Dernières nouvelles

Nawal Al Saadawi, Commandeur de l’ordre national

du mérite

24 Janvier 2014 3:36 pm

Nawal Al Saadawi est une écrivaine égyptienne née le 27 octobre 1931 à Tanta. Médecin psychiatre et féministe elle a été emprisonnée en 1981 pour s##être opposée à la loi du parti unique sous Anouar el-Sadate. Son livre “Mémoires de la prison des femmes” relate cet épisode. Libérée sous Moubarak elle fonde en 1982 “l’Association arabe pour la solidarité des femmes” qui fut interdite en 1991.

 
Elle a publié en janvier 2007 une pièce de théâtre en arabe intitulée “Dieu démissionne à la réunion au sommet”. Jugé blasphématoire, ce livre a été retiré de la vente avant même l’ouverture du procès qui lui fut intenté. L’écrivaine a pu regagner la patrie après avoir gagné le procès pour recevoir sa prestigieuse décoration..
Nawal AlSaadawi est l’une des personnalités égyptiennes les plus reconnues et appréciées en France. Son parcours et son œuvre lui ont valu lundi dernier, une des décorations remises par l’Etat français pour récompenser les mérites éminents : la médaille de commandeur de l’ordre national du mérite. L’Ambassadeur de France, Monsieur Nicolas Galey a rendu hommage à cette grande Dame de la littérature arabe et des Droits de l’Homme en rappelant les étapes clefs de son parcours et de son œuvre marquée par des publications poignantes et engagées parmi lesquelles « Mémoires d’une femme docteur », considérée comme l’œuvre fictionnelle pionnière du féminisme moderne arabe, « Mémoire de la prison des femmes » inspirée de sa propre incarcération en 1981 ou encore « la femme et le sexe » qui s’attaque à des tabous de la société égyptienne tels que la sexualité, la religion et l’excision. Son engagement associatif et politique, loin des partis, ne s’est jamais démenti. Nawal Al Saadawi a mené de nombreux combats notamment pour les droits des femmes et a largement contribué à la promulgation d’une loi interdisant l’excision en Egypte en 2008. Ses combats qui lui ont valu bien des revers, dont la censure et l’incarcération, dépasse les frontières de l’Egypte comme l’a rappelé l’Ambassadeur de France : « Votre parcours vous a conféré une aura qui dépasse de loin les frontières de l’Egypte. Liée au mouvement féministe français dans les années 1970, active dans l’ensemble du monde arabe dans les années 1980 à travers l’Association arabe pour la solidarité des femmes, vous donnez aujourd’hui des conférences dans le monde entier. Vous restez cependant fidèle à votre pays et vous vous êtes rapidement engagée aux côtés de la jeunesse libérale égyptienne lors de la révolution du 25 janvier 2011  Votre nomination au grade de Commandeur de l’Ordre national du Mérite permet aujourd’hui à la France de reconnaître solennellement votre courage et votre engagement constant et déterminé en faveur des droits des femmes et des individus, en Egypte et dans le monde. »