Dernières nouvelles

Le 150ème anniversaire du parlement égyptien

9 Octobre 2016 12:58 pm

La station balnéaire de Charm El-Cheikh est ce dimanche l’hôte d’une célébration de deux jours pour marquer un siècle et demi de vie parlementaire en Egypte.
La célébration doit être assistée par des orateurs du parlement de 16 pays, 14 délégations parlementaires, et un grand nombre de figures de haut rang égyptiennes, arabes et étrangères. Ces orateurs représentent les parlements de la Jordanie, du Liban, l’Irak, la Tunisie, Djibouti, le Koweït, le Soudan, la Côte d’Ivoire, le Kenya, la Namibie, le Togo, la Gambie, la Mauritanie, Chypre et la Grèce. “
Les présidents des unions parlementaires arabes et africains et le Secrétaire général de l’Union interparlementaire doivent se joindre également à la célébration. Les délégations parlementaires en provenance des Émirats arabes unis, du Maroc, de la Hongrie, du Japon, de la Palestine, de Madagascar, du Ghana et de l’Ouganda doivent assister également à l’événement.
Le président Abdel-Fattah al-Sissi et le président du Parlement Ali Abdel-Al doivent ouvrir la fête, qui se tient au Centre de conférences de Charm El-Cheikh. Le président al-Sissi, M. Abdel-Al, le Secrétaire général de l’Union interparlementaire, le chef de l’Union parlementaire arabe, et le chef de l’Union parlementaire africaine doivent prononcer des discours. Un dîner et un spectacle d’opéra doivent avoir lieu dans la soirée.
Un livre documentaire sur l’histoire de 150 ans du Parlement égyptien doit être disponible en arabe, en anglais et en français au cours de la célébration. Le livre présente à la fois le rôle historique du parlement dans la vie politique et publique égyptienne, soulignant la stabilité et le progrès du pays vers un gouvernement démocratique.
Evolution de la vie parlementaire en Egypte
 L’Egypte moderne a connu le système parlementaire depuis plus de 190 ans et la vie parlementaire a connu à son tour  de multiples évolutions et a donné de multiples noms à ses conseils parlementaires en commençant par le haut conseil et en passant par le Conseil de Consultation puis le Conseil Consultatif des lois, suivi de l’adoption du système de deux Conseils [Sénateurs et Députés]. Après la Constitution de 1923, le système du Conseil  unique reprit après la révolution du 23 juillet 1952. Au début de 1979 le système des deux Conseils fut repris [Le peuple et le Consultatif].  
Le 1er Conseil parlementaire fut élu en Egypte en 1866, sous le règne du Khédive Ismail et c’est le Conseil de Consultation des députés et ce Conseil est considéré le début effectif de la vie parlementaire dans son sens élargi.
Ce Conseil n’a pas duré longtemps sachant qu’il s’est tenu une seule fois pour une réunion ordinaire [du 26 décembre 1881‐ au 26 mars 1882]. Puis l’occupation britannique de l’Egypte survint et supprima la loi essentielle et émit la loi de régulation le 1er mai 1883 considérée comme revers de la vie parlementaire du fait qu’elle n’adoptait pas le principe de séparation des pouvoirs et transformait les Conseils parlementaires en Organismes de consultation.   A la fin de la 1ère guerre mondiale, la révolution de 1919 éclata et eut pour résultat l’émission de la Déclaration de février 1922 en vertu de laquelle, la Grande Bretagne décidait de mettre fin à son protectorat sur l’Egypte et le 15 mars 1922, l’indépendance de l’Egypte fut annoncée…..Puis la 1ère Constitution d’Egypte indépendante fut émise le 19 avril 1923 qui a adopté le système parlementaire basé sur la séparation des pouvoirs … La relation entre les pouvoirs, législatif et exécutif fut régularisée à partir du Conformément à la Constitution de 1923, le travail s’est fait en vertu du système de deux Conseils: Le Conseil des sénateurs et le Conseil des députés.
L’étape de 1923‐1952 s’est caractérisée par l’absence de stabilité politique et gouvernementale au point que l’Egypte a sanctionné 20 ministres au cours de cette période et cela dura jusqu’à la dissolution du parlement en janvier 1952 suite à l’incendie du Caire et l’Egypte resta sans parlement jusqu’à l’éclatement de la révolution du 23 juillet 1952.   A l’issue de la révolution du 23 juillet, le pouvoir législatif traversa de multiples étapes. Jusqu’en 1956, il n’existait pas de Conseil législatif mais avec l’émission de la Constitution de 1956, le régime du Conseil parlementaire unique se substitua aux deux conseils et stipulait la candidature par l’Union nationale des membres du Conseil de la Nation qui a duré du 22 juillet 1956 au 10 février 1958 et qui fut dissolu à l’occasion de l’unité entre la Syrie et l’Egypte le 22 février 1958.   Le Président Abdel Nasser a annoncé la formation d’une Constitution provisoire à l’Etat unifié, le 18 juin 1960, une résolution fut émise pour la formation d’un Conseil de la Nation composé de [600 membres d’Egypte et 200 membres de Syrie]. Les premières élections parlementaires se déroulèrent sous l’époque du président Anouar El Sadate, le 27 octobre 1971, sachant que le nom du Conseil  fut changé en Assemblée du peuple.   L’Egypte a été témoin d’une transformation politique importante en 1976 par l’annonce du système des tribunes à savoir: L’organisation arabe socialiste [le centre], l’Organisation des libéraux socialistes   [la droite] et le rassemblement national unifié progressif [la gauche]  à l’intérieur de l’Union socialiste. L’Assemblée du peuple n’avait pas complété sa durée constitutionnelle, quand un référendum populaire fut tenu le 19 avril 1979 en vertu duquel le Conseil Consultatif fut créé. Après la révolution du 25 janvier, les élections de l’Assemblée du peuple se sont déroulées en trois étapes. La Cour constitutionnelle a dit que le rapport qui révèle que  les Partis politiques ont cherché à prendre la place des indépendants dans les élections selon le système uninominal. Elle a indiqué dans son jugement que les élections de l’Assemblée du peuple se sont déroulées à partir de textes non constitutionnels et que par conséquent la formation de l’Assemblée tout entière est nulle depuis son élection et que  cette Assemblée ainsi élue est nulle par la force de la loi.  
L’actuel parlement de l’Egypte, qui s’est d’abord réuni le 10 janvier de cette année, comprend 596 députés. Sa deuxième saison législative a commencé cette semaine après une pause d’un mois d’été.