Dernières nouvelles

BRVM: faut-il investir dans l’action Ecobank?

Abdelmasih YOUSUF

26 Novembre 2014 1:56 am

 

Lire ci-dessous l’opinion de l’économiste en chef de l’agence de notation Bloomfield.

Le titre ETI s’affiche cette semaine à 52 FCFA, soit une baisse de 1,89% comparativement à la semaine dernière (53 FCFA). Il réalise cependant une performance de 1,96% sur l’année. La banque panafricaine a réalisé des performances remarquables au cours de l’année 2014. En effet, au 1er semestre 2014 le produit net bancaire s’est établi à 1 073 millions dollars US contre 945 millions dollars US, soit une hausse de 14%. Le coefficient d’exploitation s’est amélioré, atteignant 68,1 % contre 71,0 % l’année précédente, traduisant ainsi une bonne efficacité de l’exploitation du groupe bancaire.

ETI a réalisé au 1er semestre 2014 un résultat net de 194 millions de dollars US en augmentation de 15% comparativement au 1er semestre 2013, du fait principal de la croissance des revenus et l’amélioration de l’efficacité opérationnelle, notamment au Nigéria et au Ghana. Le 3eme trimestre 2014 a également été favorable à ETI qui a enregistré une hausse de 14% du PNB et de 29% du résultat net qui s’affiche respectivement à 1 650 millions de dollars US et 322 millions de dollars US.

En termes de performances par zone géographique, la croissance du résultat avant impôt au 30 Septembre a été soutenue dans la plupart des régions : Nigéria (+76%), Afrique Centrale (+63%), Afrique de l’Ouest Francophone (+37%), Afrique de l’Ouest hors UEMOA et Nigéria (+28%), Afrique Australe (+53%) et l’Afrique de l’Est qui affiche un résultat positif après avoir été en déficit au cours de l’année dernière.

L’entrée dans le capital d’ETI de Qatar National Bank et de Nedbank contribuera à renforcer la gouvernance au sein d’ETI et à permettre à la banque panafricaine de se développer davantage .Le titre ETI se présente comme une bonne opportunité pour les investisseurs. Cependant, le faible taux de rendement moyen de l’action 3,8% comparativement à la moyenne sectorielle du secteur financier (5%), en raison d’un dividende net par action en baisse, pourrait impacter négativement l’attractivité des investisseurs pour ce titre.