Dernières nouvelles

Voyage fructueux de Mehleb à Paris

14 Mai 2015 2:20 pm

 

 

 

Le Premier ministre Ibrahim Mehleb s’est lancé lundi dans un voyage à la capitale française afin de se pencher sur la coopération entre les deux Etats.

Mehleb, qui s’est déplacé avec une délégation de ministres, a signé un certain nombre d’accords économiques avec l’Etat français. Il a rencontré également les investisseurs et les dirigeants français pour se pencher sur la coopération économique.

La délégation de ministres accompagnant Mehleb comprenait les ministres du Commerce et de l’Industrie, de l’Investissement, la Coopération internationale et du Transport. Ibrahim Mehleb était en France à l’invitation de Manuel Valls.

Il s’est entretenu le 13 mai avec Laurent Fabius, qui a évoqué la coopération égypto-française dans la perspective de COP21, la situation au Proche et au Moyen-Orient ainsi que les principaux projets bilatéraux. M. Fabius a également participé au déjeuner de travail organisé à Matignon.

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait effectué une visite en France en novembre dernier, lors de son premier voyage en Europe depuis sa prestation de serment en juin 2014.

Le président a convenu avec son homologue français François Hollande d’activer les investissements et les projets français en Egypte d’une valeur de 796 millions d’euros le 26 novembre 2014. Mehleb a fait le suivi de l’accord lors de sa visite.

Le Premier ministre Ibrahim Mehleb a rencontré le président François Hollande mercredi soir en France pour le suivi des accords signés lors de la Conférence de développement économique de mars en Egypte.

Le ministre de l’Industrie Mounir Fakhry Abdel Nour et la ministre de la Coopération internationale Naglaa al-Ahwany accompagnaient Mehleb pour discuter de nouveaux projets communs et la mise en œuvre des accords signés précédemment avec le président Abdel Fatah al-Sissi

Projets français

Un certain nombre de réunions se sont tenues également avec les PDG français pour examiner les possibilités d’investissement en Egypte, en particulier dans le ciment et la production de pétrole, ainsi que des services bancaires.

Pendant ce temps, la France est en cours d’exécution de la Troisième ligne du métro du Caire et Le Caire a acheté 24 avions de combat Rafale de Paris en février. Par ailleurs, le ministre des Transports Hani Dahi a dit qu’il mène des négociations avec plusieurs institutions financières, visant à obtenir des milliards d’euros de financement pour le prolongement de la ligne de métro du Caire et de la ligne de tramway à Alexandrie.

L’Egypte recevra 300 millions d’euros de la France pour le développement de la ligne de tramway à Alexandrie, selon Dahi, qui accompagnait le Premier ministre Ibrahim Mehleb dans sa visite en France. Le prêt sera facilité avec des taux d’intérêt bas et une période de remboursement de 30 ans.

Dahi a déclaré mardi qu’il négocie également pour obtenir un montant supplémentaire de 700 millions d’euros pour financer la troisième ligne de métro, après que l’Egypte a reçu le premier lot, atteignant 435 millions d’euros.

Coopération militaire

L’Egypte avait scellé un accord de 5,2 milliards d’euros avec la France en février qui a obtenu l’achat de deux douzaines d’avions de combat Rafale et une frégate multi-missions.

La France va livrer une frégate Fremm à l’Egypte en juillet prochain, a déclaré le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian au Premier ministre Ibrahim Mehleb mardi, lors de sa visite dans la capitale française.

En février dernier, Le Caire a scellé un contrat de plusieurs milliards d’euros avec Paris pour acheter la frégate, des missiles air-air et 24 avions de combat Rafale, devenant le premier acheteur étranger de l’avion, après des mois de défaillances par les gouvernements français successifs pour le vendre.

La France souhaite que le navire de guerre sera en prestation et les avions de combat Dassault livrés à temps, malgré la signature de deux autres contrats pour vendre les avions à l’Inde et au Qatar au cours des derniers mois, a dit Le Drian à Mehleb.

Selon Le Drian, une équipe égyptienne est maintenant en cours de formation sur la façon de travailler sur le navire de guerre, qui est prévu pour prendre part à une cérémonie en août pour ouvrir le nouveau canal de Suez en Égypte.

Lutte anti-terroriste

D’autre part, le Premier ministre de l’Egypte a demandé à la France de fermer une chaîne de nouvelles de la confrérie interdite au cours d’une visite d’Etat de deux jours à Paris cette semaine.

Ibrahim Mehleb a rencontré le chef de l’autorité réglementaire de la France mardi, et a demandé que la France ferme une chaîne satellite connue pour son soutien à la Fratrie.

El-Charq est possédée par Bassem al-Khafagui, un homme politique et membre de la Fratrie qui a été interdite en Égypte comme une organisation terroriste depuis la fin de 2013.

La chaîne égyptienne est transmise par la compagnie satellite française Eutelsat qui a son siège à Paris.

Au cours de sa réunion dans la capitale mardi, Mehleb a remercié les autorités françaises pour avoir fermé une autre chaîne liée à la Fratrie “Rabaa” qui a également été transmise par Eutelsat.

“Nous devons remercier le Conseil d’avoir accepté notre demande de fermer la chaîne Rabaa qui a diffusé des programmes anti-Etat”, a déclaré Mehleb aux responsables français. Rabaa a été jugé “biaisée” par un tribunal égyptien en septembre 2014, qui l’a trouvée coupable d ‘«incitation contre la sécurité nationale”. Depuis lors, les autorités égyptiennes avaient travaillé pour l’obtenir supprimée par Eutelsat, qui relève de la compétence du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

Mardi Mehleb a exhorté le Conseil à prendre des mesures contre el-Charq, qu’il a dit n’était “pas différente” de Rabaa en termes de son “orientation et ses messages provocateurs”.

Malgré une fermeture par la société française le mois dernier, Rabaa émet toujours en ligne sous un nom différent.

La France et l’Egypte entretiennent des relations diplomatiques positives, avec la France ayant signé un accord pour exporter 6 milliards de dollars de matériel militaire à la nation d’Afrique du Nord en février.