Dernières nouvelles

Des milliers aux funérailles de 4 Coptes tués dans un attentat

Felli – Michael Victor

27 Octobre 2013 9:31 am

Des milliers de personnes ont participé lundi dernier aux funérailles de quatre coptes tués la veille devant une église de la Vierge Marie de Warraq à Guiza. Cette attaque sanglante constitue un nouvel épisode dans la série des attentats contre des chrétiens dans la capitale depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, début juillet.

Des familles coptes invitées à un mariage attendaient devant l’église l’arrivée des mariés lorsque des hommes armés ont tiré sporadiquement avant de prendre la fuite. Quatre personnes, dont deux fillettes, ont été tuées. Mariam Nabil 12 ans, Mariam Achraf, 8 ans, Samir Fahmi 46 ans et Camélia Helmi, 70 ans, se sont ainsi joints à la liste des martyrs. Selon des témoins oculaires, trois hommes, cagoulés, se sont approchés sur leurs motos. Deux ont tiré sur les personnes rassemblées. Sur place, il n’y eut soudainement que sang et chaos.
 
Support du clergé copte
Sa Sainteté le Pape Tawadros Ii, s’est rendu mercredi dernier, après son homélie hebdomadaire, à l’hôpital militaire de Maadi pour réconforter les victimes de l’église de la Vierge et l’archange Michael de Warrak et se rassurer sur leur état de santé. A noter que le pape s’est rendu au chevet de 13 blessés. Sa Sainteté était profondément attristé pour les blessés et a réconforté leurs familles. Parmi les blessés se trouvaient deux musulmans.
Sa Sainteté a également rendu visite à une des victimes des attentats terroristes à Rafah, Yasser Gouda. Le pape a salué le directeur de l’hôpital et le personnel pour leur rôle remarquable dans le soin des blessés.
L’Anba Tawadros était escorté par l’Anba Yohanna, évêque du Nord de Guiza et les Pères Angelos Ishak et Amonius Adel, du Secrétariat de Sa Sainteté.
Sa Sainteté a été accueilli par le Dr Saïd al –Naggar, directeur du complexe des hôpitaux militaires, Dr Atef Imam, directeur de l’hôpital de Maadi, Dr Hani Yassa, consultant d’urologie à l’Hôpital militaire de Maadi, Dr Achraf Abdel Radi, directeur adjoint du complexe des hôpitaux militaires. La visite a été effectuée en présence des ingénieurs Raafat Al-Khanajery et Achraf Aguib.
 
 
Funérailles au lieu du drame
L’office funèbre des victimes de l’attentat de l’église de Warrak et l’archange Mikhaïl a eu lieu sous la conduite de l’Anba Raphael, secrétaire général du Saint-Synode, l’Anba Yoannes, évêque des services, l’Anba Theodosios, évêque de Guiza, et l’Anba Youhanna, évêque d’Imbaba et de Warrak.
Les cercueils des défunts ont été transportés de l’hôpital à l’église où l’office funèbre a été célébré.
En attendant l’arrivée des cercueils dans l’église, sur fond de pleurs et de cris, les familles des victimes attendaient… L’assemblée clamant et chantant “Aie pitié de nous!”.
Le premier cercueil est entré dans l’église accompagné du cantique “Ari pamevi” (Souviens-toi de moi). Des bousculades ont eu lieu. Puis les trois autres ont difficilement été introduits. Les proches des défunts coptes assassinés se recueillaient sur les cercueils disposés devant l’iconostase de l’église pendant les funérailles.
Profonde tristesse Les psaumes ont été récités avant la prière générale des funérailles. L’église était bondée.
Devant une foule en pleurs, l’Anba Raphael a lu l’Evangile.
“Ouvre Seigneur, la porte du paradis à tes enfants”, scandait l’Anba Theodosios.
Au nom de l’Eglise Copte, l’Anba Youhanna a remercié les nombreux supports et réconforts, notamment ceux de l’armée, de l’hôpital militaire de Maadi, et des nombreux musulmans qui sont venus consoler les coptes. “Musulmans et chrétiens, nous sommes tous sur même bateau”, a-il- lancé.
L’Anba Yoannes s’est ensuite exprimé pour la consolation des coptes et des proches des défunts. Ses mots étaient émouvants.
“Le sang des martyrs a une valeur inestimable chez Dieu”, a-t-il dit à cet égard.
“Ô toi Vierge Marie, intercède pour nous auprès de ton fils pour qu’il protège notre pays”, a-t-il ajouté.
“Ou bien nous mourrons comme eux, ou bien nous récupérerons leur droit!”, scandait la foule à la fin de  es funérailles. Les cercueils ont ensuite été transportés hors de l’église pour l’enterrement.
 
