Dernières nouvelles

En 2016, un chrétien est mort pour sa foi toutes les 6 minutes

4 Janvier 2017 3:09 pm

En 2016, les chrétiens représentaient l’un des groupes religieux les plus persécutés au monde. 90 000 chrétiens ont été tués pour leur foi cette année, ce qui correspond à une moyenne d’un mort toutes les 6 minutes. Un demi-milliard de chrétiens seraient par ailleurs privés de la liberté d’exprimer leur foi.
Selon les statistiques du Center for the Study of Global Christianity, 70% des chrétiens morts pour leur foi en 2016 auraient été tués dans des conflits tribaux en Afrique. Il s’agirait principalement de personnes refusant de prendre les armes. Les 30% restant, 27 000 personnes, ont été tuées dans des attaques terroristes, la destruction de villages chrétiens ou la persécution directe des gouvernements.
Pour le Professeur Massimo Introvigne, directeur du CESNUR, Centre d’études sur les nouvelles religions, interrogé par Radiovaticana, les statistiques de 3 centres de recherche américains et du CESNUR, convergent et estiment à 500 à 600 millions, le nombre de chrétiens qui ne peuvent vivre leur foi librement. Parmi ces chrétiens persécutés, plusieurs centaines font face au terrible choix proposé par Daesh de « fuir, renier ou périr », et décident de rester pour proclamer l’Évangile jusqu’au bout.
« Sans vouloir oublier ou minimiser les souffrances des membres d’autres religions, les chrétiens sont le groupe le plus persécuté au monde. »
Massimo Introvigne estime qu’à l’exception du continent africain, le nombre de musulmans tués pour leur foi est comparable à celui des chrétiens. Cependant, les musulmans sont généralement tués par d’autres musulmans. Les cas les plus fréquents sont ceux des chiites mis à mort par les sunnites, en raison de divergences sur l’interprétation des textes. Il conclut ainsi :
« L’intolérance est l’antichambre de la discrimination, qui est elle-même l’antichambre de la persécution. Les minorités chrétiennes soumises à toutes sortes de harcèlement n’ont que rarement répondu à la violence par la violence. Dans la plupart des cas, les victimes ont manifesté leur foi pacifiquement, pardonnant et priant très souvent pour leurs persécuteurs. »