Dernières nouvelles

Watani déplore la disparition de deux femmes de proue

Angèle Reda-  Catherine Faragallah

20 Mars 2015 10:01 pm

 
En ce mois de mars, deux pionnières de la famille de «Watani »:Mme  Irène Abdel Sayed  et Mme Laila el Henawi sont disparues respectivement le 5 et le 18,  après une vie pleine  de contributions  aux lecteurs  de notre journal. 
 
Irène Abdel Sayed a fourni à ses lecteurs au fil des ans depuis 1958 une dose hebdomadaire d’hagiographie en les divertissant avec son éditorial hebdomadaire à “Watani” jusqu’en 2004 intitulé “Agenda de la semaine”, où elle a présenté une série de valeur au lecteur à côté de la croissance spirituelle et de la grâce et la bénédiction, pour jouir de la connaissance profonde qui résume la nouveauté dans le cadre de la vie des saints qui n’a pas été rapportée par les Pères de l’Eglise en détails fournis au lecteur.
Elle disait avant d’écrire sur la vie des Saints: “Nous avons besoin de nouveauté sur les saints et voyons qui n’a pas été publiée auparavant, dans l’accomplissement des paroles du divin; “N’allumez pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur un chandelier pour illuminer tous ceux qui vivent à la maison”, “Réjouissons-nous ensemble en lisant la vie de ceux qui nous ont illuminé le chemin du royaume en suivant les pas de la voie, la vérité et la vie.”
Née en 1929, diplômée du Département de journalisme à l’Université américaine en 1954, fut la première femme à obtenir un diplôme de l’Institut d’études coptes en 1956, et a rejoint “Watani” directement après pour travailler comme rédactrice pour le journal dans la section des femmes et de la famille, et au journal “Al-Gomhouriya”, en plus de son travail au ministère de la Culture. Quand le gouvernement a émis la décision d’interdire l’occupation de deux emplois, elle a travaillé comme rédactrice de l’agenda de la semaine pour satisfaire sa passion pour le journalisme et compléter le service spirituel dans la rédaction de l’hagiographie, à côté du travail à l’Autorité égyptienne générale du livre. Elle fut secrétaire de service à l’église de l’Anba Roweis en la cathédrale Saint Marc et priait en l’église Botrossia jusqu’au dernier jour de sa vie et son office funèbre a eu lieu aussi en cette église.
Son dernier article à Watani était le 29 février 2004 sur le dimanche de la tentation, et ce au moment de jeûne sacré pour la fête de la Résurrection. Elle est sortie de l’hôpital le 6 mars 2004, après 11 années de maladie dans la même semaine, Irène Abdel Sayed est rentrée le 28 février 28 2015 à l’hôpital au même moment du Carême et s’est déplacé vers le Ciel le 5 mars 2015.Mère du docteur  Astrophysics  Magd Elias Kahil et de Nana  Elias qui vit au Canada.
Quant à Laila el-Henawi, Pionnière de la Presse pour les femmes,  Professeure journaliste consultante du rédacteur en chef du journal  elle est l’une de la première génération du journal qui est apparu avec sa plume exceptionnelle depuis la publication de Watani. C’est elle qui a fondé la page des femmes dans le journal Watani qui était la première page de son genre spécialisée dans la presse égyptienne. Elle fut rédactrice de la colonne “Layali” (Soirées) dans la page de la famille et de la communauté. Elle est restée attachée à sa plume au mépris des maladies jusqu’à ses derniers jours
Laila el-Henawi ou “Mama Leila», comme les journalistes et les rédacteurs de Watani aimaient l’appeler, était une des premières femmes inscrites à la Faculté de lettres, Université du Caire, section journalisme et a obtenu un baccalauréat dans la première promotion de cette faculté. Elle a décroché ensuite une maîtrise de  journalisme de l’Institut des mass-médias, qui s’est transformé en Faculté de communication par la suite, relevant de l’Université du Caire.
Elle a travaillé dans le journalisme depuis le stade d’étude au journal Al Tahrir et la Maison Dar el-Hélal, mais elle a préféré se joindre à Watani où elle a travaillé depuis sa création. Elle a contribué à la création d’une section spéciale pour les femmes ayant  la croyance en la liberté des femmes et leur droit au travail et la participation à la vie politique et publique à côté de leur donner des leçons sur la façon d’être mère, épouse et femme travailleuse, sans préjudice à ces aspects ..
 “Mama Laila” a été honorée le 24 novembre 2008 lors du jubile d or du journal en présence du Pape Chenouda III , reconnaissance de sa carrière qui a dépassé cinquante ans et continue dans le cadre de son éditorial «intitulé “Layali” (Soirées) pour le conseil de famille et l’éducation des enfants. “Le message à une femme connue” est le titre d’un livre publié par la maison Watani, mettant en vedette des centaines d’articles sur les femmes et les hommes et leur relation fondamentale éternelle, et “Mama Laila” a écrit sur  l’éducation des enfants depuis plus de cinquante ans.
Laila el-Henawi est la veuve du défunt écrivain et scénariste Fouad Guindi qui est considéré comme l’un des fondateurs de la Fédération égyptienne des écrivains et la mère de l’artiste célèbre Chahira Fouad et du docteur Chérif Fouad .
33