Dernières nouvelles

Al-Sissi relance le processus de paix au Moyen-Orient

Karim Felli

19 Mai 2016 12:05 pm

 
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est rendu au Caire mercredi pour des entretiens avec le président Abdel Fattah al-Sissi.
La visite de Kerry au Caire est intervenue après des entretiens sur les crises libyenne et  syrienne à Vienne et avant d’aller à Bruxelles pour rencontrer les alliés de l’OTAN. A l’ordre du jour des pourparlers au Caire figurait une série de questions bilatérales et régionales.
Washington avait dit qu’il cherche à maintenir des liens dynamiques et saines avec l’Egypte, à la veille d’une brève visite du secrétaire d’Etat américaine John Kerry au Caire.
Kerry a effectué un court séjour à la capitale égyptienne, le deuxième en moins d’un mois.
Al-Sissi et Kerry ont discuté d’une série de questions bilatérales des États-Unis et l’Egypte, ainsi que les questions régionales.
Le président égyptien avait déclaré son soutien à une proposition française d’organiser une conférence de paix au Moyen-Orient plus tard cette année.
Abdel Fattah al-Sissi a également appelé Israël et les Palestiniens à saisir ce qu’il a décrit comme une occasion «réaliste» et «grande» pour parvenir à un règlement pacifique à leur conflit vieux de plusieurs décennies.
Le président égyptien a affirmé que les Israéliens et les Palestiniens ne doivent pas chercher plus loin que le traité de paix égypto-israélien de 1979 pour voir le résultat positif du rétablissement de la paix.
Il a dit que l’ampleur de l’animosité entre l’Egypte et Israël qui existait avant la conclusion de l’accord historique n’a pas été différente de la façon dont les Palestiniens et les Israéliens se sentent maintenant.
Al-Sissi a affirmé que l’Egypte est prête à «faire tous les efforts” pour contribuer à un règlement israélo-palestinien.
La France tente actuellement de mettre sur pied une conférence internationale afin de relancer le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, au point mort depuis l’échec en avril 2014 de la dernière initiative américaine. Prévue initialement fin mai, cette conférence a été reportée à juin pour permettre au secrétaire d’État américain John Kerry d’y assister.
Le secrétaire d’Etat voulait en savoir plus sur les plans d’al-Sissi. Plus tôt mercredi, Kerry avait parlé par téléphone à cet égard avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu
Le secrétaire d’Etat a souligné en outre l’importance de l’Egypte dans la région. Il a parlé de l’importance de la relation des Etats-Unis avec l’Egypte et la recherche de moyens pour maintenir cette relation dynamique et saine.
Il a ajouté que la menace du terrorisme à laquelle les Egyptiens font face, ainsi qu’une variété d’autres défis politiques, économiques et de sécurité dans le pays ont également été discutés.
La semaine dernière, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry avait tenu une “longue réunion” avec Kerry à New York, où les deux hommes ont examiné une série de questions régionales, y compris les crises en Syrie et en Libye, ainsi que les préparatifs de la prochaine conférence de paix israélo-palestinienne en France.
Le département d’Etat américain avait approuvé la vente des lanceurs de missiles sous-marins Boeing UGM-84L encapsulés Harpoon II antinavires à l’Egypte. Les missiles seront utilisés par les nouveaux sous-marins de type 209 de l’Egypte, qui sont construits par ThyssenKrupp Marine Systems. La société allemande a révélé que l’Egypte avait commandé quatre bateaux de type 209/1400 quand elle a annoncé le lancement de la première en décembre 2015.
Estimé à une valeur de 143 millions de dollars, le paquet approuvé comprend 20 missiles UGM-84L, deux véhicules de formation de certification, des pièces de rechange, l’équipement connexe, la formation du personnel et des services de soutien.
L’Egypte a déjà la version RGM-84L du navire lancé le Harpoon II sur son ambassadeur IV classe artisanat d’attaque rapide.
La semaine dernière, l’ambassade américaine au Caire a déclaré dans un communiqué que la première expédition des MRAP (Mine Resistant Ambush Protected), les véhicules conçus pour protéger les soldats de coups d’engins explosifs improvisés (EEI), les mines terrestres, et d’autres types d’attaques est arrivée dans le port égyptien d’Alexandrie pour sa livraison à l’armée égyptienne.

“Les États-Unis et les grandes puissances avaient affirmé lundi, à Vienne, être favorables à une levée de l’embargo de l’ONU sur les ventes d’armes à la Libye et être “prêts” à armer le gouvernement d’union nationale pour lutter contre Daesh d’autres groupes terroristes”, a déclaré John Kerry, qui présidait la rencontre avec le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, lors d’une conférence de presse.

La Russie, l’Arabie saoudite, la Chine, l’Égypte, la Tunisie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie sont notamment signataires de cet engagement.