Le Saint Synode canonise deux nouveaux saints

23-06-2022 10:12 AM


1- Le moine Yostos Al-Antoni

Au terme de ses travaux, jeudi 9 juin 2022 , le Saint-Synode de l’Eglise copte orthodoxe présidé par SS le pape Tawadros II, pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint Marc, a décidé la canonisation du moine Yostos al-Antoni (1910-1976), connu sous le nom de “moine silencieux”, du monastère Saint-Antoine, dans le désert oriental au large de la mer Rouge, et du père Bishoy Kamel (1931-1979), de l’église Mar-Guirguis (Saint-Georges) à Sporting, Alexandrie.

La reconnaissance par le Saint-Synode de la sainteté du moine Yostos Al-Antoni et de notre père hégomène Bishoy Kamel, signifie qu’ils sont devenus officiellement saints dans l’Église. Des icônes peuvent leur être élevées, des autels consacrés en leur nom, et être joints à la communauté des saints, “afin que beaucoup puissent s’inspirer de leur vie”.

Ainsi, il s’agit de la quatrième déclaration de sainteté à l’époque du pape Tawadros, le Saint Synode ayant auparavant en 2013 canonisé Sa Sainteté le pape Kyrollos VI et l’archidiacre Habib Guiguis.

En décembre 1976, lorsque les moines de Saint Antoine assistèrent aux funérailles du moine Yostos, ils savaient qu’un ange était parti de leur monastère. Depuis plus de quinze siècles, le monastère, qui a été nommé d’après le grand saint Antoine et construit près de sa grotte, se trouve au pied d’une haute montagne surplombant la mer Rouge. Au cours de sa longue histoire, il a vu de nombreux saints, et il a donné à l’Église un certain nombre de ses patriarches et évêques. Mais ici, nous ne voyons pas un homme qui a parcouru le chemin de la sainteté à travers une vie de vertus héroïques. Il n’était ni évêque, ni abbé, ni même prêcheur. Il ne prêchait pas, ne laissa aucun enseignement, aucun écrit et n’avait pas de disciples.

Le moine Yostos est né vers 1910 après J.-C. dans le village de Zarabee, à quelques kilomètres de l’ancien monastère copte Al Moharraq dans la province d’Assiout. On lui a donné le nom de Naguib à sa naissance. Son père Chahhat était tailleur, et c’était le métier que Naguib avait appris dans ses premières années. Dans son enfance, il a appris à lire à la fois l’arabe et le copte. Il a été choisi pour être lecteur dans l’église, et il a donc aidé à la liturgie. Vers 1939, il répondit à l’appel du désert et resta comme novice au monastère de Saint-Paul l’ermite. En 1941, il a déménagé au monastère voisin de Saint-Antoine où il est devenu moine.

Au cours de ses trente-cinq années en tant que moine, le seul message que le père Yostos a donné à ses compagnons et aux visiteurs du grand monastère et en fait, le seul héritage qu’il a laissé à toute l’Église a été sa vie simple. La pauvreté a toujours été l’un des principaux vœux de monachisme partout, mais elle a atteint une nouvelle dimension chez le père Yostos ; il ne possédait tout simplement rien. Il n’avait pas d’argent ; la petite allocation mensuelle qu’il prenait au monastère, il la confiait à l’un des frères et il en fit don au monastère peu de temps avant sa mort.

Les vêtements du père Yostos se composaient d’une tunique usée, d’une casquette qui est devenue incolore avec le temps et d’une vieille chaussure qu’il utilisait même rarement. Pendant les mois froids de l’hiver, il se couvrait les épaules d’une couverture qu’un pauvre homme refuserait de garder dans sa maison. Ces mêmes vêtements ont plus tard été chéris par des personnes pieuses qui voulaient obtenir la bénédiction de l’homme de Dieu après son départ.

