Adieu l’icône du drame copte

02-09-2021 07:27 AM


L’artiste Maher Labib, l’un des piliers du drame copte, s’est éteint après une vie riche en dons artistiques, à l’âge de 72 ans, après une longue lutte contre la maladie. Le Père Boutros Daniel, président du centre catholique du cinéma, a été le premier à le pleurer quelques minutes après son départ dimanche matin 22 août, sur son compte personnel sur Facebook : «Sincères condoléances pour le décès du compétent artiste Maher Labib, qui est considéré comme l’un des pionniers des médias religieux et l’une des icônes du drame».

L’artiste Maher Labib est né au Caire et aimait interpréter depuis son plus jeune âge. Il était une star dans les troupes de théâtre de l’école à toutes les étapes de sa formation et a remporté de nombreux prix pour sa maîtrise du jeu d’acteur.

Au milieu des années 70, Maher Labib a commencé sa carrière artistique et est devenu célèbre pour le rôle de l’officier ou du procureur. Parmi ses séries les plus marquantes figurent «Rêves du garçon volant», «Mémoires de Wanis», «La Face de la lune», «Beit Al-Alal», «Nous n’avons pas planté des épines», «Les racines», «Les fils de Dahchane», « Rend mon cœur», «Aigle de l’Est»,. »La nouvelle rue», «Les fortunes du monde», «La sirène», «Les portes de la ville», «Mon compte avec les jours», «Le club des immortels», «Comme pour ce qui suit».

Au cinéma, Labib a participé aux films “Poste de police dans la rue», «Confrontation», «Manque de preuve», «Précision de la visite”.

Au théâtre, il a participé aux pièces de théâtre “L’argent», «Mon amour», «Une visite sans rendez-vous», «Bavardage» . Il a interprété devant des géants de l’art tels que le leader Adel Imam, le talentueux artiste Mohamed Sobhi, le comédien Hani Ramzy, l’artiste Lotfi Labib et l’artiste Magued Al-Kadwani.

L’acteur Maher Labib a une famille d’artistes. L’art est dans ses veines. Sa femme est la défunte artiste, Awatef Takla, qui a commencé sa vie artistique dans les années 60 à travers plusieurs séries, pièces de théâtre et films, dont les plus importants sont le film “Une des filles » avec Ahmed Mazhar et Nour Al Sharif, et le film « Le postier » avec Choukry Sarhan et Salah Mansour.

Parmi les séries les plus célèbres auxquelles elle a participé figurent “La nouvelle rue” avec Ferdous Abdel Hamid, “La face de la lune” avec Faten Hamama, et elle a également joué de nombreux rôles forts dans le drame copte jusqu’à son départ le 15 décembre 2013. L’artiste Maher Labib et sa femme, Awatef Takla, ont formé un tableau Idéal pour la famille artistique. Ils ont eu leur fils Raafat Maher, qui était célèbre dans son enfance pour avoir présenté de nombreuses œuvres, notamment le fils du leader Adel Imam dans le film «Poste de police dans la rue», et du fils de Fouad Al Mohandes dans le film «»Le portier bey». Il a également joué dans le film, «L’enfant martyr, Abanoub Al-Nahissi».

Cependant, après avoir présenté plus de 10 œuvres d’art, dont la dernière était la série “Mama Nour”, il a décidé de s’éloigner définitivement du milieu artistique, et de se concentrer sur ses études et sa réussite à l’école. Il a rejoint la faculté de pharmacie, et travaille maintenant dans une des plus grandes entreprises pharmaceutiques dans un pays arabe.

L’artiste Maher Labib est considéré comme l’un des piliers les plus importants du théâtre et du drame copte, une star du cinéma chrétien et l’un des plus anciens de celui-ci, il a joué dans de nombreux films qui ont documenté des événements importants de l’histoire de l’Église copte et de la vie des saints, avec une vision moderne qui sera ancrée dans l’esprit des spectateurs, d’Anba Isidorus dans le film «Anba Moussa le Noir», et le rôle du pape Abram Ibn Zara’a al-Syriani dans le film «Simon al-Kharraz», en plus de nombreux autres films tels que «Mar Guirguis», « Les 49 Martyrs», «Le moine silencieux», «Sainte Demiana», «La martyre Marina», «Marina la consacrée» et «Anna Simone», et son dernier ouvrage était le film «L’aigle sauvage», projeté en 2014

L’artiste Maher Labib a une empreinte que personne ne peut ignorer dans le drame radiophonique copte, et il a joué dans plusieurs histoires radiodiffusées et produites par Dar Al-Kitab. Il a donc joué le rôle d’Abraham Père des croyants et du Prophète de Dieu Jacob père de Joseph. Il avait une voix sereine, ce qui lui a permis de commenter le film documentaire « Entre lettres et rochers » sur la vie et le monastère d’Anba Antonios dans la mer Rouge, qui est le premier épisode de sa série de documentaires sur l’histoire de l’Église copte orthodoxe. . .

L’église l’a également utilisé pour superviser de nombreux ateliers pour les jeunes de théâtre d’église, en plus d’arbitrer dans de nombreux festivals et compétitions théâtrales, dont les plus importants sont peut-être le Festival épiscopal de Saint-Marc et le Festival du diocèse de Choubra El-Kheima.

L’une de ses dernières déclarations sur les médias coptes était qu’ils traversaient une étape de besoin de créativité et de renouveau dans le domaine de la production.

Le départ de l’artiste Maher Labib, icône du drame copte, est intervenu le dimanche 22 août 2021, correspondant au 16 mai de l’année copte 1737 des martyrs, coïncidant avec la fête de l’Assomption du corps de la Vierge Marie et de nombreux dignitaires d’église l’ont pleuré et à son égard, Son Éminence Mgr Martirios, évêque général des églises des chemins de fer de l’Est et rapporteur du comité des travaux artistiques du Saint-Synode a dit: “L’artiste Maher Labib a été le premier à jouer les rôles de saints dans des films vidéo, et a enrichi le théâtre de l’église avec des œuvres d’art sérieuses, ce qui a ajouté de nouvelles oeuvres au travail théâtral. Il a encouragé les jeunes foules dans leurs diverses œuvres artistiques dans les églises, et il était aimé des pères des églises, et nous l’apprécions pour son service et ses dons abondants dans le même domaine. ayant présenté de nombreuses biographies de saints et de martyrs, qui ont eu le plus grand impact sur le cœur des enfants de l’Église».

(Visited 18 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires