Dernières nouvelles

Le tramway d'Alexandrie avance

Nevine Kamil

8 Décembre 2016 1:06 pm

L’histoire du tramway d’Alexandrie, y compris des photographies, des cartes et des films qui n’avaient jamais été publiés auparavant, a été exposée lors d’une exposition récente sous le titre «Le Tram de Ramleh, tramway d’Alexandrie» à l’Institut culturel français d’Alexandrie. Il faisait partie des célébrations pour commémorer les 200 ans de relations égypto-françaises, en coopération avec le Centre d’Alexandrie pour les études hellénistiques (ACHS).

L’ACHS est une collaboration entre la Bibliotheca Alexandrina, la Fondation Onassis, la Fondation Vardinoyannis et l’Université d’Alexandrie. Le centre est ouvert à des chercheurs du monde entier désireux d’obtenir des diplômes, des maîtrises et des doctorats, en particulier dans les études hellénistiques, dans diverses spécialités englobant l’histoire, la littérature, l’art, l’archéologie, l’architecture, la philosophie et la science.
Dans le but de promouvoir la riche histoire de ce tramway légendaire, l’Agence Française de Développement (AFD) finance le processus de rénovation et de modernisation du tramway, mené par le gouvernorat d’Alexandrie au coût de 300 millions d’euros. Le projet de modernisation doit être réalisé en deux phases en trois ans.
Le tramway d’Alexandrie, ou el-tram comme les Alexandrins l’appellent, était le premier système de transport public en Egypte et en Afrique. En existence depuis 1860, il est toujours le moyen de transport le plus populaire pour les Alexandrins aussi bien que les touristes.
Au cours de sa longue et mouvementée histoire, le tramway a fourni à la fois le transport et le divertissement pour les Alexandrins et les visiteurs. Les deux chars jaunes commencent leur voyage à Abou-Qir et finissent à la gare de Ramleh, en passant par les districts principaux d’Alexandrie et ses périphéries, y compris les arrêts à Ras al-Tine, la gare Misr, al-Nozha et al-Werdayane.
En attendant le tram, des voitures bleues amènent aux régions d’élite de la ville telles que Rouchdi, Bakous, Zizinya et Gianaclis. La plupart de ces zones prennent leurs noms des riches étrangers et pachas qui vivaient autrefois dans la ville cosmopolite. Une voiture sur le tram bleu est réservée aux femmes, mais pendant les heures de pointe, les femmes montent dans toutes les voitures. Et pour les passagers qui souhaitent profiter d’une vue panoramique, il y a un tramway de classe touristique en plein air.
Les tramways bleus et jaunes se rencontrent à la gare de Ramleh. Le billet pour chaque coûte une livre.
Le premier voyage du tram démarre à 4h du matin, la plupart de ses passagers se rendant au travail dans des ateliers et des usines. Le dernier départ part à 1h du matin.
Jusqu’à la Révolution de 1952, la plupart des conducteurs de tram étaient italiens et la plupart des conducteurs de billets venaient de Malte. En ce temps-là, le tram avait un chariot noir sans portes ni fenêtres qu’on pouvait attacher pour transporter les cercueils de personnes décédées.
Mode de vie
Watani était désireux d’apprendre les souhaits des Alexandrins concernant la modernisation de la célèbre ligne de tramway.
“Depuis que nous étions enfants, le tramway d’Alexandrie a été pour nous une passion et un mode de vie”, a déclaré Mohammad Saber, un habitant d’Alexandrie, à Watani.
«C’est le moyen de transport le plus simple, surtout en heure de pointe lorsqu’il y a des embouteillages», a-t-il ajouté. “Tout le monde peut se permettre le tram, surtout si elles sont sur un revenu limité. Il est également respectueux de l’environnement car il ne cause aucune pollution, bien que certains Alexandrins qui vivent à côté du tramway se plaignent du bruit.
