Dernières nouvelles

Mo Yan prix Nobel de littérature 2012

Christine Ibrahim

27 Novembre 2012 9:56 am

L##écrivain chinois, auteur de Beaux seins, belles fesses, a remporté le prix Nobel de littérature 2012.

L’écrivain chinois, auteur de Beaux seins, belles fesses, a remporté le prix Nobel de littérature 2012.
C’est l’écrivain chinois Mo Yan qui reçoit le prix Nobel de littérature 2012, et les 929 000 euros qui vont avec, pour son “réalisme hallucinatoire” qui “unit conte, histoire et monde contemporain”. L’auteur de Beaux seins, belles fesses, du Pays de l’alcool et du Supplice du santalétait donné deuxième par les parieurs de Ladbrokes, derrière Murakami, avant de se faire doubler par Peter Nadas et William Trevor.
Une fois de plus, l’Académie Nobel aura donc su préserver la surprise, avec ce choix qui confirme aussi sa préférence pour les lauréats politiques, puisque écrivain populaire et reconnu en Chine, Mo Yan a cependant su glisser dans ses romans des traits critiques sur l’ère communiste.
Mo Yan est le deuxième écrivain de langue chinoise à obtenie le Nobel aprèsGao Xingjian en 2000. Il a accédé à la notoriété en Occident grâce au film Le Sorgho rouge (1987), tiré d’un roman du même titre, et qui a décroché l’Ours d’or à la Berlinale de 1988.
Agé de 57 ans, il est né Guan Moye, en 1955 au sein d’une famille paysanne de la province de Shandong, au sud de Pékin. Sa famille connaît la faim durant le grand bond en avant. Le pseudonyme qu’il s’est donné signifie “celui qui ne parle pas”. Une réserve qui lui a sans doute été bénéfique alors qu’il a fait toute sa carrière dans l’armée chinoise, avant d’en démissionner quand sa réputation fut bien assise. D’autres écrivains chinois l’ont récemment critiqué pour son manque de soutien aux auteurs dissidents. Cependant, selon l’Académie suédoise, La Mélopée de l’ail paradisiaque(1988) et une satire intitulée Le Pays de l’alcool (1992) sont subversifs “en raison de leur critique acérée de la société chinoise contemporaine”.