Dernières nouvelles

"Le Petit Prince": 70 ans, un destin en"Le Petit Pr or et pas une ride

Michael Victor

12 Avril 2013 11:14 am

Il était une fois… un livre, l##un des plus lus au monde, et un enfant aux cheveux d##or devenu une icône planétaire: plus vivant que jamais, “Le Petit Prince” Il était une fois… un livre, l’un des plus lus au monde, et un enfant aux cheveux d’or devenu une icône planétaire: plus vivant que jamais, “Le Petit Prince” d’Antoine de Saint-Exupéry fête le 70e anniversaire de sa parution en 1943 à New York, où l’écrivain-pilote de guerre s’était exilé.Conte initiatique et philosophique au destin exceptionnel, traduit en plus de 270 langues et vendu à 145 millionsd’exemplaires sur toute la planète Terre, “+Le Petit Prince+, comme l’ensemble de l’oeuvre de Saint-Exupéry parue de son vivant, tombera dans le domaine public en 2035 en France et en 2038 aux Etats-Unis”, explique à l’AFP Olivier d’Agay, directeur de la Succession Antoine de Saint-Exupéry-d’Agay.”L’oeuvre l’est déjà en Asie ou en Afrique. Pour le reste du monde, ce sera le 1er janvier 2015″, poursuit le petit-neveu de Saint-Ex, petit-fils de Gabrielle, soeur cadette de l’auteur, la seule à avoir eu une descendance.La protection des droits d’auteur en France est de 70 ans post mortem avec des prolongations pour les années de guerre et les auteurs “morts pour la France”, comme Saint-Exupéry, disparu aux commandes de son avion en Méditerranée le 31 juillet 1944, à 44 ans.”Pour nous, qui oeuvrons à faire vivre la mémoire et les valeurs de Saint-Ex, cela ne changera rien… l’argent en moins”, sourit-il.Et “Le Petit Prince” est une mine d’or, qui génère quelque 100 millions d’euros de chiffre d’affaires public annuel, l’édition restant la plus importante, précise-t-il. En France, c’est Gallimard, son éditeur en 1946 dans l’Hexagone, qui règne sur le “Petit Prince”.”Vieille écorce””S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !”: la phrase culte du Petit Prince va se retrouver dans des tonnes de nouvelles traductions. “Quand il est tombé dans le domaine public au Japon, qui possède son musée Petit Prince, c’était la folie !”, dit-il.Déjà, ce 70e anniversaire voit la sortie d’une pluie d’ouvrages collector chez Gallimard, des conférences, des spectacles en France, aux Etats-Unis, ailleurs en Europe, des expositions, dont l’une à partir de janvier 2014 à la Morgan Library de New York, qui conserve manuscrit et dessins originaux du “Petit Prince”. L’exposition doit venir à Paris l’année suivante.C’est le Musée des Lettres et Manuscrits à Paris qui détient la plus grande collection privée relative à Saint-Exupéry. “Il était généreux et donnait tout. Il y a encore de nombreux manuscrits ou dessins à retrouver”, dit M. d’Agay.De grands “murs” Petit Prince sont prévus à New York, Barcelone ou en Italie. Une statue à son image va être inaugurée à Montréal. Le Futuroscope propose une animation, le cinéma parisien Le Balzac de nombreux films… Le programme complet est disponible sur le site www.lepetitprince.com.Depuis les années 2000, le personnage s’est aussi affranchi du livre, avec une série télévisée sur France 3 et dans une centaine de pays, des produits dérivés, etc.Mais, surtout, “le Petit Prince, c’est Saint-Exupéry ! Bien avant l’écriture du conte, il dessinait partout ce même petit bonhomme aux cheveux blonds et à l’écharpe d’or, mais aussi le renard, le serpent…”, raconte M. d’Agay.Le frêle personnage était aussi inspiré par son petit frère François, mort en 1917. L’adolescent de 14 ans lui avait murmuré, “le corps, ce n’est qu’une vieille écorce”, image reprise par le jeune héros pour soulager la peine de l’aviateur.Antoine de Saint-Exupéry s’était réfugié à New York après la débâcle de 1940. Il y est alors le Français le plus connu grâce à ses écrits (“Vol de nuit”, “Terre des hommes”…) et son héroïsme de pilote.Son éditeur américain lui demande d’écrire un conte pour Noël 1942. Ce n’est qu’un divertissement pour l’auteur qui milite pour la participation des Etats-Unis à la lutte contre le nazisme et écrit “Citadelle”, publié après sa mort.Ce sera finalement en avril 1943 que naîtra “Le Petit Prince”. “C’était, relève Olivier d’Agay, la meilleure réponse à Mein Kampf”.