Dernières nouvelles

L’Égypte, premier client étranger du Rafale

Karim Felli

17 Juin 2016 8:49 pm

Displaying Francois-Hollande.jpg

Sous le haut patronage de monsieur François HOLLANDE président de la République Française, Paris organisera le rendez-vous des professionnels du secteur de l’aviation et de la filière aéronautique. Ce forum est devenu l’un des forums internationaux importants dans ce secteur. Le Paris Air Forum 2016 portera sur le thème de la génération innovation, et se tiendra le 21 juin à la Maison de la Chimie. Avec le Paris Air Forum, on met un coup de projecteur sur les dynamiques et les nouveaux équilibres du marché aérien et les contrats du Rafale entre l’Egypte et la France.
Dans ce contexte, l’Égypte et Dassault Aviation ont commencé les négociations pour la vente de douze Rafale supplémentaires. Un contrat signé dès 2016? La lune de miel dans le domaine de l’armement se poursuit entre le Caire et Paris. Dans la foulée de la visite de François Hollande en Egypte en avril dernier, les négociations entre l’armée égyptienne et Dassault Aviation ont commencé pour l’achat des douze Rafale en option prévus dans le contrat signé en février 2015, selon plusieurs sources concordantes. L’avionneur tricolore aurait même remis une offre aux Égyptiens, selon nos informations. Certains sources proches du dossier interrogées par La Tribune estiment possible une signature du contrat avant la fin de l’année tandis que d’autres se montrent encore prudentes à ce stade des négociations, selon le journal La Tribune. D’autant qu’entre la France et l’Egypte, il existe actuellement de nombreuses autres discussions dans le domaine de l’armement. Le Caire, qui vient de signer l’achat d’un satellite de télécoms militaires, Thales Alenia Space et Airbus SpaceSystems, devra certainement hiérarchiser l’ensemble de ses besoins en matière de défense.
Outre les 12 Rafale, les industriels français proposent au Caire l’armement des quatre corvettes Gowind vendues en 2014 ainsi que quatre autres navires de guerre (deux nouvelles Gowind, l’Adroit et un patrouilleur de 54 mètres de type P400). De son côté, Safran propose le drone tactique Patroller, qui a été choisi par l’armée de terre française. Airbus Helicopters pousse l’hélicoptère de transport NH90 : 24 exemplaires dont 12 TTH (version terrestre) et 12 NFH (version marine). Enfin, Airbus souhaiterait vendre à l’Egypte l’avion de transport militaire A400M en Égypte (10 à 12 appareils).
Arrivé le 16 février 2015 au Caire, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a formalisé la première vente d’avions de combat Rafale à l’exportation (24 au total), lors d’une cérémonie de signature avec le président Abdel Fattah Al-Sissi. Le contrat a été signé par le président directeur général de Dassault Aviation, Eric Trappier, et le responsable de l’équipement militaire de l’armée de l’air égyptienne. “C’est un contrat exceptionnel pour nos industries de défense qui valorise le Rafale, un avion très performant”, a commenté Jean-Yves Le Drian, interrogé le 16 février sur la radio RMC. L’accord de vente des 24 avions de combat Rafale mais aussi d’une frégate multi-missions FREMM, et de missiles MBDA à l’Égypte avait été paraphé jeudi 12 février pour un montant de plus de 5,2 milliards d’euros.
Dans ce contexte, la relation France-Egypte, est une cible prioritaire du terrorisme. Le soutien appuyé de la France au régime du président Al-Sissi, illustré par la signature de plusieurs gros contrats d’armements, font de tout ce qui symbolise les relations entre les deux pays une cible privilégiée pour les terroristes. Si la disparition encore inexpliquée du vol d’Egyptair Paris-Le Caire a immédiatement fait penser à un acte terroriste, c’est notamment en raison des liens particuliers unissant les deux pays. La France et l’Egypte sont non seulement en première ligne dans la lutte contre le terrorisme islamique, mais Paris a également noué une étroite coopération militaire et plus largement économique avec Le Caire. Avec plus de 2,5 milliards d’euros d’échanges commerciaux en 2015, la France est l’un des principaux investisseurs en Egypte. Et ce soutien appuyé de la France à un régime arrivé au pouvoir en 2013 à la faveur d’une révolution contre un gouvernement islamiste, fait de tout ce qui peut symboliser les relations franco-égyptiennes, une cible prioritaire pour les groupes terroristes.
Symbole de cette coopération, l’Egypte a notamment été le premier pays à passer commande de 24 Rafale. Mais Le Caire s’est également offert une frégate multi-missions, des missiles et de deux navires BPC Mistral initialement destinés à la Russie. D’importants contrats ont également conclu dans le domaine économique. Dans les transports, Vinci et Bouygues, associés à des groupes égyptiens, ont également remporté l’appel d’offres pour l’extension de la ligne 3 du métro du Caire pour 1,2 milliard d’euros. Dans le secteur de l’énergie, EDF a signé divers protocoles d’accord pour des projets de centrales solaires, à gaz et d’éoliennes.