Dernières nouvelles

Découvertes archéologiques en Haute Egypte sur le site d'Ermant

Culture

28 Novembre 2013 3:08 pm

Le ministre d’État aux Antiquités, Mohamed Ibrahim a annoncé la découverte de deux statues de dignitaires égyptiens, un scribe médecin et un grand prêtre contemporain de Ramsès II, qui ont été mises au jour sur le site d Ermant

dans la région de Thèbes (Haute Egypte), ainsi qu’un fragment de paroi en calcaire provenant d’un temple datant du Moyen Empire (2000 ans avant JC). Cette découverte exceptionnelle a été réalisée par l’équipe d’archéologues menée par Christophe Thiers, directeur du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak. Ces deux statues, l’une en calcaire (93 cm de haut) et l’autre en granodiorite (68,5 cm de haut) constituent des œuvres exceptionnelles et atypiques par leur état de conservation, leurs textes hiéroglyphiques et leur iconographie. C’est sur ce même site d’Ermant qu’ont été retrouvées cinq têtes de pharaons sculptées dans la pierre.
 
 
Le site d’Ermant, situé dans la région de Thèbes, à quelques kilomètres au sud de Louxor, est depuis 2004 régulièrement l’objet de fouilles archéologiques.
Actuellement, les archéologues de l’Institut français d’archéologie orientale, du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK) et du laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes s’intéressent au temple  principal consacré au dieu Montou-Rê. C’est à cet endroit que les scientifiques ont découvert  les deux statues.
La première statue en calcaire découverte représente Nebamon, à la fois scribe et médecin de pharaon, accompagné par plusieurs membres de sa famille. Il porte sur ses genoux une statue assise du dieu Montou abritée dans son naos (sanctuaire sacré situé dans la partie la plus reculée d’un temple). Ce personnage était déjà connu par une autre statue découverte à Ermant en 1980 au cours de fouilles menées par le Service des Antiquités d’Égypte.
La deuxième statue retrouvée en granodiorite, représente Ramose, premier grand  prêtre de Montou d’Ermant, contemporain de Ramsès II. Il expose sur une table d’offrandes deux têtes de faucon, personnifiant le dieu Montou : cette représentation double du dieu est unique et aucune autre statue de ce type n’a jamais été retrouvée. Ramose n’était connu jusqu’à présent que par une statue conservée à l’Art Institute de Chicago et par une représentation dans la tombe thébaine d’un certain Khonsou dans laquelle il participe à une procession en l’honneur du dieu d’Ermant.
Enfin, sur le même site, les archéologues ont également découvert un fragment de paroi en calcaire du temple principal du Moyen Empire dédié au dieu Montou-Rê. Ce bloc de pierre porte une représentation du dieu de la mort Anubis à tête de chacal tenant le souverain par la main et date du règne d’Amenemhat 1er (vers 1990 avant JC). L’étude précise des hiéroglyphes va permettre aux égyptologues d’en savoir davantage sur ces œuvres.
Les cinq têtes royales ont également été découvertes lors des travaux menés dans les fondations de la partie avant ou pronaos du temple de Montou-Rê, où elles ont été intentionnellement regroupées. Elles mesurent entre 61 et 84 cm (soit en moyenne 70 cm). Le souverain porte la double-couronne de Haute et Basse Égypte. Sculptées dans du grès, elles présentent un bon état de conservation, des pigments bleus (barbe) et rouges (chair et partie de la couronne) étant encore distinctement visibles. Elles ne portent aucune inscription hiéroglyphique capable d’assurer le nom du roi représenté mais les premières observations laissent penser qu’il s’agirait d’une œuvre remontant au Moyen Empire. Des études seront nécessaires pour préciser ces premières données.
 
MONTOU
Montou   est le Dieu de l’antique ville d’Hermonthis, lié à l’origine au culte du soleil et Dieu faucon de Thèbes où il était vénéré en tant que Dieu de la guerre et protecteur des armes. Son nom signifie “nomade”. On en a fait l’époux d’une divinité solaire, Tjenenet (ou Djenenet ou Tyenenet ou Ciernenet), Dame du ciel. Au cours de la période Hellénistique (305-30) il fut associé par les Grecs à Apollon. 
  
   Il est représenté comme un homme, armé d’un arc et d’une hache, à tête de faucon coiffé de deux grandes plumes, d’un disque solaire et de deux uræus puis le faucon sera remplacé plus tard, à la Basse Époque (656-332), par la tête d’un taureau, en raison de son association avec le Dieu soleil Rê, de qui il obtint les attributs, en tant Montou-Rê, avec la puissance destructrice de la chaleur du soleil. Il porte aussi souvent un cimeterre courbé. Son animal sacré fut le taureau Boukhis dont il prit quelque fois la forme, se manifestant en un taureau blanc avec une tête noire.