Dernières nouvelles

Vers une loi régissant les devoirs et droits des médias

19 Mai 2016 12:08 pm

 
Le cabinet égyptien a approuvé lundi un projet de loi régissant les médias et les opérations de presse, législation en attente de l’approbation finale du Parlement.
Des journalistes chevronnés affirment que la loi est très nécessaire pour contenir le “chaos” des médias en garantissant la surveillance et la responsabilité juridique, tout en préservant les droits et les libertés fondamentales.
La législation, que le cabinet a approuvée, sera présentée au Conseil d’Etat, organe consultatif judiciaire, avant d’être soumise au Parlement pour le consentement final.
Le projet de loi de 227 articles établit un conseil supérieur des médias et deux autorités nationales distinctes régissant les organisations de médias publics et privés.
Le projet de loi comprend des dispositions garantissant l’indépendance et la presse, d’autres interdisant les monopoles sur les chaînes de télévision et des journaux, fixant une part maximale de 10 pour cent pour les particuliers.
La loi prévoit des amendes sur les violations commises par les organes de presse et les médias sur des sujets privés ou publics par renvoi à la gouvernance juridique.
Achevé en août 2015, après des mois de préparation, la loi unifiée a été élaboré par un comité de 50 membres des dirigeants de presse et des professeurs de droit chargés de réglementer le travail des médias.
Alors que certains de ceux qui ont coécrit la loi avait exprimé la crainte que le gouvernement imposerait des changements affectant les droits accordés aux journalistes et le personnel des médias, un chef de file du syndical de la presse a déclaré que la loi a été adoptée indemne.
La loi a vu des modifications mineures qui ne sont pas touchées par essence,” a indiqué Gamal Abdel-Réhim, secrétaire général du syndicat de la presse.
A noter que le ministre de la Justice et le Département des affaires juridiques du cabinet ont été affectés à modifier les articles du code pénal. Ceci est dans le but de mettre en œuvre l’article 71 de la Constitution qui interdit la censure de la presse et des médias, ainsi que l’emprisonnement pour les cas d’édition.
Le même ensemble de 50 membres qui a rédigé le projet de loi a rédigé une autre loi qui établirait le premier syndicat du personnel des médias travaillant à la télévision, la radio et les points de vente en ligne.
Les membres du personnel de la TV et la radio ont travaillé pendant des décennies sans un syndicat pour défendre leurs droits au travail ou la supervision des performances.