Dernières nouvelles

Le sommet G20 se tiendra sur le Recul de l’économie  mondiale

Karim Felli

11 Août 2016 12:32 pm

 
Le sommet du Groupe (G20) prévu les 4 et 5 septembre 2016 à Hangzhou en Chine, offrira aux autorités chinoises l’occasion de présenter et de promouvoir leur point de vue sur le développement mondial. L’initiative chinoise “la Ceinture et la Route”, qui vise à promouvoir la construction d’infrastructures dans les pays le long des anciennes Routes de la soie et à doper le développement économique dans toute la région, sera un sujet important lors de ce sommet, selon Alexeï Maslov, directeur du département d’études orientales au sein du Haut collège d’économie russe. Il a confié à l’agence chinoise de presse: “Je pense que le débat portera plutôt sur les moyens de développer les infrastructures, sur qui prendra la tête de la restructuration des infrastructures”.
Les analystes proposent que la Chine trouve sa propre façon de promouvoir son idée d’économie verte, qui est non seulement écologique mais aussi exempte de corruption et de toute influence extérieure. La Chine fait ce qu’il faut, en se défendant non seulement des accusations présumées (de non-respect des règles environnementales, mais en créant également son propre concept et invitant d’autres à y adhérer. Le débat concernant l’économie verte devrait également se concentrer sur les capacités d’investissement des pays et sur la croissance durable de l’économie mondiale, surtout lorsque l’on prend en compte une crise économique complexe et multilatérale, selon lui.
D’après Alexeï Maslov, l’enjeu du sommet consiste à “montrer que les pays partagent les mêmes préoccupations et font face aux mêmes problèmes ainsi qu’aux mêmes tendances”, plutôt que chercher à fournir des solutions définitives. Maslov souligne que le sommet du G20 est aujourd’hui devenu un mécanisme efficace et non plus une simple plateforme de discussion. “Savoir comment la Chine va pouvoir concilier les points de vue de parties différentes est une vraie question et une lourde responsabilité”, observe l’analyste. “Seule la Chine, peut-être, est aujourd’hui en mesure de réunir des pays différents dotés de règles économiques différentes autour de la table de négociation, avec pour objectif de travailler à une solution commune”, poursuit Maslov. Grâce à la mise en œuvre de réformes structurelles “assez appropriées” de l’économie chinoise, le pays a fait preuve de sa forte détermination politique auprès du monde entier, selon lui, avant cependant d’avertir que “la conjoncture économique chinoise, voire de toute l’Asie, exige une mise en œuvre rapide de ces réformes”.
Les médias espèrent que le sommet du G20 définira des méthodes pour stimuler l’économie, faciliter le commerce extérieur, supprimer les barrières douanières et promouvoir les interactions internationales grâce à la création de zones de libre-échange et de zones de développement commun. Les experts économiques estiment que le sommet du G20 pourra déboucher sur une plus grande liberté de commercer et jouer un rôle plus responsable dans la résolution des problèmes globaux, ajoutant que les transferts internationaux de technologie seront également davantage favorisés.
Sur fond de faible reprise de l’économie mondiale et de situation politique instable, les pays du monde s’attendent à ce que le Groupe des Vingt (G20) joue un rôle plus important dans la gouvernance mondiale et la croissance économique. Face à l’incertitude autour du Brexit, le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la baisse en juillet ses prévisions de croissance mondiale à 3,1% en 2016 et 3,4% 2017, soit 0,1 point de pourcentage de moins que lors de ses prévisions d’avril dernier. Par ailleurs, un recul de la mondialisation commence à constituer un danger pour l’économie mondiale, alors que les populismes sont en hausse, avec comme exemple la candidature de Donald Trump à la Maison Blanche. Dans ce contexte, le monde fonde de grands espoirs sur le G20 qui regroupe les pays représentant plus de 85% de l’économie mondiale. Le bon sens dit que le développement économique est une condition préalable à la sécurité et qu’une stagnation économique pourrait entraîner des risques et des dangers imprévisibles.
Le prochain sommet du G20 prévu les 4 et 5 septembre, offrira une plateforme aux chefs d’Etat et de gouvernement ainsi qu’aux gouverneurs de banque centrale pour échanger leurs points de vue sur la politique macro-économique. Les membres de ce cénacle reconnaissent la nécessité de concentrer leurs ressources au profit de la croissance économique afin de renforcer le socle de la sécurité mondiale au lieu de tomber dans un “piège géopolitique”. Tout le potentiel et la force d’une croissance économique mondiale sur le moyen et le long terme sont ancrés dans l’innovation, la réforme et l’adaptation.
Le thème du sommet de cette année “Vers une économie mondiale innovante, revigorée, interconnectée et inclusive”- reflète de façon frappante les efforts du G20 pour que l’innovation inspire une croissance économique durable et permette de surmonter les obstacles structurels et institutionnels. Enfin, il doit donner aux pays en développement davantage de voix pour doper l’économie mondiale
Rappelons à cet égard que la Chine et l’Egypte avaient convenu de renforcer leur coopération dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route” lors de la visite d’Etat du président chinois Xi Jinping au Caire en janvier dernier.
Lors de leur rencontre au palais historique de Qouba, M. Xi, qui a proposé l’initiative “la Ceinture et la Route” en 2013, et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi avaient atteint un consensus général pour développer ensemble cette initiative.
M. Xi avait proposé que les deux pays travaillent ensemble pour faire de cette nation arabe un pilier de l’initiative “la Ceinture et la Route”, constituée de la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du XXIe siècle.
A cette fin, il avait suggéré que les deux pays alignent leurs stratégies et visions de développement et se concentrent sur la coopération dans la construction d’infrastructures et le renforcement des capacités de production.
Parallèlement, la Chine s’est dite prête à participer aux grands projets de l’Egypte tels que le développement du corridor du canal de Suez et la construction d’une nouvelle capitale administrative.
Lors de cette rencontre, M. Xi a invité M. Sissi à participer au prochain sommet du G20. Le président égyptien a par ailleurs remercié son homologue chinois pour l’invitation au sommet du G20 à Hangzhou en tant qu’invité d’honneur et a exprimé la reconnaissance de son pays à l’égard de la Chine pour avoir toujours été honnête et équitable sur les problèmes au Moyen-Orient.