Dernières nouvelles

Importante visite présidentielle en Grèce

Karim Felli

13 Décembre 2015 12:01 pm

Le président Abdel Fattah el-Sissi s’est rendu en Grèce pour des entretiens avec le président grec Prokopis Pavlopoulos et le Premier ministre Alexis Tsipras. Dans une conférence de presse conjointe à l’issue de leur réunion, les deux dirigeants El-Sissi et Tsipras ont réaffirmé les liens forts entre les deux pays et ont exprimé leur optimisme quant à la poursuite du développement de leurs relations.
“Il y a des perspectives incroyables pour un partenariat économique dans l’énergie, les lignes maritimes, les transports aériens et navals, le secteur de la construction et de l’infrastructure”, a dit Tsipras.
Le Premier ministre grec a également ajouté que les deux pays sont des facteurs de stabilisation dans une région déstabilisée et leur partenariat pourrait en outre contribuer à sa stabilisation. Pour sa part, Sissi a noté que l’Egypte est engagée à coopérer avec la Grèce dans le but de stabiliser à nouveau la région.
Tsipras a souligné que les deux pays vont également travailler ensemble via le partage de l’intelligence et de la coordination pour dissuader la menace de «l’intégrisme religieux,” Sissi a souligné que ce ne sera pas suffisant pour la Grèce, Chypre et l’Egypte seules à travailler ensemble sur cette lutte contre le terrorisme et la communauté internationale devra travailler à cet égard aussi.
Sissi a dit qu’il croit que les Grecs vont surmonter la crise actuelle et a fait l’éloge de la relation entre les deux pays qu’il croit être un exemple que d’autres devraient suivre.
Sissi et Tsipras se sont réunis avec le président chypriote, Nicos Anastasiades mercredi pour une conversation trilatérale.
Le président de la République grecque Prokopis Pavlopoulos a reçu mardi le président el-Sissi à la résidence présidentielle.
Pavlopoulos a fait référence à la collaboration exceptionnelle de la Grèce, Chypre et l’Egypte, ajoutant que la réunion trilatérale se concentrera sur une série de questions et notamment sur la délimitation de la Zone économique exclusive (ZEE).
Le président grec a souligné que la coopération trilatérale constitue un modèle parce qu’elle respecte pleinement le droit international et le droit écrit et coutumier et a noté que la Turquie peut apprendre beaucoup au sujet de sa coopération avec la Grèce et Chypre.
Prenant la parole en Grèce, le président égyptien a déclaré qu’une intervention en Libye était une question de la stabilité régionale.
Le président Abdel Fattah el-Sissi a demandé une mobilisation internationale contre l’insécurité croissante de la Libye mardi. Lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, Sissi a mis en garde contre le passage incontrôlé des armes, des combattants et de l’argent à travers les frontières de son voisin.
“La situation en Libye va conduire à de nouveaux dangers dans la région”, a-t-il dit, en ciblant “l’Europe et d’autres pays intéressés à la stabilité dans la région.” Sissi a déjà exhorté l’OTAN de “finir sa mission” en Libye et adressé une pétition aux Nations unies d’envoyer une coalition afin d’y intervenir.
L’Egypte avait fait “d’énormes efforts” pour sécuriser sa frontière avec la Libye, mais il est nécessaire que “l’Europe et d’autres pays intéressés à la stabilité dans la région” interviennent, a-t-il dit.
“Une mobilisation internationale est nécessaire pour arrêter le trafic d’armes et de sécuriser les frontières terrestres et maritimes de la Libye”, a déclaré Sissi. Tsipras l’a assuré de son soutien auprès de l’Union européenne. “Nous devons tous coopérer et être plus efficaces contre ce fascisme montant du fondamentalisme extrémiste”, a plaidé le dirigeant de gauche. “Imaginez ce qui se passerait actuellement si l’Égypte était instable”, a-t-il ajouté. Le chef de l’État égyptien a salué ce soutien, ainsi que celui apporté selon lui par Chypre et l’Italie pour “promouvoir dans l’UE la compréhension” de son régime. Il s’agit de la troisième rencontre de ce type dans le cadre d’une coopération tripartite “qui est un exemple à suivre” dans la région et “n’est dirigée contre aucun pays tiers”, a souligné Tsipras, interrogé sur la réaction turque à ces projets.
