22.02.2022, journée exceptionnelle dans l’histoire d’Abou Simbel

27-02-2022 10:42 AM


Le mardi 22.02.2022 – une date palindrome que l’on peut lire aussi bien de droite à gauche que de gauche à droite – l’alignement solaire du temple du pharaon Ramsès II (13e siècle avant notre ère) à Abou Simbel, a été officiellement célébré en Egypte, en présence du Dr. Khaled El-Anani, le ministre du Tourisme et des Antiquités, de la ministre de la Culture, Dr Inas Abdel Dayem, et du gouverneur d’Assouan, le général Achraf Attia.

Ont assisté au festival le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, le Dr Ahmed Ghoneim, PDG du Musée national de la civilisation égyptienne, Lamia Kamel, ministre adjointe de la promotion du tourisme, certains dirigeants du ministère et du gouvernorat, outre un certain nombre de blogueurs égyptiens et étrangers de tous les pays du monde.

Le Dr Khaled Al-Anani a expliqué que le phénomène de l’irradiation du soleil au temple d’Abou Simbel est un phénomène d’ingénierie astronomique unique au monde, expliquant que ce temple mérite d’être la huitième merveille du monde antique, car l’histoire de sa découverte et les inscriptions sur ses murs et ses couleurs en elles-mêmes sont une des merveilles du monde, sur laquelle a été enregistrée la bataille de Kadesh et le premier traité de paix de l’histoire humaine.

Il a ajouté que l’histoire de ce phénomène survient à une date exceptionnelle qui ne se répétera pas, car elle correspond au 22/02/2022, exprimant sa joie de la présence d’un grand nombre de visiteurs égyptiens venus spécialement de tous les gouvernorats égyptiens pour être témoins du phénomène de perpendicularité du soleil sur le Temple de Ramsès II à Abou Simbel.

Un grand écran a été installé dans la cour avant du temple pour transmettre le phénomène au public et retransmettre la performance artistique qui a été présentée dans la soirée.

Cela s’inscrivait dans le cadre de l’événement organisé par le ministère du Tourisme et des Antiquités en coopération avec le ministère de la Culture à Abou Simbel à l’occasion du phénomène de perpendicularité du soleil, qui comprenait un spectacle artistique utilisant des moyens technologiques modernes et avancés.

Le spectacle a également mis en lumière l’histoire de la vie du roi Ramsès II, la bataille de Kadesh et le premier traité de paix conclu au monde représentés sur les murs de son temple, en plus du lancement de nombreux ballons volants lumineux pour décorer et embellir le ciel du site la nuit dans un message d’amour et de paix au monde entier à partir d’Abou Simbel en ce jour spécial.

La représentation artistique a été suivie par la cérémonie de clôture tenue par le ministère de la Culture dans le cadre des activités de la neuvième édition du Festival international de la culture et des arts d’Assouan, coparrainé par le ministère du Tourisme et des Antiquités, au cours de laquelle a été présenté un spectacle artistique culturel intitulé « Mawal Al Chams » (chanson du soleil), comprenant des représentations du folklore de tous les gouvernorats égyptiens.

Il est bon de savoir que Ramsès II a orienté son temple à Abou Simbel de manière à ce que le sanctuaire intérieur (naos) ne laisse pénétrer les rayons du soleil que deux fois par an : le 22 février pour son anniversaire, et le 22 octobre pour commémorer son accession au trône.

Au petit matin, les statues de Ramsès II et des dieux Rê-Horakhty et Amon, dans une pièce au fond du temple, sont alors éclairées par le soleil qui les régénère.

Ce phénomène insolite, dû au génie des architectes de l’Égypte ancienne, donne lieu chaque année à une grande fête sur ce site exceptionnel : musique, danse, etc.

Chaque 22 février, les rayons du soleil levant se présentent alors précisément face à l’entrée du temple à la façade décorée de quatre géants de 20 mètres de haut figurant Ramsès II sur son trône. Tous semblent en protéger l’entrée depuis plus de 3.000 ans. A l’intérieur, dans l’immense salle hypostyle de 18 mètres de long tout entière dédiée à la gloire du pharaon, se dressent huit gigantesques statues polychromes à tête d’Osiris, chacune coiffée du pschent orné du serpent uraeus, lesquelles tiennent dans leurs mains le sceptre et le fouet emblèmes du pouvoir divin. Pendant quelques minutes, dans les faisceaux de l’aurore, les puissants rayons du soleil viennent alors irradier d’une lumière bienveillante les statues présentes dans le naos. Chaque 22 février, s’illumine d’abord celle du dieu Amon, puis celle de Ramsès II, les drapant d’une teinte d’or ; puis le 22 octobre, dans le sens contraire, s’enflamme en premier lieu l’effigie de Rê-Horakthy, puis celle de Ramsès II. Dans les deux cas, Ptah n’est jamais atteint par les rayons du soleil, car considéré par les anciens égyptiens comme un dieu des ténèbres, il doit rester dans l’ombre.

Construit par Ramsès II pour imposer le culte de sa personnalité, il représente un des plus grands trésors du pays. Ramsès II était comme tous les pharaons : en quête de l’immortalité. Et dans cette quête, chaque pharaon avait sa propre méthode pour laisser des traces de leurs passages. Ramsès II, quant à lui, dans toute sa grandeur, les essaya toutes. Il accomplit des tâches qu’on pensait impossibles. Celui qu’on appelle “Grand Roi de Basse et Haute Égypte” ou “Roi bâtisseur”, a su dépasser les limites qui existaient à l’époque et se hisser à la hauteur des Dieux. Laissant derrière lui des trésors de valeurs inestimables, tant les prouesses nécessaires pour leurs constructions sont impensables. Il régna sur l’Égypte pendant environ 66 ans. Il meurt âgé, autour de ses 90 ans, en 1213 avant JC.

Le temple d’Abou Simbel avait une fonction bien précise pour la propagande personnelle du pharaon. Il existait surtout pour asseoir sa grandeur et intimider les populations étrangères qui se trouvaient au Sud de l’Égypte, au delà de ses frontières.
Dans ce lieu, loin de la Vallée des Rois, à environ 1000 km, le temple règne majestueusement, seul. Il possède une façade de 33 mètres de haut et 38 mètres de large. Ses statues, entourant l’entrée du temple, sont les plus grandes d’Égypte.

Pendant de longues années, le temple d’Abou Simbel fut oublié. Recouvert par le sable, il demeura secrètement enfoui pendant presque 3000 ans, attendant tranquillement d’être révélé au monde à nouveau. C’est en 1813 que l’explorateur suisse Jean-Louis Burckhardt fit l’incroyable découverte du temple d’Abou Simbel. Et ce ne sera que quelques années plus tard, qu’on y dégage tout le sable qui le recouvre.

(Visited 11 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires