Dernières nouvelles

Une momie plurimillénaire découverte intacte 

17 Novembre 2016 1:51 pm

près de Louxor
Nouvelle découverte exceptionnelle dans le musée à ciel ouvert de l’Égypte pharaonique. Une momie vieille de plus de trente siècles a été retrouvée le 13 novembre près du «temple des millions d’années» de Thoutmosis III. Son propriétaire serait un homme de la noblesse, Amenrenef.
 
Du fond de ses yeux immobiles, trente siècles nous contemplent. Une momie pharaonique plurimillénaire «en très bon état» a été retrouvée dans une tombe sur la rive ouest de Louxor, musée à ciel ouvert à 700 kilomètres au sud du Caire, a annoncé dimanche 13 novembre le ministère des Antiquités.
La découverte a été faite par une équipe d’archéologues espagnols près du «temple des millions d’années» construit par un pharaon de la 18ème dynastie, Thoutmosis III (1479-1425 av. J.C), resté connu pour avoir succédé dans des circonstances mystérieuses à sa belle-mère, la célèbre reine Hatchpsout.
«La très belle momie, recouverte d’un cartonnage (couches de lin tenues par du plâtre, ndlr) est en très bon état», selon un communiqué du ministère des Antiquités. Elle a été retrouvée dans un sarcophage en bois aux couleurs vives, dans une tombe qui pourrait dater de la troisième période intermédiaire (1075 à 664 av.J.C.). Son propriétaire serait un homme de la noblesse, Amenrenef, portant le titre de «serviteur de la maison royale», d’après le texte.
Le cartonnage de la momie «présente de nombreuses décorations qui reprennent des symboles religieux de l’Égypte antique, telles que les déesses Isis et Nephtys déployant leurs ailes, ou encore les quatre fils d’Horus», selon la chef de la mission archéologique, Myriam Seco Álvarez
 
Isis (ou Aset ou Iset, en Grec : Ίσις) dont le nom signifie “le trône”, est la Grande Déesse de la création, elle a le pouvoir de ressuscité les morts. Comme sœur, épouse d’Osiris, Isis devint le symbole de la mère idéale (La Déesse mère) et comme mère d’Horus, par extension elle fut considérée comme la mère protectrice des Pharaons. Ayant ramené Osiris à la vie, elle fut aussi une Déesse guérisseuse et protectrice des naissances et des enfants. Les malades portaient parfois des amulettes à son portrait. Elle fut aussi Protectrice du bien-être et des navigateurs en tant qu’Isis-Pharia, des esclaves, des pécheurs, des artisans et de tous les opprimés et quelques fois Déesse de la fertilité et la patronne de la nature et de la magie. 
  
   Elle est une des divinités de Ennéade Héliopolitaine (L’Ennéade d’Iounou, Le mythe de la création). Elle est la fille de Gebet de Nout. Elle est semble t-il originaire de la ville de Bouto, dans le Delta où d’après le mythe elle éleva l’enfant Horus. À la fin de la Ve dynastie (2465-2323), elle fut mentionnée dans les Textes des Pyramides, où elle protège le Roi défunt de la décomposition. À l’époque Ramesside on construisit en son honneur des sanctuaires à Abydos et à Memphis. Isis devint, à la Basse Époque (656-332), la plus importante Déesse du panthéon Égyptien. À l’époque Ptolémaïque (305-30) elle fut assimilée à de nombreuses Déesses Grecques ou Romaines telles que Déméter, Perséphone, Diane de Dictys, Séléné, Cybèle, Cérès, etc 
   Ses représentations, qui se comptent par milliers dans l’art Égyptien, en font une Déesse familière des égyptologues et une personnalité forte du panthéon. Les représentations d’Isis, peintures, statues de pierre, petits bronzes et amulettes nous en livrent une image sereine. Selon qu’elle est assise, à genoux, ou debout, les éléments permettant de la reconnaître diffèrent quelque peu. Assise, elle porte souvent sur ses genoux son fils Horus (photo) auquel elle donne parfois le sein. Debout, elle est parfois représentée comme une femme dans une longue tunique portant le disque solaire (ou lunaire) entre deux cornes de bœufs (Parce qu‘assimilée à Hathor) ou avec son hiéroglyphe (Ast le trône) sur la tête et le nœud isiaque sur le vêtement (Le Tyet ou Tiet tjt) un symbole de protection et de fécondité. 
  
   Lors du cycle Osirien, elle peut prendre l’aspect d’un rapace, un faucon, ou comme d’une femme avec des ailes. De grandes ailes de milan doublent alors ses bras et symbolisent le vent. Dans cette forme ailée elle est peinte sur les sarcophages. Les représentations Hathorique d’Isis, c’est-à-dire coiffées des cornes de bœufs enserrant le soleil, illustrent la fusion des deux Déesses. Un syncrétisme qui prédomina à la Basse Époque (656-332) et qui s’explique par le fait qu’elles symbolisaient toutes les deux la fécondité. 
 
 Nephtys (en Grec : Neftis ou Nephthys, en Égyptien : Nebt-Het ou Neb-Hout, en Copte : Nebth ō) est la Déesse protectrice des morts en veillant sur le sarcophage. Elle symbolise l’obscurité, l’invisible, la nuit, la mort. Déesse funéraire aux côtés de Hâpi, avec qui elle est associée pour protéger le vase canope contenant les poumons du défunt. Dans les Textes des Pyramides, elle était révérée comme une “Déesse du Sud”. Elle fut également considérée comme la Déesse de la magie et de la divination. Lors de l’Ancien Empire (2647-2150) elle était considérée comme protectrice du souverain. Son nom fut utilisé par les anciens Égyptiens pour identifier la femme la plus âgée d’une famille. Elle fut assimilée par les Grecs aux Déesses Niké (Déesse personnifiant la Victoire) et Aphrodite
  
   L’essence originelle de Nephtys n’est pas connue. Dans l’Ennéade Héliopolitaine elle est la fille de Geb et de Nout, sœur d’Isis, d’Osiris et de Seth dont elle est également l’épouse. La traduction littérale de son nom est généralement donnée comme “La Dame ou Maîtresse du Château ou de la maison”, ce qui a amené certains spécialistes à l’identifier à tort avec la notion de femme au foyer. C’est une erreur très répandue répétée dans de nombreux commentaires concernant cette divinité. Son nom signifie également “la Dame du Temple” qui l’associe alors au rôle de Prêtresse. Avec Isis, qu’elle aida à reconstituer le corps démembré de son époux Osiris, elle était l’un des deux “Milans” ou oiseaux hurleurs, qui semblaient émettre des lamentations funèbres. Elle est Parfois considérée comme l’amante d’Osiris de qui elle aurait eu Anubis. 
  
   Nephtys est représentée soit comme une femme debout, drapée dans une robe moulante, coiffée des deux hiéroglyphes qui servaient au début à écrire son nom ; ou parfois comme un oiseau de proie, le milan ou un faucon ou un autre oiseau. On la trouvait très souvent représentée sur les couvercles de sarcophage du côté de la tête du défunt, les ailes déployées, car avec l’aide de sa sœur Isis, elle était chargée de transporter le mort dans l’au-delà.