Dernières nouvelles

Historique de la cathédrale Saint Marc

8 Janvier 2016 5:28 pm

La cathédrale Copte orthodoxe Saint Marc située dans le quartier d’Abbasiya du Caire a connu de nombreux moments splendides et révolutionnaires, mais elle a également subi quelques tristes et douloureux moments, comme quand elle a été attaquée par des voyous lors de la récente tourmente révolutionnaire, un événement sans précédent dans son histoire. Dans deux ans, la cathédrale va célébrer le 50e anniversaire de sa construction. Le pape Tawadros II, pape d’Alexandrie et patriarche du Siège de Saint Marc, a formé un conseil ecclésiastique pour élaborer des plans pour le jubilé d’or de la cathédrale en 2018.
La Cathédrale Saint Marc a une histoire passionnante à raconter. En 1937, bien avant la révolution de Juillet 1952, le terrain sur lequel elle est construite était le centre d’une controverse en raison de la sensibilité de son emplacement. Le gouvernement de l’époque a convoité la propriété qui pendant des siècles a été utilisée comme un cimetière appelé Anba Rouweis. Les négociations entre le gouvernement et le propriétaire de l’Eglise Boutrossiya construite par Boutros Ghali Pacha, ont passé par diverses phases jusqu’à ce qu’Habib Al-Masri, le chef du Magles el-Milli (congrégationaliste) du Conseil, a écrit trois mémorandums défiant le droit de l’Eglise à la terre. Ses efforts ont réussi à mettre un terme à la volonté du gouvernement d’exproprier le terrain. L’église en a conservé le contrôle à condition qu’elle n’aille pas construire des établissements à but lucratif sur le terrain.
La terre d’Anba Rouweis, où la cathédrale Saint-Marc se trouve maintenant, était connue des siècles plus tôt comme Deir Al-Khoundouq, le nom d’un monastère sur le site. Le terrain avait été donné à l’église en 969 par Jawhar Al-Siqilli, commandant des armées du calife fatimide Al-Moizz li-Dine Allah, qui avaient commencé à jeter les bases de la nouvelle capitale, Al-Qahira ( Le Caire), et celles d’un grand palais royal dans le quartier maintenant connu comme Al-Gamaliya.
Alors que l’élaboration des plans avançait, Al-Siqilli a découvert qu’un monastère copte était situé sur le site du palais. Le Deir Al-izam (Monastère des os), comme on l’appelait, abritait les restes de divers saints. Le commandant fatimide avait alors transféré les restes des saints relocalisés à une zone appelée Al-Khoundouq, compensant ainsi l’Eglise copte pour la terre et le monastère.
La région connue pour sept siècles comme Deir Al-Khoundouq abritait autrefois 10 églises, dont une église arménienne. Deux de ces structures avait été rénovées: l’église de l’Archange Gabriel et l’Eglise St Mercurius qui a été enterré à St Anba Rouweis en 1404 et en conséquence rebaptisée Eglise Anba Rouweis. En 1968, l’Eglise Anba Rouweis a été démolie pour faire place à la nouvelle cathédrale Saint Marc.
Le décret du gouvernement accordant le titre de propriété à l’église copte du terrain d’Anba Rouweis a accordé simultanément à l’église le droit de construire un certain nombre d’autres bâtiments, tels que l’évêché de l’éducation, des services œcuméniques et sociaux et l’évêché des relations publiques et services sociaux fondé par le Père Samuel, le premier évêque des services sociaux dans l’histoire de l’Eglise copte.
Les architectes Awad Kamel Kamel et Sélim Fahmi ont remporté le concours pour la conception de la cathédrale et le célèbre ingénieur civil Michel Bakhoum a préparé la conception structurelle. La Société générale el-Nil de béton armé (Sibco) a réalisé la construction de l’immense cathédrale, qui est basée sur un plan au sol en forme de croix.
La pierre angulaire du nouvel édifice a été posée le 24 Juillet 1965 lors d’une cérémonie en présence du président Gamal Abdel-Nasser, qui a personnellement contribué avec plusieurs milliers de livres pour la construction de la cathédrale. Nasser a également assisté à la cérémonie d’inauguration en Juin 1968 avec l’empereur éthiopien Hailé Sélassié et d’autres dignitaires politiques et ecclésiastiques du monde entier. La nouvelle cathédrale au Caire, est ensuite devenue le siège de Chenouda III, Pape d’Alexandrie et Patriarche du Siège de Saint Marc.
L’événement a été retransmis en direct à la télévision égyptienne. Discours puissant et émouvant ont été prononcées par Sa Sainteté le Pape Cyrille VI, Sa Sainteté Mar Ignace Jacob III, le cardinal Deval, représentant du pape catholique romain à Rome, Mgr Thaavis, un représentant du Patriarche de l’Éthiopie et un représentant du patriarche de Moscou qui a annoncé que l’Eglise moscovite avait fait don d’un autel doré à la nouvelle cathédrale égyptienne.
La cérémonie d’inauguration de la cathédrale était un événement magnifique, en plusieurs étapes qui comprenait la restauration des reliques de Saint Marc prises de l’Egypte au début du IXe siècle à Venise. Dans le cadre du programme, le trajet de la Sainte Famille en Egypte a été retracé dans une procession à laquelle des représentants ecclésiastiques diverses ont pris part. Plus tôt cette même année en Avril 1968 et à la grande joie et l’émerveillement de l’Église copte et ses partisans, la Vierge Marie est apparue dans le quartier de Zeitoun à proximité du Caire.
Le 26 Juillet 1968, l’Eglise copte a célébré sa première messe dans la nouvelle cathédrale. Ce fut un moment historique dans lequel les délégués de toutes les Eglises orthodoxes orientales ont participé. A la fin de la messe, le pape Cyrille VI a déposé les reliques de Saint Marc dans un sanctuaire construit spécialement pour les loger dans l’aile orientale de la cathédrale. Trois ans plus tard, le 14 Novembre 1971, Chenouda III fut couronné pape d’Alexandrie et patriarche du Siège de Saint Marc dans la nouvelle cathédrale au Caire, devenant ainsi le 117e pape de l’histoire de l’Eglise copte.
En mai 1977, la cathédrale a célébré l’acquisition des reliques de saint Athanase et l’inauguration d’un nouveau sanctuaire en l’honneur du saint et en commémoration du 1600e anniversaire de sa mort.
Aujourd’hui, la cathédrale abrite plusieurs chapelles: la chapelle de la Sainte Vierge sous la cathédrale, la chapelle de la Vierge et Anba Rouweis, et la chapelle de la Vierge et Anba Bishoy. Dans le composé sont également la chapelle d’Anba Antonios (dans la résidence papale), la chapelle de Saint-Maurice et St Verena, et la chapelle de la Vierge et de Saint-Paul et l’évêque Samuel. Une institution importante à l’intérieur du complexe de la cathédrale est le Centre culturel copte. Supervisé par Mgr Jérémie, le centre a été construit au coût de millions de livres, en grande partie donné par les hommes d’affaires éminents coptes.