LE FILM ÉGYPTIEN “PLUMES” PRIMÉ AU FESTIVAL DE CANNES

26-07-2021 09:45 AM


Le jury de la semaine de la critique, l’une des sections parallèles du festival de Cannes consacrée à la découverte de nouveaux talents, a décerné son Grand prix Nespresso à un premier film égyptien, Feathers (Plumes), d’Omar El Zohairi. Le film qui était soutenu par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a été primé mercredi 14 juillet 2021, en même temps que les deux feux d’artifice de la Fête nationale.

Cette section se concentrait cette année uniquement sur de premiers films. Et c’est le réalisateur égyptien Omar El Zohairi qui s’est imposé. Une récompense méritée pour un beau film très particulier et bien maîtrisé.

Dans le film, une femme “dévouée corps et âme à son mari et à ses enfants” doit tout à coup assumer “le rôle de cheffe de la famille”, après qu’un magicien a transformé accidentellement son mari en poule, lors de l’anniversaire de leur fils de quatre ans. “Luttant pour sa survie et celle de ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte”, selon le synopsis du film.

Si un cinéaste a soudainement besoin d’un ou deux poulets pour son film, il y a un réalisateur à Cannes qui sait exactement quoi faire.

Pour Omar El Zohairy, bien qu’il n’y ait qu’une seule poule dans son premier long métrage Feathers (présenté en première mondiale dans le cadre des semaines de la critique), l’importance du rôle était telle que le responsable des animaux du film (un homme plus habitué à travailler avec des créatures plus grandes, telles que des chiens et des lions) en a utilisé une trentaine en tout. Et ce troupeau – tiré (désolé) de l’obscurité pour sa première apparition sur grand écran – a dû être spécialement dressé.

Il les a emmenés dans sa ferme et a commencé à explorer leur comportement et il a découvert qu’ils sont en fait très faciles à contrôler, que tout ce qu’on voulait des poulets, on pouvait l’obtenir.

Se déroulant dans une région d’Égypte anonyme, poussiéreuse et délabrée, à l’esthétique très particulière, Feathers suit une mère douce et presque entièrement silencieuse dont l’existence ingrate est entièrement consacrée à sa famille.

Mais ce quotidien de corvées répétitives et banales est bouleversé après la fête d’anniversaire de son fils, lorsque son mari – un personnage autoritaire plus préoccupé par l’acquisition de pièces d’eau de pacotille pour leur appartement sordide que par le paiement du loyer – participe à un tour de magie qui le transforme en poulet. Le seul problème est qu’il ne peut pas faire demi-tour.

Traitée avec une franchise et un sérieux comiques et absurdes, cette péripétie permet d’ouvrir une fenêtre sur les difficultés rencontrées par de nombreuses familles égyptiennes ordinaires. La mère – qui, comme tous les personnages, reste anonyme – doit maintenant trouver un revenu, s’occuper de ses enfants et de son nouvel animal de compagnie qui picore et mange des graines, tout en essayant de trouver un moyen d’annuler l’erreur magique.

El Zohairy croit qu’au cinéma, on doit montrer au public quelque chose qu’il n’a jamais vu de sa vie, mais il doit le voir à travers cet ouvrage. Si l’histoire d’une famille qui perd son principal soutien de famille et qui est obligée de trouver un moyen de s’en sortir peut sembler clichée, El Zohairy montre que son élément plumeux non conventionnel est un outil de narration qui peut révéler des vérités plus profondes. C’est un drame qui en dit long sur ce que les gens ressentent à propos d’eux-mêmes, de leur vie et de leur situation. Il pense que parfois, être drôle ou absurde est quelque chose qui peut attirer l’attention du public. Il aime donc l’absurdité en tant que personne. Il est convaincu que nous vivons dans un monde fou maintenant, alors c’est bien d’être absurde.

Feathers est une comédie pince-sans-rire. Elle commence à la manière d’un drame sociale-réaliste, du genre où le lieu poussiéreux et délabré où se déroule l’action et les personnages restent anonymes afin de souligner le fait qu’il s’agit d’une histoire qui pourrait se passer n’importe quand, n’importe où et nulle part. Seul le type d’arabe qu’ils parlent suggère qu’il s’agit de l’Égypte. La caméra reste en retrait, observant les allées et venues dans une maison où le père, patriarcal, veut être félicité pour tout ce qu’il fait, et où la ménagère lave les pots dans une pièce exiguë où les carreaux sont marqués de traces. Les acteurs sont des non-professionnels. Le travail de caméra sobre et la sensibilité pince-sans-rire semblent européens, dans la veine d’Aki Kaurismäki. La musique est une musique égyptienne entraînante, qui rappelle le travail de «La gare du Caire» de Youssef Chahine. Le film est un mélange de styles, ce qui est approprié pour un film sur les transformations, car à partir de ce moment, il se transforme en comédie. Dans la lignée du «Saint inconnu» d’Alaa Eddine Aljem et de l’œuvre d’Elia Suleiman, il prouve que Cannes aime l’humour pince-sans-rire arabe.

A noter qu’Omar El Zohairi, âgé de 32 ans, est diplômé de l’institut du cinéma du Caire, et a été assistant de plusieurs cinéaste égyptiens dont Yousri Nasrallah. Il avait réalisé plusieurs courts-métrages et Feathers est son premier long-métrage, comme tous les films présentés cette année en compétition à la Semaine de la critique.

Le premier court métrage de Zohairy, “Respire” (Zafir), a été présenté en première mondiale au 8e Festival international du film de Dubaï et a remporté le prix spécial du jury Muhr pour les courts métrages.

Son deuxième court métrage, «Les conséquences de l’inauguration des toilettes publiques au kilomètre 375», a été le premier film égyptien à être sélectionné pour la compétition Cinéfondation au Festival de Cannes 2014. Le film a ensuite remporté plusieurs prix à travers le monde.

El-Zohairy a également été chaleureusement célébré lors de la première mondiale de Feathers à Paris, en présence du président du Festival international du film du Caire, Mohamed Hefzy, dont la société de production Film Clinic est le coproducteur et le distributeur au Moyen-Orient de Feathers.

Produite par les Français Juliette Lepoutre et Pierre Menahem, cette comédie dramatique réunit de nombreux membres d’équipe égyptiens compétents, dont Ahmed Amer (scénario), Kamal Samy (photographie) et Hicham Saqr (son).

La distribution de ce film de 112 minutes en langue arabe comprend Demiana Nassar, Samy Bassiouny, Fady Mina Fawzy, Abou Seifein Nabil Wissa et Mohamed Abd El-Hady.

La Semaine de la critique, consacrée au défrichage et à la découverte de nouveaux talents, fêtait cette année ses 60 ans. Son directeur, Charles Tesson, va passer la main à partir de la prochaine édition à une nouvelle directrice, une jeune spécialiste du cinéma et des séries, Ava Cahen.

Félicitations au réalisateur Omar El Zohairi et à toute son équipe, pour le film « Feathers ». Le cinéma égyptien est toujours aussi riche.

(Visited 28 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires