Dernières nouvelles

Al-Sissi défend les lois anti-terrorisme

Michael victor

16 Juillet 2015 2:03 pm

La société égyptienne fait face à des actions terroristes par des armes, des explosions et une pensée dévastatrice.Un des penseurs a dit cette fameuse phrase: «La vérité est lamentable: Nous sommes les créatures les plus dures sur terre, les plus brutales et les plus éloignées de la miséricorde”. Ceci est ce que nous observons dans les actes inhumains de terroristes envers la communauté dans son ensemble et en particulier les responsables de l’armée et de la police, l’appareil judiciaire et les citoyens adoptant des idées opposées à leurs idéologies anormales et destructrices.
Dans ce contexte, le président Abdel Fattah Al-Sissi s’est adressé à la nation mardi dans un discours à l’Iftar de la Famille égyptienne, devant plus de 700 participants.
L’Iftar a été suivi par plusieurs familles des policiers décédés et des responsables militaires. Étaient également présents des jeunes, des personnalités des médias et des représentants des différentes factions sociales.
Al-Sissi a défendu les lois qu’il a récemment adoptées, en disant qu’elles visent à réaliser la volonté des Egyptiens, accordant l’immunité à l’Etat, et préservant sa position et ses institutions. Il a également dit qu’elles visent à prévenir les stratagèmes visant à décourager les citoyens en secouant la stabilité du pays.
Un projet controversé de loi anti-terreur est actuellement en attente de son approbation, suite à l’approbation donnée par toutes les institutions étatiques nécessaires pour faire son chemin vers la présidence.
L’article 33 de la loi, en particulier, a soulevé des inquiétudes parmi les journalistes et les ONG en matière de liberté de la presse. L’article exige que les médias ne rapportent que les chiffres annoncés par l’État dans les questions concernant le terrorisme, avec les contrevenants faisant potentiellement face à des peines d’amende.
Le président a également récemment adopté une loi lui donnant le droit de licencier les chefs et membres des organes indépendants et des organismes de réglementation, vue par beaucoup comme une violation de la constitution. La loi a soulevé des questions quant à l’indépendance et l’objectivité dans la surveillance de l’Etat.
Al-Sissi a condamné certains affirmant que le Nouveau canal de Suez a été construit comme un «spectacle» pour lui. Il a dit que ces mots sont douloureux, et qu’il n’y a aucun moyen par lequel l’Etat pourrait utiliser le nom des personnes, leur argent et leurs ambitions de cette façon.
Il a dit que l’ouverture de la nouvelle voie navigable le 8 août sera une occasion heureuse pour tous les Egyptiens, et qu’il souhaitait que tous les Egyptiens puissent y assister. Il a assuré que tous les efforts sont déployés pour lancer l’ouverture d’une manière respectable.
Le président a renouvelé son engagement à organiser des élections législatives avant la fin de cette année. Il a souligné la récente adoption d’une loi électorale divisant les circonscriptions votant comme un engagement de son administration à remplir cette promesse.
Al-Sissi a saisi l’occasion pour féliciter le peuple égyptien et le peuple des pays arabes et musulmans pour la prochaine fête de l’Aïd Al-Fitr, qui marque la fin du mois sacré du Ramadan.
Le président a également saisi l’occasion pour rendre hommage aux officiers et conscrits de la sécurité et des forces armées tombés. Il a dit que leur sacrifice est venu pour assurer la vie de millions d’Egyptiens.
Al-Sissi a ensuite attiré l’attention à ce qu’il a dit étaient les dangers graves auxquels la nation fait face, et le besoin d’unité à cet égard. Il a dit que le peuple égyptien doit se méfier des dangers jusqu’à ce que l’Egypte atteigne la sûreté, la sécurité et la prospérité.
Il a également appelé à la prudence lors de la transmission des nouvelles et des informations, en disant que la précision doit être assurée pour préserver le moral élevé des citoyens, ainsi que celui du personnel de sécurité et militaire. Il a indiqué que l’Egypte faisait face à une guerre de la “quatrième génération” qui utilise des moyens de communication et la technologie moderne afin d’infliger un préjudice psychologique au peuple égyptien.
Plus tôt mardi, Al-Sissi a prononcé un autre discours lors d’un événement tenu au ministère des Waqfs, dans la célébration d’une nuit religieuse dans le mois sacré du Ramadan. Le président a saisi l’occasion de faire appel à des prédicateurs pour corriger ce qu’il a dit est une “image erronée” de l’Islam.
Attentat
Une personne a été tuée samedi 11 juillet par l’explosion d’une voiture piégée devant le consulat d’Italie au Caire. Une attaque revendiquée par le groupe Etat Islamique en fin d’après-midi. C’est le premier attentat contre une mission diplomatique depuis le début, il y a deux ans, d’une vague d’attaques jihadistes en Egypte.
La voiture a explosé aux environs de 6h30. La déflagration a soufflé une partie de la façade du consulat qui était alors fermé, laissant apparaître l’intérieur du bâtiment, situé au cœur de la capitale. L’attentat a été revendiqué par le groupe Etat islamique.
Selon le porte-parole du ministère de la Santé, un civil est mort et neuf personnes, des policiers et des passants, ont été blessées dans l’explosion. Outre le consulat, une guérite en bois de la police a été entièrement détruite, tandis qu’une cinquantaine de bâtiments publics et d’habitations privées ont été touchés par l’explosion.
Le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a affirmé que son pays ne se laisserait “pas intimider”. Il a par ailleurs estimé qu’il ne faisait “aucun doute que l’objectif de l’attentat était le consulat italien”. “L’Italie et l’Egypte sont et seront ensemble dans la lutte contre le terrorisme”, a déclaré pour sa part le Premier ministre italien Matteo Renzi, au téléphone avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.
La France a condamné l’attentat, disant se tenir “aux côtés de l’Egypte et de l’Italie dans la lutte contre le terrorisme”. L’Union européenne a elle dénoncé dans un communiqué “une nouvelle tentative de défier la détermination égyptienne et européenne à lutter contre le terrorisme”.