Les Coptes Egyptiens ciblés
Militants et chrétiens égyptiens accusent régulièrement les forces de l’ordre de les avoir abandonnés au moment où les islamistes multipliaient les représailles à la suite de la révolution du 30 juin. Des dizaines d’églises, de
maisons et de commerces appartenant à des coptes avaient été attaqués et incendiés, en majorité dans le centre du pays, durant les jours et les semaines qui ont suivi la dispersion de deux importants rassemblements pro- Morsi au Caire, le 14 août.
Le pape copte Tawadros II était présent aux côtés du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, lorsqu’il a annoncé la déposition de Mohamed Morsi le 3 juillet. Depuis, les  islamistes accusent les coptes d’avoir soutenu la révolution contre le régime des Frères musulmans.
La police égyptienne est à la recherche des hommes armés ayant pris pour cible les participants à ce mariage copte.
Les tensions pourraient encore être exacerbées par le procès, prévu le 29 octobre, du Guide suprême des Frères musulmans (FM) Mohamed Badie et de ses adjoints, ainsi que par celui de Mohamed Morsi, à partir du 4 novembre, pour “incitation au meurtre” de manifestants
 
Condamnations
Le Premier ministre Hazem el- Beblaoui a qualifié l’attentat de dimanche d’”acte criminel méprisable” et assuré que les forces de sécurité recherchaient les assaillants. “Des actes aussi terribles ne parviendront pas à diviser musulmans et chrétiens”, a-t-il assuré.
Les États-Unis ont également condamné “fermement” cette attaque “odieuse”. De sa part, Paris a condamné  ‘attentat. La France condamne l’attentat qui a causé la mort de quatre personnes devant une église du Caire, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères. “Dans la délicate phase historique que traverse la région toute entière, la France accorde la plus grande attention à la situation des chrétiens d’Orient”, a déclaré Alexandre Giorgini, sous-directeur de la presse au Quai d’Orsay. “Nous sommes vivement préoccupés par les nombreuses violences qui, notamment depuis le mois d’août, visent les Coptes et ont entraîné la destruction de dizaines d’églises et d’institutions chrétiennes”, a-t-il ajouté, rappelant que la liberté de religion ou de conviction est un droit fondamental garanti par le pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Moscou a également appelé à mettre fin aux attaques contre les églises coptes. Il est indispensable de mettre un terme aux attaques contre les édifices religieux de la communauté copte en Egypte, a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères. “Les autorités égyptiennes doivent mettre un terme à de tels actes de violence dans le cadre de leurs efforts visant à assurer la sécurité et la stabilité dans le pays. Cela permettrait de placer l’Egypte – avec laquelle nous entretenons traditionnellement des liens d’amitié – sur la voie d’un développement politique et économique stable”, a signalé un communiqué publié lundi sur le site internet de la diplomatie russe.
Moscou a souligné que la communauté copte d’Egypte et ses centres religieux ont fait l’objet à plusieurs reprises de violences, y compris d’attaques armées perpétrées par des criminels.
Dans un rapport publié en octobre, Amnesty International a affirmé que plus de 200 propriétés détenues par des chrétiens ont été attaquées, 43 églises sérieusement endommagées et plus de quatre personnes tuées depuis le 14 août. Pour Human Rights Watch, les deux provinces les plus touchées ont été Minya et Assiout, dans le centre du pays.