Dernières nouvelles

Hala Choukrallah, nouvelle ère pour Al-Dostour

27 Février 2014 3:21 pm

Pour la première fois de l’histoire de l##Egypte, une femme vient d’être élue à la tête d’un parti politique. Il s’agit de Hala Choukrallah, la nouvelle présidente du parti Al-Dostour “la Constitution”,

 
 qui avait été fondé et présidé par Mohamed El-Baradei. Le signe d’un changement certain dans une Egypte où les droits des femmes étaient en pleine régression. Inédit ! Pour la première fois dans l’histoire de l’Egypte, une femme a été élevée à la tête d’un parti politique. A 59 ans, Hala Choukrallah a été élue avec 108 voix contre sa concurrente Gamila Ismaïl.
Dans un pays conservateur tel que l’Egypte, l’ascension d’une femme au sommet d’une institution ou d’un parti, qui, en plus est une chrétienne copte, était jusqu’à présent un fait inexistant. Exception faite il y a deux mois lorsque Mona Mina a été élue présidente de l’Ordre des médecins.
Hala Choukrallah est la politicienne la plus en vogue depuis sa nomination vendredi dernier, à la suite d’une Assemblée générale. “C’est palpitant”, a-t-elle dit. “Le moment est arrivé et j’ai été très heureuse parce qu’il reflète les espoirs de tant de jeunes dans le parti. C’est un moment où on estime que quelque chose a changé”, a-t-elle raconté. Mais la nouvelle responsable politique a du pain sur la planche, car en plus d’être une femme, elle est, dans un pays où la droite domine, alors qu’elle est gauchiste.
Lancé le 28 avril 2012 par El-Baradei, Al-Dostour a traversé des épreuves compliquées. Trois semaines après son arrivée à la tête de la Vice-présidence, suite à la destitution de Mohamed Morsi le 3 juillet, Mohamed El-Baradei avait démissionné. Il avait même dû quitter le pays vers Londres pour éviter d’être arrêté pour “rupture de confiance”. Vu de l’intérieur et de l’étranger, El-Baradei avait tout bonnement abandonné son pays. Al-Dostour prend alors un sacré coup, et de nombreux fidèles quittent le navire. Le défi est donc de taille pour Hala Choukrallah. Mais cette sociologue de profession a bénéficié d’une couverture médiatique exceptionnelle et de loin gratifiante. Un coup de pouce qui devrait lui permettre de redresser l’image de son parti et attirer de nouvelles voix, notamment féminines.