La Grèce, Chypre et l’Egypte se rencontraient pour la troisième fois cette année pour discuter du terrorisme, de la migration et du développement, y compris la participation au Nouveau canal de Suez.
Le président égyptien et le Premier ministre grec ont ensuite assisté à une conférence d’affaires axée sur la Grèce et l’Egypte, où de nombreux organismes d’affaires et institutionnels ont participé. 
Les dirigeants politiques et économiques de la Grèce ont promis d’étendre les accords commerciaux avec l’Egypte lors des réunions mardi avec le président Abdel Fattah el-Sissi, suite à une découverte massive de gaz naturel au large des côtes dans le sud de la Méditerranée.
«Il existe d’énormes possibilités de coopération entre les deux pays – des possibilités qui n’existaient pas auparavant”, a déclaré le Premier ministre grec Alexis Tsipras à un rassemblement d’hommes d’affaires grecs et égyptiens. Un accord commercial a été signé en marge de la conférence, avec la formalisation de la coopération entre les ports de Kavala et Alexandroupolis avec les ports égyptiens d’Alexandrie et de Damiette.
Le PM grec a affirmé pour sa part que l’initiative de coopération tripartite visait la démarcation des frontières internationales en fonction de la loi en la matière afin de profiter des positions géographiques des trois pays.
Des hommes d’affaires et chefs d’entreprise souhaitaient en savoir plus sur les opportunités d’investissement grec en Egypte.
Mercredi, el-Sissi, Tsipras et le président chypriote, Nicos Anastasiades ont tenu un sommet tripartite à Athènes.
L’objectif était d’augmenter le degré de coordination entre les trois pays et développer des privilèges en matière d’énergie, de sécurité et d’économie, dans le cadre des efforts de l’ONU de promouvoir la paix et la stabilité régionale. Compte tenu de la récente escalade des conflits dans la région, la coordination entre les trois pays a encore plus de valeur pour l’Union européenne et le partenariat euro-méditerranéen.
Ce fut le troisième sommet tripartite des chefs des trois Etats comme ils se sont réunis au Caire en novembre 2014 et discuté des questions liées au «terrorisme» et l’immigration illégale.
L’accord entre l’Égypte, Chypre et la Grèce pour la coopération ouvre de nouveaux horizons pour la coopération avec d’autres pays de la région, a déclaré le président Abdel Fattah el-Sissi à l’ouverture de la réunion tripartite.
El-Sissi a dit que la troisième réunion trilatérale reflète les relations historiques profondes entre l’Egypte, la Grèce et Chypre et contribue à la poursuite du développement des relations entre les trois pays et de ses populations, en insistant sur la possibilité d’une coordination sur les questions d’intérêt commun.
 Il a également déclaré que les trois pays partagent de nombreuses caractéristiques communes et les privilèges qu’ils pourraient exploiter, en donnant l’exemple de la coopération dans une région en proie à l’instabilité et au terrorisme. Il a également parlé des possibilités de coopération dans des domaines tels que les investissements.
Le président Anastasiades a déclaré que la réunion tripartite souligne la vision partagée des trois pays pour la paix et la stabilité dans la région et que les efforts de Chypre, la Grèce et l’Egypte favorisent la coopération entre les trois pays. Dans le même temps, dit-il, elle envoie un message fort que la coopération vise à la paix et la stabilité et n’est dirigée contre personne.
Il a ajouté que la Grèce et Chypre en tant que membres de l’UE pourraient contribuer aux efforts pour la paix et la stabilité dans la région et de l’Egypte, comme un leader dans le monde arabe, ce qui pourrait contribuer aux efforts visant à promouvoir ces questions au sein de l’Organisation pour la conférence islamique.
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, accueillant les deux dirigeants, a souligné l’importance stratégique de la coopération des trois pays qui se déroule dans une période où il y a beaucoup de développements de déstabilisation. Tsipras a souligné que les trois pays peuvent prendre de nombreuses mesures pour la coexistence pacifique et lancer une nouvelle ère dans leurs relations, donnant le message d’amitié, la coopération et la paix dans la région. Il a également souligné que les décisions du sommet seront un grand pas en avant.