Dernières nouvelles

Le président du Parlement européen invite le pape François

Michael Victor

11 Octobre 2013 9:31 pm

Reçu en audience vendredi 11 octobre au Vatican, le président du Parlement européen, Martin Schulz, a invité le pape François à venir s’exprimer devant l’hémicycle européen.

Leur discussion a porté sur le sort des migrants dans l’Union européenne, après le drame de Lampedusa, et le chômage des jeunes.
L’invitation est désormais officielle et réitérée. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, reçu en audience privée ce 11 octobre au Palais apostolique du Vatican, a porté son invitation au pape François à venir s’adresser aux 754 députés européens à l’occasion d’une session plénière à Strasbourg ou à Bruxelles.
Une invitation bien accueillie par le Saint-Siège, qui réserve toutefois sa réponse.
Pour Martin Schulz, social-démocrate allemand qui pourrait être investi par son parti en février comme candidat à la présidence de la Commission européenne en vue des élections européennes du 25 mai prochain, l’enjeu est que cette visite se déroule avant cette échéance.
La visite de Jean-Paul II il y a 25 ans
Ce n’est pas la première fois qu’un pape s’adresserait aux députés européens. Comme l’a souligné le P. Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, devant la presse, l’audience de Martin Schulz coïncide avec le 25e  anniversaire du discours de Jean-Paul II au Parlement européen à Strasbourg (le 11 octobre 1988). Le pape polonais, qui s’exprimait alors avant la Chute du Mur de Berlin, avait fait part de son espoir que l’intégration européenne gagne le continent entier. Il avait aussi décrit la séparation de ce qui revient à César de ce qui revient à Dieu comme un des apports du christianisme à l’Europe moderne.
Plus tard, Benoît XVI a aussi été invité au Parlement européen par le chrétien-démocrate allemand, Hans-Gert Pöterring, lorsqu’il présidait l’hémicycle européen. Mais cette invitation ne s’est jamais concrétisée, un mauvais accueil par les élus étant redouté, selon l’entourage du président Pöterring.
Sans attendre une hypothétique visite, le pape François et Martin Schulz – ce dernier s’exprimant en allemand et le pape, en espagnol – ont discuté durant trente minutes des graves problèmes sociaux affectant aujourd’hui l’Europe, le chômage des jeunes et l’accueil des migrants, dont la tragédie de Lampedusa du 3 octobre montre l’urgence.
Tribune dans l’Osservatore Romano
Ces deux thèmes étaient au centre d’une tribune de Martin Schulz en Une du quotidien du Vatican, L’Osservatore Romano, publiée ce 11 octobre, intitulée « Une Europe au service des plus faibles ». Le président du Parlement européen devait intervenir sur ces sujets à Rome le même jour, à la Communauté de Sant’Egidio et à l’université pontificale grégorienne.
« Le pape François devait l’interroger sur ces questions qui le préoccupent, pas sur des éléments plus abstraits comme les racines chrétiennes de l’Europe », observe une source diplomatique européenne. Avant sa rencontre avec le pape, Martin Schulz a réuni tous les ambassadeurs près le Saint-Siège de l’Union européenne.
Le pape François est le premier pontife non-européen et son élection a mis fin, selon le P. Lombardi, à « l’eurocentrisme » de l’Église. Il a aussi reçu, toujours ce 11 octobre, le président du Conseil de l’Europe, Jean-Claude Mignon, mais sans que cette visite privée donne lieu à une communication