Dernières nouvelles

Osiris, mystères engloutis d'Égypte

2 Septembre 2015 1:30 pm

L’Institut du monde arabe accueillera l’exposition événement de la rentrée “Osiris, Mystères engloutis d’Égypte”, un des aboutissements des fouilles dirigées par Franck Goddio en collaboration avec le Ministère égyptien des Antiquités à l’ouest du delta du Nil. L’IMA présentera sur 1100 m2 plus de 290 pièces, provenant pour leur majeure partie des fouilles sous-marines récentes de l’Institut. Une quarantaine de chefs-d’œuvre issus des musées du Caire et d’Alexandrie les accompagnent , des pièces rares, encore jamais vues en France, dont certaines sortent d’Égypte pour la première fois. La totalité des œuvres qui composent l’exposition vient donc intégralement d’Égypte…

Osiris, fils de la Terre et du Ciel, fut tué par son frère Seth. Ce dernier démembra le corps d’Osiris en 14 morceaux avant de le jeter dans le Nil. Isis, sœur-épouse d’Osiris, grâce à ses pouvoirs divins, remembra son corps, avant de lui rendre la vie et de concevoir leurs fils : Horus. Osiris devint alors le Maître de l’Au-delà et Horus, victorieux de Seth, eût l’Égypte en héritage.
On avait connaissance grâce à la stèle, dite de Canope, découverte en 1881, à Kom el-Hisn (238 av. J.-C.) que dans le grand temple d’Amon, d’une ville nommée Thônis située dans la ville d’Héracléion, étaient célébrées, comme dans la plupart des villes d’Égypte, les cérémonies des Mystères d’Osiris. Elles se terminaient, selon le texte de la stèle, par une longue procession nautique sur le Nil qui emmenait Osiris du temple d’Amon à son sanctuaire de la ville de Canope.

Sous l’égide de Franck Goddio, la mission de l’Institut Européen d’Archéologie Sous-marine (IEASM) a découvert, à quelques kilomètres d’Alexandrie, des cités de Thônis-Héracléion et de Canope submergées depuis le VIIIe siècle en baie d’Aboukir, ainsi que des vestiges des temples mentionnés dans le Décret. Les fouilles sur ces deux sites ont mis au jour de nombreux témoignages archéologiques en relation directe avec les « Mystères d’Osiris » : monuments, statues, instruments rituels, offrandes cultuelles… attestant ainsi de la célébration des mystères en ce lieu. Cette célébration initiatique d’une durée de 21 jours commémorait, perpétuait et renouvelait la légende fondatrice de l’Égypte.

Franck Goddio est le fondateur et le président de l’Institut européen d’archéologie sous-marine (IEASM) basé à Paris, ainsi que de la Far Eastern Foundation for Nautical Archaeology (FEFNA) située à Manille aux Philippines. Il est également le co-fondateur de l’Oxford Centre for Maritime Archaeology de l’Université d’Oxford.

Depuis 1992, en étroite collaboration avec le Ministère des Antiquités égyptiennes, il dirige les prospections et les fouilles sous-marines dans le Portus Magnus d’Alexandrie. Ces recherches aboutissent à la cartographie détaillée du port oriental de la cité et de ses abords aux époques ptolémaïque et romaine. Les fouilles actuelles visent à étudier et identifier les infrastructures portuaires, les temples et les bâtiments découverts dans le grand port.

Franck Goddio souligne que c’est la première exposition de ce type dans le monde, car on commence seulement à percer les secrets des Mystères d’Osiris. L’archéologue ne cache pas sa fierté : « C’est le plus beau moment de mon travail. Ces objets incroyables retrouvent leur majesté deux mille ans après.»

«Osiris, mystères engloutis d’Égypte » ouvrira ses portes à partir du 7 septembre et se poursuivra jusqu’au 31 janvier 2016, à l’IMA (Paris Ve),véritable pont culturel entre la France et le monde arabe,fondé en 1987 par la France et les États de la Ligue arabe pour faire connaître et rayonner la culture arabe sous toutes ses formes. « Cette exposition va rappeler aux gens l’importance de l’histoire égyptienne, et surtout l’influence qu’elle a eue sur notre civilisation », espère Franck Goddio.