« Secrets d’icône copte » à Paris

27-11-2021 07:44 AM


Son Éminence l’évêque Marc, évêque du diocèse de Paris et du nord de la France, a inauguré, au siège diocésain de la capitale française, l’exposition d’icônes coptes, intitulée « Secrets d’icône copte », comprenant le chemin de la Sainte famille en Egypte, et de nombreuses histoires historiques et religieuses exprimant la valeur et la grandeur de l’art copte à partir des œuvres de l’artiste Armia EL-KA TCHA

La cérémonie s’est déroulée en présence de M. Alaa Youssef, ambassadeur d’Egypte en France, de M. Chérif Al-Diwany, consul général d’Egypte à Paris, et de plusieurs membres de la mission diplomatique égyptienne sur place, en plus de plusieurs chefs des églises orthodoxes et catholiques, ainsi que des prêtres et des moines, et un certain nombre de maires de villes où se trouvent les églises diocésaines, outre un certain nombre de français et d’égyptiens spécialisés dans l’histoire copte et égyptienne antique.

L’initiative « Mon patrimoine égyptien copte », sous les auspices de Sa Sainteté le Pape Tawadros II, vise à mettre en lumière la valeur du patrimoine égyptien copte.

Elle a ainsi sollicité la date du 1er juin, commémorant chez les Coptes l’entrée de la Sainte Famille dans le pays des pyramides, pour l’annoncer en tant que journée dédiée au patrimoine égyptien copte. Il est clair que l’entrée et le séjour de la Sainte Famille pendant plus de trois ans en Egypte, traversant ses quatre coins, est une pierre angulaire pour mettre en exergue les secrets du patrimoine égyptien copte si riche en culture et civilisation au monde entier. C’est pour cela que l’Unesco s’apprête à reconnaître la « valeur universelle » des lieux foulés par la Sainte Famille pour l’intégrer dans son patrimoine mondial.

Il s’agit de la première édition de l’initiative mettant en exergue les particularités de l’iconographie copte, à l’occasion de l’exposition intitulée « Secrets d’icône copte ».

Cette exposition a présenté les œuvres de l’artiste Armia EL-KATCH

A, innovateur d’icônes coptes. Au cours de sa carrière artistique de dix-neuf ans, il a apporté sa touche artistique à soixante églises à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte. Il a également peint les icônes de la première église orthodoxe au Japon et en Russie. Il a perfectionné ses études de l’iconographie sous la direction du professeur Isaac FANOUS qui fut l’un des pères de l’art néocopte au xxème siècle.

Le 6 novembre,en la Cathédrale Copte Orthodoxe de la Vierge Marie et l’Archange Raphaël, l’exposition s’est ouverte par une célébration qui comprenait un discours enregistré de Sa Sainteté le Pape Tawadros II, dans lequel il a parlé de la spiritualité et de l’authenticité de l’icône dans la tradition de notre Église copte, ainsi que des paroles de Son Éminence Anba Marc selon lesquelles le chemin de la Sainte Famille en Egypte a placé le pays sur la carte du tourisme mondial. et fait de l’Egypte une seconde terre sainte.

Le Père Moussa Wahib a ensuite donné une conférence sur le chemin de la Sainte Famille et ses stations et zones archéologiques les plus importantes. Le Père Moussa a enrichi cette initiative d’informations précieuses et de connaissances abondantes. L’expert en égyptologie et coptologie, Dr. Ashraf Sadek, a donné une conférence sur l’art de l’icône copte en tant que prolongement de l’art pharaonique et sa richesse.

L’artiste Armia EL-KATCHA a exprimé ses remerciements et sa gratitude à Sa Sainteté le Pape pour son encouragement à l’art copte et à Anba Marc pour cette initiative unique, alors qu’il parlait des caractéristiques de son art en tant qu’élève de l’iconographe Isaac Fanous.

A noter qu’Armia El-Katcha est né en 1980 en Haute Égypte dans la ville de Samalout, située à environ 240 kilomètres du Caire, d’une famille de rang moyen, où il a étudié l’enseignement de base, et à l’université il a choisi la Faculté des Beaux-Arts, Département de Graphique.

Après avoir terminé ses études universitaires, il n’est pas resté longtemps dans ce paisible village du sud, son talent pour le dessin l’a poussé vers le nord.

En 2002, il a rejoint l’Institut d’études coptes, pour perfectionner ses études de l’iconographie sous la direction du professeur Isaac FANOUS.

2005 fut une année charnière lorsqu’il a peint les icônes de l’église de l’Archange Raphaël à Maadi, au Caire, et son thème était “l’Apocalypse”, pour présenter un nouveau traitement des arts de l’icône copte. En raison de la renommée que cette église a acquise, Armia a eu une plus grande réputation, pour réellement commencer sa carrière professionnelle à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte.

Au cours de sa carrière artistique de dix-neuf ans, Armia EL-KATCHA a apporté sa touche artistique à soixante églises à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte, dont « Saint Georges » à Kom Ombo à Assouan, le « Diocèse de Saint Georges » à Guizeh et en France, la Cathédrale de la Vierge et de l’Archange Raphaël, siège du Diocèse Copte Orthodoxe de Paris et du nord de la France.

Actuellement, Armia EL-KATCHA travaille à la conception des peintures murales de la nef de la cathédrale de la Nativité du Christ dans la capitale administrative du Caire, qui s’étend sur plus de cinq mille mètres entre le dôme principal et les demi-dômes, et c’est l’une des plus grandes fresques murales du monde. Armia a réalisé environ 60% de son exécution.

Les icônes de Armia EL-KATCHA avaient atteint une telle créativité et précision qu’elles ont participé à des expositions dans la ville française de Dijon, plusieurs expositions à l’Atelier Bansard en France, et une exposition dans l’église Notre-Dame dans l’un des quartiers adjacents à la célèbre ville française de la Normandie.

(Visited 42 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires