Dernières nouvelles

Al-Sissi vise fortment la croissance économique

Abdelmasih YOUSUF

14 Septembre 2014 8:33 pm

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a invité les concitoyens à la patience face aux coupures d’électricité géantes qui frappent l’Egypte, en insistant sur le coût de la rénovation du réseau alors que l’Etat peine déjà à remettre ses finances à flot. Les coupures de courant sont quotidiennes au Caire mais jeudi avant dernier, la moitié du pays a été touchée, des usines ont été mises à l’arrêt et une partie du métro de la capitale a dû être fermée. Dans une allocution télévisée, le chef de l’Etat a souligné que le mauvais état du réseau électrique égyptien était le fruit de plusieurs années de sous-investissements et il a reconnu qu’il n’y aurait pas de solution miracle. “Avons-nous développé nos capacités de production électrique pour répondre à nos besoins? Construit des centrales pour répondre à nos besoins? Cela n’a pas été fait car cela nécessite un financement massif”, a dit Abdel Fattah Al-Sissi. “Nous devons comprendre que cette question ne peut absolument pas être réglée et corrigée du jour au lendemain”, a-t-il ajouté. L”Egypte a besoin d’augmenter la capacité de son réseau électrique de 12.000 megawatts au cours des cinq prochaines années pour un coût de 12 milliards de dollars, a-t-il dit.

Question énergétique
A noter que l’Egypte vise une croissance économique de 5,8% au cours des trois prochaines années tout en maintenant son déficit public aux alentours de 10% de son produit intérieur brut (PIB). Al-Sissi demande fréquemment aux Egyptiens d’accepter des sacrifices pour rétablir la situation du pays et son gouvernement a déjà augmenté le prix du carburant de 78% en juillet en réduisant de manière drastique certaines subventions.
La fourniture d’électricité, et plus largement la question énergétique, est un thème sensible en Egypte et l’incapacité du président islamiste Morsi à régler ces problèmes a contribué à alimenter la colère de la population.
Par aillieurs, “Nous allons développer les énergies renouvelables et nous employer à regagner la confiance du secteur touristique, mais ce ne sera pas suffisant, souligne le ministre du Commerce et de l’Industrie, Mounir Fakhry Abdelnour. “Nous fournissons d’énormes efforts pour relancer l’industrie et créer un environnement légal incitatif afin de séduire les investisseurs étrangers d’ici à la fin de l’année”.
Dans le même temps, Sissi a ordonné à son “gouvernement de 7 heures” – les ministres étant priés d’être à l’oeuvre dès potron-minet – de ramener le déficit budgétaire de 15 % à 10 %. Une gageure quand on sait que la paupérisation rampante et un taux de chômage des jeunes record de 40 % nécessitent une intervention de l’État. Et ce ne sont pas les grands travaux annoncés, comme le doublement du canal de Suez – et ses 5 milliards de dollars de recettes annuelles – dans le délai jugé déraisonnable d’une année, qui vont améliorer les choses sur le front de l’emploi.

Investissements norvégiens et européens
Dans ce context, le président Abdel Fatah Al-Sissi a reçu, le chef de la diplomatie norvégienne Boerge Brende en présence du ministre des Affaires étrangères Sameh Choukri et de l’ambassadeur de la Norvégie au Caire. Le porte-parole de la présidence Ihab Badaoui a déclaré que le ministre norvégien avait salué, au début de son entretien, les efforts assidus déployés par l’Égypte pour conclure un cessez-le-feu à la bande de Gaza. L’entretien a porté sur les arrangements de l’accueil par l’Égypte de la conférence de la reconstruction de Gaza sous la houlette égypto-norvégienne. La réunion a également porté sur les moyens de consolider et développer les relations bilatérales entre les deux pays. De sa part, le Président Abdel Fatah Al-Sissi a mis l’accent sur l’aspiration de l’Egypte aux investissements norvégiens et à la contribution à l’avancement de l’économie égyptienne, qui a montré de nombreux signes positifs au cours des dernières semaines, soulignant l’engagement de l’Etat égyptien à la fourniture du climat législatif attirant les investissements étrangers.

Canal de Suez: certificats d’investissement
Dans ce context, les dragues appartenant à l’Autorité du Canal de Suez sont arrivées sur le chantier du creusement du nouveau canal, a déclaré le président de l’Autorité Mohab Mamich. Mamich a fait ses déclarations durant une visite d’inspection effectuée au sud du chantier et à la borne n°95. Selon un communiqué diffusé par l’Autorité en ce sens, les travaux se poursuivent 24/24 afin d’achever le projet dans les délais établis.
Le gouverneur de la Banque centrale d’Egypte (BCE), Hicham Ramez, a dévoilé que le total des certificats d’investissement vendus pour le projet du nouveau canal de Suez s’était élevé à plus de 35 milliards de LE, dans 5 jours.
Dans des déclarations , Ramez a souligné que les banques avaient connu une affluence sans précédent d’individus motivés par l’intérêt national pour l’achat de ces certificats, faisant état d’une large participation à ce projet national lancé par le président Abdel Fattah Al-Sissi.
De sa part, le Premier ministre, Ibrahim Mahlab, a assisté lundi le 8 septembre 2014 à la séance de clôture 1er congrès sur l’immigration illégale organisé par le ministère de la Jeunesse et des Sports sous le slogan “Non à l’immigration illégale”. Dans son allocution devant la Séance de clôture, Mahlab a affirmé que le ministre de la Main-d’œuvre avait assuré 82 mille chances d’emploi et 30 mille autres avaient été annoncées par le président de la Fête de la République, soit 110 mille chances d’emploi dans le secteur de la construction.