Dernières nouvelles

Nouveau chef-d'œuvre sur le roi-enfant

9 Juillet 2015 12:55 pm

Dans le cadre magnifique d’un hôtel du Caire a eu lieu la cérémonie de lancement de la nouvelle publication de Laboratoriorosso “La légende de Toutankhamon”, avec des textes de Zahi Hawass et photographies de Sandro Vannini.
L’événement a réuni environ 500 personnes, dont de nombreuses personnalités culturelles, artistiques, politiques et universitaires égyptiennes éminentes. Samir Sabry, un célèbre acteur, chanteur et présentateur de télévision, a présenté l’événement qui comprenait une performance par l’actrice Samira Kirollos sur l’histoire du roi Tout, un concert de la chanteuse Azza Balbaa et sa bande, et des discours par Chris Naunton, égyptologue britannique et directeur de l’Egypt Exploration Society (EES), et les différents sponsors. À la fin de la présentation, les auteurs Zahi Hawass et Sandro Vannini ont prononcé leurs discours et ont présenté une copie du livre à Mme Jihane Sadate, à qui le volume est dédié.
L’hôtel a accueilli et parrainé l’événement dans le cadre de la campagne mondiale #Activ8Egypt, qui vise à soutenir et relancer le tourisme en Egypte par la participation des partenaires clés de l’industrie et des organismes gouvernementaux dans le but d’amener le pays à redevenir la première destination de choix. Le logo de la campagne comporte le mot MISR, ce qui signifie en arabe l’Egypte, où chaque lettre représente des mots qui peuvent décrire l’offre touristique de l’Egypte: Magnifique, Chaleureuse, Sensationnelle et Enrichissante.
 
La légende de Toutankhamon
 
Toutankhamon est une présence constante dans l’iconographie de l’Egypte ancienne et dans l’imagination de ceux qui abordent cette magnifique civilisation pour la première fois. Des années de recherche ont été consacrées au roi Boy et, encore, de nombreux mystères l’entourent encore et de nouvelles découvertes sont régulièrement réalisées. La fascination de son caractère et la beauté à couper le souffle du trésor de renommée de sa tombe sont sans fin et continuent à conquérir le cœur des gens partout dans le monde. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui n’a jamais vu au moins une photo de son célèbre masque funéraire ou de son sarcophage en or massif? Néanmoins, très peu ont eu l’occasion d’admirer ces superbes objets de près.
 
Laboratoriorosso a récemment annoncé la publication de La légende de Toutankhamon, le nouveau livre par l’archéologue de renommée mondiale Zahi Hawass et le photographe italien Sandro Vannini: une pièce d’art unique qui offre la possibilité d’observer en détail le plus célèbre trésor dans le monde et d’explorer la dernières découvertes sur le roi-enfant. Ce travail représente le deuxième volet d’une trilogie par les mêmes auteurs qui ont commencé avec un voyage secret, publié par Laboratoriorosso en 2009, et qui va se terminer par un volume sur les pyramides.
 
Zahi Hawass raconte l’histoire de Toutankhamon en ajoutant une nouvelle saveur à la narration. De nouveaux personnages, des découvertes et anecdotes fascinantes sont réunis dans ce travail extraordinaire pour prendre le lecteur à travers un voyage sensationnel, rempli de perspectives uniques dans la vie, la mort, et l’héritage du jeune pharaon.
 
Le volume comprend également une introduction par George Herbert, comte de Carnarvon, et un essai sur «l’égyptomanie dans les temps anciens et modernes», par les archéologues italiens Stefano De Angeli, Riccardo Fusco, et Roberto Buongarzone. Il est dédié à Mme Jihane Sadate pour l’amour qu’elle a toujours donné à l’Egypte.
 
«J’ai écrit 9 livres sur Toutankhamon. Celui-ci est le dernier, le plus proche de mon cœur. Lorsque je l’ai vu imprimé pour la première fois, je ne pouvais pas croire qu’un livre comme celui-ci pourrait exister. Les photos sont fantastiques et le texte introduit tout ce qui est nouveau à propos de King Tut. Je crois que ceci est le livre ultime sur Toutankhamon, celui qui devrait être présenté à l’occasion du centenaire de la découverte de son tombeau. “, a déclaré Zahi Hawass.
 
La malédiction du pharaon
 
Toutankhamon (né vers -1345, mort vers -1327) est le onzième pharaon de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire). Selon les dernières études génétiques, il est le fils d’Akhénaton et de la propre sœur de ce dernier, dont l’identité est inconnue, mais baptisée Younger Lady, dont la momie est répertoriée KV35YL. 

On ne sait pas pourquoi ce n’est pas lui qui succède directement à son père. Peut-être son trop jeune âge à l’époque, environ neuf ans (on trouve aussi cinq ou six ans), dans une période de troubles, de remises en cause des religions, de bouleversement des valeurs traditionnelles et de risque de guerre avec les Hittites. Il va régner jusqu’à l’âge de dix-huit ou dix-neuf ans (certains spécialistes, comme Marc Gabolde et Edward Frank Wente, disent vingt ans). Son règne est situé entre les années -1336 / -1335 à -13271.

Toutankhamon doit sa célébrité à la découverte de sa sépulture par l’archéologue britannique Howard Carter le 4 novembre 1922 et au fabuleux trésor qu’elle recèle. La notoriété de la découverte augmenta grâce à une légende reprise par la presse de l’époque et faisant état d’une malédiction du pharaon.

La légende d’une « malédiction des pharaons » est née avec la mort de Lord Carnavon, alimentée par des journaux cherchant à augmenter leurs ventes au moment de la découverte.

Les journaux parlent alors d’une inscription – inexistante – qui aurait indiqué : « Ceux qui entrent dans ce tombeau sacré seront visités par les ailes de la mort ». La rumeur affirme que le chien du Lord, resté au château de Highclere, poussa un hurlement au moment de la mort de son maître. À cet instant, les lumières du château ainsi que celles du Caire s’éteignirent. Dans la décennie suivante, la presse attribue une trentaine de mort à la malédiction.

L’épidémiologiste Mark Nelson, de l’université Monash à Melbourne, a étudié les livres d’histoire et suivi le parcours de quarante-quatre occidentaux signalés par Howard Carter comme étant présents en Égypte pendant l’expédition de février 1923 à novembre 1926. ll s’agissait des membres de l’expédition, de membres de la presse, des membres de la royauté belge, des officiels britanniques et d’experts employés par le gouvernement égyptien.

Vingt-cinq d’entre eux ont assisté à l’un des quatre événements pouvant les exposer à la malédiction de la momie : à l’ouverture de la tombe, quand le sarcophage de Toutankhamon a été ouvert, quand les trois cercueils d’or ont été ouverts, et lorsque la momie de Toutankhamon a été examinée. Ces personnes sont décédées à un âge moyen de soixante-dix ans, alors que les dix-neuf autres personnes sont décédées à un âge moyen de soixante-quinze ans.

Carl Nicholas Reeves, dans The Complete Tutankhamun, démystifie la malédiction, en soulignant que Lady Evelyn Herbert, fille de Lord Carnarvon, qui était présente à l’ouverture de la tombe, est morte à 79 ans, que Alan Gardiner, qui a étudié les inscriptions de la tombe, a vécu jusqu’à 80 ans et Douglas Derry, qui a autopsié la momie de Toutankhamon, a atteint 87 ans.