Dernières nouvelles

De nouvelles analyses sur la tombe secrète de Néfertiti dès jeudi

26 Novembre 2015 1:53 pm

Jeudi dernier, Le Caire a mené des examens complémentaires dans la tombe de Toutankhamon, afin de vérifier la théorie de l’archéologue britannique Nicholas Reeves suggérant que la momie de la reine y est enterrée.
PUBLICITÉ
À ce jour, les égyptologues n’ont jamais découvert la momie de cette reine à la beauté légendaire, qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant Jésus-Christ. Ces «travaux d’exploration», qui se sont étalés sur trois jours, ont été menés avec des «radars» sophistiqués et de la thermographie infrarouge.
L’objectif est de sonder les murs de la tombe de Toutankhamon pour vérifier la possible existence de «chambres secrètes», selon la même source. La tombe du pharaon décédé à 19 ans en 1324 avant Jésus-Christ au terme d’un court règne de neuf ans est située dans la Vallée des Rois, près de Louxor, dans le sud de l’Égypte. Néfertiti fut l’épouse du pharaon Akhenaton, le père de Toutankhamon qui convertit temporairement l’Égypte antique au monothéisme en imposant le culte exclusif du Dieu du soleil, Aton.
Le ministre des Antiquités, M. Mamdouh El-Damaty et l’égyptologue britannique Nicholas Reeves avaient annoncé en septembre qu’ils se lançaient à la recherche de chambres secrètes dans le tombeau, le second se disant persuadé qu’il s’agit de la sépulture de Néfertiti, le premier plutôt celle d’une autre épouse du roi Akhénaton.
Dans tous les cas, M. Eldamaty avait dit s’attendre à la «découverte du XXIe siècle» concernant l’Égypte antique. Une conférence de presse aura lieu samedi à Louxor «pour annoncer les résultats préliminaires des recherches» dans la tombe, a précisé le ministre.
Selon M. Reeves, le mur nord du tombeau recèle une porte dérobée qui pourrait dissimuler la sépulture de la propriétaire originelle de cet hypogée (tombe souterraine en archéologie), Néfertiti. Début novembre, les autorités égyptiennes avaient d’ailleurs annoncé que des analyses préliminaires à la thermographie infrarouge avaient révélé «une différence entre les températures relevées sur différentes parties du mur nord», promettant des tests supplémentaires.
Contrairement aux tombeaux d’autres pharaons qui ont quasiment tous été pillés au fil des millénaires, le mausolée de Toutankhamon, découvert en 1922 par l’archéologue britannique Howard Carter, recelait de plus de 5.000 objets intacts, vieux de 3.300 ans, dont bon nombre en or massif.