Dernières nouvelles

Comment le ministre égyptien des Antiquités prévoit de faire revenir les touristes?

15 Septembre 2016 1:11 pm

Le ministère des Antiquités a été confronté à de nombreux défis au milieu de crises économiques successives et du déclin du tourisme en Egypte. Le manque de financement a été au cœur des problèmes du ministère qui entravent de nombreuses mesures de sécurité nécessaires pour les sites archéologiques et retardent le lancement des grands projets.
Cependant, Khaled al-Anani, qui est devenu ministre des Antiquités le 24 mars, a essayé de penser d’une manière non traditionnelle à la recherche d’autres alternatives pour le financement. Il a travaillé sur la promotion du tourisme en créant de nouvelles attractions touristiques. Il a ouvert la maison de repos royal du roi Farouk pour les visiteurs après avoir été fermée pendant cinq ans, après la révolution du 25 Janvier. Anani a également annoncé l’inauguration du Musée de Mallawi. Le 13 août 2013, le musée avait été pris d’assaut par 13 voleurs, qui ont volé 1.040 objets, après l’achèvement des travaux de restauration.
Anani a déclaré que le ministère souffre encore des séquelles de la révolution du 25 Janvier. «Avant le déclenchement de la révolution, les revenus du ministère se sont élevés à 100 millions de livres (11,2 millions de $) par mois, alors que maintenant, ils se situent entre 20 millions et 26 millions de livres par mois, rien de plus, alors que nous avons besoin d’environ 80 millions de livres pour payer les salaires des employés et le personnel du ministère. Nous sommes confrontés à un grave problème afin d’être en mesure de payer les salaires, et nous cherchons à obtenir une subvention mensuelle du gouvernement pour combler ce déficit, jusqu’à ce que la situation soit revenue à la normale “, a-t-il dit.
Anani a dit que le ministère est en retard dans la sécurisation des sites archéologiques. «La sécurisation des sites archéologiques a besoin des milliards de livres. Construire un mur ou une clôture autour d’un site pourrait coûter des centaines de millions, il n’est donc pas très faisable pour le ministère de sécuriser tous les sites, installer des caméras de surveillance et d’autres moyens de sécurité à la lumière des circonstances actuelles “.
Anani a noté que le ministère met en avant un plan pour doter le personnel de sécurité du ministère, dans les limites des ressources disponibles afin d’assurer la sécurité sur les sites archéologiques.
Commentant sur le statut des antiquités juives et les plaintes fréquentes qu’elles ne sont pas prises en charge, avec plus d’attention étant accordée aux monuments islamiques et coptes, Anani a dit: «Je suis le ministre égyptien des Antiquités, le principal responsable de chaque Site archéologique en Egypte – que ce soit islamique, copte ou juif, sans distinction. Les antiquités juives sont une partie essentielle du patrimoine de l’Egypte, et nous avons déjà un plan pour commencer la refonte des œuvres dans toutes les 11 des synagogues d’Egypte. Nous avons commencé avec la synagogue Maïmonide de Moïse. Nous avons restauré le temple et l’avons rouvert au public. Nous allons commencer la refonte des œuvres dans la Synagogue Hanavi Eliyahu à Alexandrie “.
Le ministre a indiqué que le Musée national de la civilisation égyptienne est l’un des projets les plus importants du ministère. Il est situé dans la ville d’Al-Fostat, qui a été créée par Amr ibn al-As en 640 sur une superficie de 25 feddans. Il est le seul musée qui expose les différentes époques de la civilisation égyptienne. Il devrait inclure 50.000 artefacts reflétant les stades d’évolution de la civilisation égyptienne et les réalisations du peuple égyptien dans les différents domaines de la vie depuis l’aube de l’histoire jusqu’à nos jours. Il contient également des modèles, des photographies, des manuscrits, des peintures, des chefs-d’œuvre et des artefacts datant de l’âge de pierre et des époques pharaonique, romaine, grecque et copte.
La troisième étape du projet coûte près de 300 millions de livres, et une ouverture partielle, qui comprend la salle d’exposition temporaire, aura lieu à la fin de l’année.
Par ailleurs, le ministère a organisé des reproductions des expositions archéologiques qui ont réalisé 150.000 livres dans les premiers jours. Cela a généré de bons rendements pour le ministère et l’idée a été bien accueillie par de nombreux ambassadeurs en Egypte, qui l’ont relayée dans leur pays et ont demandé l’organisation d’expositions dans leur propre pays. Ce serait attirer l’attention une fois de plus à l’Egypte, en plus des réductions sur les livres de sensibilisation, des rabais sur les frais d’entrée à tous les sites archéologiques, faire des offres spéciales pour les étrangers qui ont été en Egypte pendant de longues périodes, ce qui pourrait augmenter le revenu du pays en devises étrangères.
La zone archéologique autour des pyramides de Guizeh est l’un des plus célèbres et les plus importants sites historiques dans le monde. Elle a une place spéciale dans le cœur des touristes et des visiteurs de toutes les nationalités. Les derniers développements du plan du ministère des Antiquités prévoient de l’améliorer et rendre le temps des visiteurs plus agréable.
Le projet comprend la construction d’un centre de visiteurs, ainsi que la deuxième entrée du site de la route Fayoum, qui deviendra plus tard l’entrée principale, afin d’empêcher la congestion sur la route des pyramides.
Le ministère des Antiquités se prépare à finaliser tous les travaux de la deuxième (et dernière) phase du projet de développement, qui sera ouvert avant la fin de l’année. Il a ajouté que 70% du total des travaux ont déjà été réalisés. Les 30% restants seront terminés dans les prochains mois. Cela comprend la finition du bâtiment de l’administration et le centre des visiteurs, ainsi que de compléter les routes autour du site et des contrats avec les entreprises qui fournissent des voitures électriques.
La première phase du projet avait déjà été achevée avant 2011, y compris le nouveau bâtiment de billets et la construction d’une nouvelle entrée sur la route de Fayoum, en plus de clôtures du site.
La dernière étape consiste à déplacer le Mena House Hôtel à la route principale de Fayoum.
La nouvelle entrée mettra en vedette un large espace de stationnement pour accueillir les bus touristiques et les voitures des visiteurs. Les visiteurs du site seront ensuite accueillis par le Centre des visiteurs, qui comprendra des stéréogrammes des pyramides et des monuments dans le site, ainsi qu’un plan pour la région. De plus, le centre aura un théâtre pour présenter un court documentaire de six minutes introduisant les visiteurs du site et de ses monuments.
Après le développement, le site offrira des voitures électriques pour transporter les visiteurs autour des sanctuaires et des monuments. La visite comprend les trois grandes pyramides, Khéops le navire, et le Sphinx. Les voitures prendront ensuite les visiteurs vers le parking.
Le ministère des Antiquités envisage un certain nombre d’offres soumises par les entreprises pour sécuriser les voitures électriques en fonction de leur efficacité et de la capacité des voitures pour supporter le terrain, a dit Mohi.
Une zone spéciale sera désignée pour une promenade où les chevaux et les chameaux peuvent être montés. Les bazars et les vendeurs seront déplacés vers une zone adjacente à l’entrée principale.