Dernières nouvelles

L'Egypte collabore avec l'Italie face aux complots suspects

20 Mars 2016 8:10 pm

Le président égyptien a promis mercredi de faire tout ce qu’il pouvait pour faire la lumière sur la mort du jeune étudiant italien dont le corps mutilé a été retrouvé au Caire.

Les autorités égyptiennes travaillent “jour et nuit” pour résoudre le crime, a déclaré le président Abdel Fattah al-Sissi dans une interview avec le journal La Repubblica en Italie.

“Je vous promets que nous ferons tout pour faire la lumière sur le cas et nous allons arriver à la vérité», dit-il.

S’adressant à la famille de Regeni, il a ajouté: «Nous allons travailler avec les autorités italiennes pour traduire en justice et punir les criminels qui ont tué votre fils.”

Sissi a dit que comme “père d’abord et avant tout”, il comprend la douleur et la souffrance qu’elle sent pour la perte de son fils.

«Je ressens le choc et l’amertume qui a brisé votre cœur», a-t-il réitéré.

Le président Abdel Fattah al-Sissi a aussi dit qu’il croyait que l’assassinat a été conçu pour endommager les relations du Caire avec Rome en provocant les soupçons que les forces de sécurité égyptiennes y ont été impliquées. “Nous allons travailler avec les autorités italiennes afin de rendre justice et de punir les criminels qui ont tué votre enfant,” a-t-il assuré. Al-Sissi a déclaré que l’assassinat était un «choc» pour l’Egypte, mais a également fait valoir que son “timing”, avec le corps trouvé lors d’une visite d’une ministre italienne, a soulevé des «questions».
Dans l’interview, al-Sissi a suggéré que l’assassinat peut avoir été réalisé pour affecter les liens italo-égyptiens.

“Pourquoi est-il arrivé alors que les relations bilatérales prennent de l’élan sans précédent à la fois politiquement et économiquement? Y a-t-il des bénéficiaires qui cherchent à nuire aux relations, étant donné la situation turbulente dans la région?” a-t-il indiqué. Le président Al-Sissi a en outre dit que «la relation avec l’Italie est historique et unique en raison de sa nature, et cela est montré par le fait que l’Italie est le premier partenaire commercial de l’Union européenne.

” Le travail avec Eni est le symbole de la profondeur et la force des relations exceptionnelles avec l’Italie,” a-t-il noté. Al Sissi a souligné également son “grand respect” pour le Premier ministre Matteo Renzi. Le but du meurtre de Regeni, a-t-il expliqué, est de frapper l’économie égyptienne et d’isoler le pays. Ceci est une sorte de représailles contre la grande guerre que l’Egypte mène contre les forces de l’extrémisme et le terrorisme. “C’est un point fondamental à réfléchir», a-t-il dit, ajoutant que la stabilité de l’Egypte est cruciale, si elle devait être affectée, ceci mettrait en danger la Méditerranée et l’Europe. Il signalé que contre le terrorisme, il faut adopter une approche globale et non pas des efforts séparés de chaque pays. “Il est très important que la communauté internationale envoie un message fort aux pays et aux partis qui soutiennent les terroristes leur fournissant des armes, de l’argent et des combattants. Nous savons tous qui sont-ils,» a-t-il fait remarquer, «et il faut un message fort et clair dans lequel il faut leur demander de mettre un terme à l’appui des terroristes.”

L’Italie a envoyé une équipe de sept personnes pour enquêter, mais après un mois, ils n’ont pas reçu tous les éléments de preuve qu’ils disent être nécessaires pour mener à bien l’enquête.

Un responsable de l’accusation avait nié mardi que le parquet italien est impliqué dans les enquêtes sur le cas de Giulio Regeni, notant que la coopération se limite à l’échange d’informations.
Ses déclarations suivaient une réunion lundi entre le Procureur général égyptien Nabil Sadek avec le procureur en chef de Rome Giuseppe Pignatone, dans laquelle ils ont discuté des mises à jour dans le cas et ont convenu d’organiser des réunions entre les enquêteurs italiens et leurs homologues de la police égyptienne.

Une déclaration conjointe a été publiée à l’issue de leur réunion à laquelle ils ont dit qu’ils ont convenu de développer la coopération pour résoudre l’affaire.

“L’Italie ne se mêle pas ni participe à des enquêtes en cours. Ces enquêtes sont menées uniquement par les enquêteurs égyptiens, et personne ne peut intervenir dans ces affaires, ” a indiqué Hossam Nassar, chef de l’Accusation du Sud de Guiza, et membre de l’équipe d’enquête.
Nassar a en outre expliqué que le ministère public égyptien est indépendant, notant que Pignatone a salué l’approche par la poursuite égyptienne des enquêtes. Nassar a noté que l’équipe d’enquête égyptienne chargée de cette affaire va commencer la coopération avec son homologue italien pour recueillir les informations nécessaires à la famille de Regeni en Italie.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères italien Paolo Gentiloni a déclaré que le voyage de Pignatone au Caire va apporter une amélioration certaine de la coopération avec les autorités égyptiennes, alors que les deux parties examinent la mort de Regeni par la torture.
A cet égard, une délégation parlementaire égyptienne doit se rendre à Strasbourg à la mi-avril pour rencontrer les membres du Parlement européen pour les négociations sur la résolution de ce dernier sur l’étudiant italien tué Giulio Regeni, a déclaré le parlementaire Mohamed Al Orabi mercredi.

La décision a été prise après un appel téléphonique entre le président parlement de l’Egypte Ali Abdel-Al et Martin Schulz, président du Parlement européen, a déclaré Orabi.

Margaret Azer a dit que cette délégation sera composée de représentants du Conseil national des droits de l’Homme, des ministères et des législateurs étrangers et locaux.