Dernières nouvelles

Fin de la première phase de la dernière obligation

Karim  Felli

29 Octobre 2015 1:29 pm

 
Au deuxième tour de la première phase des législatives, 224 des candidats individuels étaient membres d’un groupe ou ont reçu l’appui d’un parti, tandis que 212 concouraient comme indépendants.
Le vote pour 16 sièges individuels sera répété après qu’un tribunal a jugé les résultats nuls. Les sièges sont quatre à Damanhour, sept à Alexandrie, et cinq à Béni Soueif. Les 206 sièges individuels sont comblés par l’intermédiaire du deuxième tour avec les deux candidats ayant obtenu le plus de votes par siège en compétition.
55 pour cent des bulletins de vote ont été exprimés par les hommes, 41 pour cent de ceux qui ont voté étaient entre les âges de 18 à 45 ans, 32 pour cent entre les âges de 46 à 60 ans, tandis que ceux âgés de plus de 60 ont été les moins actifs dans les bulletins de vote avec un pourcentage de 27 pour cent.
Des partis politiques de l’Egypte se sont assuré ainsi une représentation au parlement. Le Parti des Egyptiens libres, fondé par le magnat des affaires Naguib Sawiris après la révolution du 25 Janvier, avait le plus grand nombre de candidats représentés dans le vote avec 65 membres sur 112, suivi par le parti nouvellement créé ‘le futur de la patrie” avec 48 candidats. Le Parti Wafd, le plus ancien parti libéral de l’Egypte, avait 35 candidats, tandis que le parti el-Nour salafiste, qui a été très critique du processus électoral dans les derniers jours, avait 25 candidats. Un certain nombre de ramifications de l’ancien Parti national démocratique ont également réussi à se rendre à la deuxième ronde.
Le parti républicain du peuple disposait de 14 candidats, Masr Baladi avait six candidats, l’Egypte moderne en avait cinq, et les conservateurs en avaient trois. Les résultats du Parti de la Conférence, fondé par l’ancien ministre des Affaires étrangères Amr Moussa, et le Mouvement national de l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle Ahmed Chafiq étaient venus comme une surprise pour leurs membres, avec sept candidats de l’ancien ministre et seulement six de ce dernier.
Le Parti social-démocrate de l’Egypte, qui a été fondé après la révolution du 25 Janvier, n’a réussi qu’à concourir qu’avec cinq de ses membres au deuxième tour.
Les expatriés égyptiens étaient retournés lundi aux ambassades et consulats à voter au deuxième tour de la première phase des élections législatives égyptiennes dans 139 pays étrangers. Les deux jours de vote se sont tenus lundi et mardi à l’étranger, et en Egypte mardi et mercredi. Dans le premier tour des élections tenu à l’étranger les 17 au 18 octobre, 30.531 Egyptiens ont voté, avec 20. 777 des voix allant à la liste électorale “Pour l’amour de l’Egypte”, selon les résultats annoncés par la Haute Commission électorale (HCE). Le deuxième tour de la phase a été effectué alors que seulement quatre des 226 candidats individuels ont remporté des sièges dans le premier tour de scrutin. Les expatriés admissibles étaient plus de 680.000, selon les chiffres annoncés précédemment pour les élections présidentielles et parlementaires précédentes. Selon les statistiques du ministère égyptien des Affaires étrangères, il y a plus de 8 millions d’expatriés égyptiens à l’étranger.
Selon les experts, outre les opposants au régime, bon nombre d’électeurs ne se déplacent pas pour voter car ils s’en remettent entièrement au président Al-Sissi, célébré par une majorité de l’opinion et la quasi-totalité des médias comme le sauveur de l’Égypte. Il gouverne par décrets depuis qu’il a pris le pouvoir et ses partisans considèrent qu’un Parlement est superflu. Les gens n’ont pas foi dans les députés et il faut restaurer cette foi. En tout état de cause, les listes et les candidats individuels inscrits ont quasiment tous manifesté leur soutien au gouvernement d’Al-Sissi.
La seconde et dernière phase des élections est prévue les 21 et 22 novembre prochain à l’extérieur et les 22 et 23 du même mois à l’intérieur. En vertu du système électoral qui groupe le système de la liste absolue et celui de la liste individuelle, les électeurs choisiront 448 députés indépendants et 120 représentant les partis politiques participant au scrutin. La Constitution égyptienne donne au président Abdel Fattah Al-Sissi le droit de nommer 28 membres du Parlement.