Un autre homme d’Alexandrie, Ahmed Salama, a déclaré: “L’autorité publique pour l’administration des transports et des tramways souffre depuis des décennies de corruption. Même si le tramway dessert des milliers d’étudiants, de travailleurs et de retraités, il n’a jamais été correctement mis à niveau. Quelques améliorations insignifiantes ont été faites de temps en temps, et le prix du billet a été élevé à une livre. Cela a rendu certaines personnes à passer à des microbus. Maintenant que le tram sera rénové, c’est ma suggestion de garder le prix du billet comme il est et de garder les itinéraires du tram de Ramleh, mais d’autres itinéraires doivent être modernisés et d’autres encore devraient être annulés. En outre, l’administration du tramway doit être révisée; elle est notoirement sur effective et cela constitue un lourd fardeau sur son budget, tandis que d’autres administrations à Alexandrie souffrent de pénurie de main-d’œuvre. Peut-être serait-il bon d’effectuer un remaniement.
Fierté dans le tram
Ahmed al-Ghamry, un ingénieur alexandrin, a dit à Watani: «Nous, les habitants d’Alexandrie, sommes fiers du tramway et nous avons le privilège de le comparer aux autres gouvernorats égyptiens. Je considère donc qu’il est très important de le promouvoir afin qu’il continue à servir les Alexandrins, et aussi comme un moyen d’attirer les touristes.
 “Le tram jaune a vraiment besoin de rénovation car les voitures sont délabrées et bon nombre de leurs fenêtres sont brisées”, a déclaré Wafaa Guirgis, une jeune journaliste. “Cela rend difficile de voyager en hiver. Nous avons également besoin d’horaires réguliers pour certains itinéraires, et j’espère que le prix du billet ne va pas augmenter après le processus de modernisation. “
L’étudiant Bishoy Antar a fait un point très important. «Le tram ne devrait pas s’arrêter, sauf dans les gares principales. Les nombreux arrêts servent à ralentir le trajet au point où, sur certaines routes, les voitures bloquent les voies et le tram doit attendre au moins 15 minutes. J’espère que ces défauts pourraient être évités après la rénovation. Une autre question très importante est que, pour la sécurité et pour éviter les accidents, les portes du tram ne devraient s’ouvrir que si le tramway est arrêté.
Nouveaux tramways
Khaled Eleiwa, président de l’Autorité générale pour le transport de passagers à Alexandrie, a déclaré à Watani que l’étude de faisabilité du projet et l’étude du projet technique mis en place en 2013 avaient été approuvées par le ministère des Transports.
«Le projet vise à trouver des solutions aux problèmes sur les 37 intersections de la ligne de tramway Ramleh de 14 km, la construction d’un certain nombre de ponts et l’exploitation de 30 feux de circulation électroniques sur les nouveaux tramways», a-t-il dit. “Ce projet soutiendra l’ensemble du système de transport public et mettra un terme au problème aggravant de la circulation à Alexandrie”.
Le général Eleiwa a noté les avantages que les améliorations apporteraient à la population d’Alexandrie, ainsi qu’aux touristes. “Le volume de voitures est trop grand pour les rues d’Alexandrie, et les gens souffrent des embouteillages résultants. La réponse réside dans le développement des moyens de transport de masse tels que les bus et les tramways. Nous nous attendons à en tirer les avantages à l’avenir. Le nombre quotidien de passagers de tram est aujourd’hui de 180.000, mais après le développement, les passagers pourrait être au nombre de 300.000.
Selon le général Eleiwa, 30 nouveaux tramways ont été proposés par l’AFD, tandis que 30 autres voitures seront fabriquées par l’administration en collaboration avec la Hongrie.
Le gouverneur général d’Alexandrie, Réda Farahat, a récemment rencontré Stéphanie Lanfranchi, directrice du bureau de l’AFD au Caire, et Nabil Haglawi, consul général de France à Alexandrie, pour des discussions détaillées sur les projets de développement financés par l’AFD à Alexandrie. Selon Mme Lanfranchi, l’AFD a signé un protocole de coopération avec le ministère égyptien des Transports lors de la visite du président français François Hollande en Egypte en avril dernier. Le projet d’amélioration du tramway de Ramleh faisait partie de la liste prioritaire du Ministère égyptien des Transports.
Les Alexandrins peuvent désormais attendre avec impatience un tramway à toute sa gloire.