Dernières nouvelles

L'élection présidentielle les 26 et 27 mai

5 Avril 2014 8:53 pm

L##élection présidentielle en Egypte aura lieu les 26 et 27 mai, a annoncé la commission électorale en charge de l##organiser. Le scrutin se tiendra près de neuf mois après la destitution et l##arrestation du président islamiste Morsi. La campagne électorale s##étendra du 3 au 23 mai, a précisé le porte-parole de la commission lors d##une conférence de presse télévisée. Un second tour sera organisé en juin si aucun des candidats n##obtient la majorité absolue au premier tour.

 
 Mais la plupart des observateurs s’attendent à une confortable victoire du maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Après avoir officiellement abandonné son uniforme de maréchal pour se présenter aux présidentielles, le candidat Al-Sissi s’offre son premier bain de foule électoral. Il ne faut pas s’y tromper, malgré son jogging Adidas et son vélo Peugeot, ce n’est pas du sport, mais bien de l’autopromotion que fait l’ancien ministre de la Défense et vice-président d’Égypte. Du jamais vu en Égypte. Al-Sissi s’est contenté d’une escorte discrète (un seul garde), et s’est volontiers arrêté dans les rues du Caire pour discuter avec ses concitoyens. Le geste d’Al-Sissi a été accueilli avec enthousiasme par certains, et avec suspicion par d’autres Égyptiens, sans surprise et à l’image de l’effet produit par l’annonce officielle de sa candidature.
 
Son seul rival déclaré est pour l’heure le candidat de la gauche nassérienne Hamdeine Sabbahi, troisième de la présidentielle de 2012. Le dépôt des candidatures aura lieu entre le 31 mars et le 20 avril. La proclamation des résultats du premier tour du scrutin est prévue pour le 5 juin. En cas d’un second tour, les électeurs doivent se rendre aux urnes les 16 et 17 juin. Les résultats de cet éventuel second tour seront publiés le 26 juin au plus tard. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ibrahim, a déclaré que le ministère se mettrait à égale distance de tous les candidats à la présidentielle et sécuriseraient les bureaux de vote et les meetings des candidats. L’élection présidentielle sera sécurisée pour empêcher toute émeute entravant le processus électoral, a-t-il dit. Ibrahim a demandé aux policiers de déployer plus d’efforts pour contrôler la situation sécuritaire et rassurer les citoyens.