La cellule du père Yostos reflétait son caractère. Elle se composait de deux pièces construites en argile et couvertes de branches de palmier sans fenêtres. N’importe qui pouvait jeter un coup d’œil ou entrer à l’intérieur parce qu’il n’y avait pas de porte. Il n’y avait rien d’autre que le sol nu, recouvert d’un minuscule gravier par manque de soins, d’un petit vieux tapis et d’un pichet pour l’eau. Il n’y avait pas de lit, pas de matelas ou d’oreiller, pas de chaise, ni même une assiette ou une tasse. Tout ce qui s’y trouvait était posé sur le sol, le pain dur, les tomates sèches, les dattes et les oignons. Il n’y avait rien d’important dans la cellule, sauf les volumes de la Psalmodie, les livres de l’Église pour l’Office divin.

En fait, le père Yostos ne considérait pas que la cellule était la sienne. Il errait dans le monastère, jour et nuit. Quand il avait besoin de repos, il était assis sous un arbre ou à côté d’un mur. Dans ses premières années, il dormait sur un bloc d’arbres tombé sur le sol. Il mangeait ses repas la plupart du temps assis sous un arbre dans le jardin du monastère. Il jeûnait pendant de longues heures, après quoi il mangeait le pain tombé de la table commune que les moines jetaient aux moutons. Parfois, il mangeait des haricots bouillis. Il avait aussi sa propre recette composée de feuilles séchées, de pain et d’oignons. Il n’a jamais mangé de viande. Sa portion quotidienne de nourriture, il la donnait aux ouvriers du monastère ou l’offrait aux chats qui le suivaient quand il prenait sa part du repas cuit.

Pour le Père Yostos, l’Écriture était son compagnon constant. Il pouvait réciter de longues parties des épîtres de saint Paul. Il avait une connaissance approfondie des personnalités de la Bible. Ses réponses aux questions étaient principalement par des versets des Écritures. Il aimait l’Église, sa liturgie, ses saints, même son édifice. On le voyait s’agenouiller en prière devant l’église pendant la nuit. Lorsque la cloche appelait les moines pour l’Office quotidien, il était le premier à entrer dans l’église. Souvent, les frères ont dû utiliser la force pour l’en faire sortir. Pendant le culte, il se tenait le regard fixé vers l’icône du Christ. Il chantait la psalmodie en langue copte qu’il parlait couramment. Il s’approchait des Saints Mystères avec révérence et crainte. Quand il servait à l’autel pendant les jours de fête, il était vêtu de la splendide tunique du diacre, ce qui contraste totalement avec ses vêtements habituellement médiocres.

Il priait pendant des heures tous les jours. N’ayant pas de place à lui, on pouvait le voir prier n’importe où dans le monastère, dans l’église, dans le jardin ou dans sa cellule. Il a passé la majeure partie de son temps de prière à genoux. Fréquemment, lorsqu’il était dominé par le sommeil, il dormait à genoux. Dans sa cellule, il a fait d’innombrables prosternations sur le sol qui, faute de soin, était pavé de sable et de gravier fin ; s’agenouiller dessus était une agonie en soi. Pour les prières des heures, il n’a pas utilisé de livre car il mémorisait tous les psaumes par cœur.

Le moine Yostos est mort aussi simplement qu’il a vécu. Il a été malade pendant quelques heures avant sa mort. Un jour, il a été retrouvé allongé fiévreux devant la maison d’hôtes. Un frère l’a transporté dans l’une des pièces du monastère où il a remis son esprit. Un des moines a vu plus tard une lumière briller autour de l’endroit où le moine Yostos a été enterré. Les gens restant à proximité ont déclaré qu’une lumière brillante clignotait du monastère depuis plusieurs nuits consécutives. Ils ont également vu la figure d’un homme en vêtements blancs qui portait une forte lumière et marchait le long de la haute muraille entourant le monastère. Les moines de saint Antoine croient que le père Yostos, qui se promenait à l’intérieur du monastère pendant la nuit, n’est pas parti et est toujours, après son départ, en visite de l’endroit où il vécut tant d’années, et qu’il aime toujours.

Après avoir reconnu la sainteté du moine Yostos al-Antouni, un autel qui porte son nom a été consacré le vendredi 10 juin 2022 dans le monastère de Saint-Antoine en mer Rouge.

(Visited 22 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires