Dernières nouvelles

Le patrimoine populaire de Cham El-Nessim

10 Avril 2015 1:31 pm

Demain, lundi 13 avril, « Cham El Nessim » ou « la Fête du Printemps » est un don de l’Egypte, berceau des civilisations et des religions, aux différents peuples du monde ancien et moderne. Les coutumes, les traditions sociales et les rituels de cette célébration remontent à des époques lointaines de l’histoire de l’Egypte. Les Egyptiens célèbrent Cham El Nessim le lendemain de la célébration de pâques conformément au calendrier de l’Eglise copte le mois de Barmoudah chaque année.

Cham El Nessim est la plus ancienne fête populaire connue par les Egyptiens depuis plus de 5000 ans. A l’époque des Pharaons, on fêtait cet évènement le jour de l’équinoxe de printemps car on pensait que ce jour marquait le commencement de la création. Les Pharaons appelèrent cette fête « Chamus ». On lui ajoute le mot Nessim afin de mettre l’accent sur la beauté du climat. Ce jour là, les familles égyptiennes sortent dès les premiers rayons du soleil dans les jardins et les parcs pour célébrer l’arrivée du printemps.
Les Anciens Egyptiens célébraient cet évènement par une grande cérémonie officielle. Ils se réunirent devant la façade Nord des Pyramides afin de voir le coucher du Soleil.
Les aspects de la célébration

Les Egyptiens célèbrent Cham El Nessim à travers l’organisation d’une fête populaire, à laquelle toutes les classes sociales confondues participent. Les familles égyptiennes sortent dès les premiers rayons du soleil dans les jardins et les parcs pour célébrer l’arrivée du printemps.
Les coutumes liées à cette fête consistent à servir une série des plats traditionnels, y compris : les œufs, le Fessikh, poisson salé séché au soleil, la laitue, l’oignon vert et la Malana , les graines de lupin, termis .

Les œufs ont commencé à apparaitre sur la table des fêtes du Printemps depuis le commencement de la célébration des Egyptiens par Cham El Nessim. Les œufs symbolisent chez les Anciens Egyptiens la création de la vie d’un objet inanimé. Les Anciens Egyptiens ont inscrit leurs rêves sur les œufs et les ont suspendus sur les branches des arbres dans les jardins afin qu’ils reçoivent les bénédictions du dieu lors de son apparition. Ces décorations ont été évoluées à travers les époques pour devenir de la coloration des œufs.
Le Fessikh fut apparu parmi les plats traditionnels du Cham El Nessim à l’époque de la 5ème Dynastie. Les Anciens Egyptiens ont excellé dans la conservation et l’assèchement des poissons, ainsi que dans la fabrication du Fessikh. Il est considéré à travers les époques comme le symbole du bien.
La Laitue constitue l’une des plantes préférées, qui annonce le début du printemps. Apparue à l’époque de la 4ème Dynastie, elle fut considérée comme l’une des plantes sacrées chez les Anciens Egyptiens.

L’Oignon devint l’un des plats traditionnels de Cham El Nessim à l’époque de la 6ème Dynastie, où il fut lié au désir de vaincre la mort et de surmonter la maladie. son apparition fut également liée à un roman mentionné dans un ancien papyrus, qui nous raconte l’histoire d’un Pharaon, qui avait un enfant unique atteint d’une maladie mystérieuse, que les médecins et les prêtres du temple de Memphis ont été incapables de guérir , c’est pourquoi il a eu recours au Grand Prêtre du Temple d’Aon, qui a attribué la maladie de l’enfant au contrôle des mauvais esprits du mal et lui a mis un fruit mûr d’oignon sous la tête du prince, sur son lit et sur les portes du palais afin de chasser les mauvais esprits, ainsi qu’au lever du soleil, il a mis le jus de l’oignon dans le nez du prince, qui avait remis de sa maladie. De lors, les Pharaons avaient considéré l’Oignon comme une plante sacrée.
Le pois chiche vert était connu chez les Egyptiens sous le nom de Malana, il symbolise l’espoir qu’apporte l’arrivée du printemps.
Les graines de lupin (termis) ont une forme qui peut évoquer la prospérité.
Les coutumes et les traditions de cette célébration n’avaient pas été changées depuis l’époque des Pharaons et jusqu’à nos jours. Chaque année, Cham El-Nessim revient avec ses traditions populaires.

Le zéphyr « Souffle de vie »

Cham El-Nessim est l’héritière des célébrations printanières de l’Egypte ancienne. Jadis, à Abydos, la fin de l’hiver était célébrée dans un temple spécial et les participants passaient la journée en plein air dans la joie pour fêter le retour des beaux jours.
A Alexandrie, selon certaines traditions, la reine Cléopâtre initia le peuple aux fêtes du printemps qui étaient jusqu’alors l’apanage de la noblesse seulement.
A l’époque byzantine, les Alexandrins célébraient cette fête du printemps avec des guirlandes de fleurs, les premières à éclore avec la fin de l’hiver.
A la suite du premier concile de Nicée, en 325, les patriarches d’Alexandrie furent chargés d’annoncer aux autres Eglises la date de la fête de Pâques. Par la suite, le patriarche Athanase d’Alexandrie fixa la fête du printemps au lendemain de la célébration de Pâques. Auparavant, cette fête du printemps était célébrée à des dates différentes.
Cette fête correspond au moment de la pleine Lune d’avril quand le Soleil est entré dans le Bélier et lorsque les jours sont devenus égaux avec les nuits. C’est le printemps qui commence avec les arbres recouverts de fleurs et les jeunes pousses d’où vont sortir les feuilles vertes.
Depuis les temps anciens, l’Egypte célèbre cette entrée du Soleil dans le Bélier, ce qui apporte le renouveau de la nature après les mois d’hiver. C’est le Cham El-Nessim qui fait respirer le zéphyr, ce vent doux et agréable dont les anciens firent un dieu.
Le dieu Zéphyr avait son temple sur la pointe d’Aboukir, à l’est d’Alexandrie. C’était le Zéphyrion où, selon le géographe grec Strabon, était vénéré ce dieu avec la belle déesse Aphrodite. Tous les deux étaient les protecteurs des vents qui, de cette pointe avancée dans la mer, glissaient sur l’Egypte. Les fidèles, au début du printemps, venaient supplier ce dieu et cette déesse afin qu’ils daignent accorder des vents favorables dans tout le pays.
Le dieu Zéphyr était un très beau jeune homme aux ailes diaprées. Il avait le front couvert de violettes et de primevères. Il glissait à travers les airs en tenant en main une corbeille de fleurs printanières.

Traditions actuelles
De nos jours, pour respirer le zéphyr il faut sortir tôt le matin dans la campagne pour le humer avec délice. Bienheureux est celui, qui au cours de la nuit avait fait des rêves dans lesquels le zéphyr était présent. Au matin de ce jour du lundi de Pâques, le zéphyr-« le souffle de vie »-. accompagne une grande lumière qui apporte un changement dans la vie, annonçant un événement important, du moins si ce léger vent était doux et paisible. Mais si le vent est fort en ce matin de fête, si la lumière est désordonnée et divagante, ce sera le signe d’une tempête qui approche. Si le zéphyr peut se manifester dans un doux murmure, il ne le peut pas dans un orage ou au cours d’une tempête.
Le zéphyr du matin de Cham El-Nessim est donc porteur de bonheur, de renouvellement de la nature et aussi de la destinée des hommes. S’il ne se manifeste pas, c’est un mauvais présage.