en particulier des denrées alimentaires, a été victime d’une grave pénurie de réserves en devises au cours des dernières années en raison de l’instabilité politique qui a fait fuir les touristes et les investisseurs étrangers.
Dans ce contexte, le Parlement égyptien a approuvé la nomination d’un militaire comme ministre de l’Approvisionnement au moment où une enquête sur une affaire de corruption concernant des achats de blé est en cours.
La nomination du général Mohamed Ali El-Cheikh, décidée par le président Abdel Fattah al-Sissi, a été approuvée mardi 6 septembre à la majorité des deux-tiers.
Le général de 64 ans a notamment dirigé, au sein des Forces armées, deux organismes chargés des questions d’approvisionnement et des fournitures logistiques. Le ministère de l’Approvisionnement et du Commerce intérieur gère notamment les subventions qui permettent à une grande partie de la population d’acheter du pain et d’autres produits alimentaires de base à bas prix. La nomination de Mohamed Ali El-Cheikh intervient alors qu’une enquête du parquet a mis au jour une affaire de corruption concernant l’approvisionnement en blé du pays, un secteur clé puisque l’Égypte est le plus grand importateur de cette céréale au monde.
Pour empocher des subventions, des fournisseurs ont vendu du blé importé en le présentant comme étant du blé domestique, bien plus onéreux, tout en exagérant le niveau de la récolte annuelle. Ce scandale aurait coûté à l’État près de 55 millions de dollars, selon le parquet.
L’Égypte doit adopter des réformes économiques drastiques pour augmenter les revenus de l’État et réduire ses coûteuses subventions publiques, en contrepartie d’un prêt de 12 milliards de dollars du Fond monétaire international (FMI) s’étalant sur trois ans et qui doit encore être finalisé.
Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé mercredi la nomination de six nouveaux gouverneurs provinciaux pour les gouvernorats, y compris la capitale Le Caire et le gouvernorat côtier d’Alexandrie.
Les six gouvernorats sont Qalioubiya, Minya, Fayoum et Suez. Les nouveaux gouverneurs ont été assermentés par le président Abdel-Fattah al-Sissi plus tard mercredi.
Le nouveau gouverneur du Caire est Atef Abdel-Hamid, ancien ministre égyptien des Transports sous le gouvernement d’Essam Charaf en 2011. Le gouverneur d’Alexandrie est Réda Farahat, et le nouveau gouverneur de Qalioubiya est l’ancien militaire Amr Abdel-Moneim, qui était secrétaire général du Conseil des ministres.