L’Egypte fascine le monde avec la ‘Parade Pharaonique Dorée’

15-04-2021 12:29 PM


 

Les rues du Caire furent témoins d’un défilé funéraire solennel le samedi 3 avril. Une opération impressionnante et spectaculaire consistant à transférer 22 momies pharaoniques royales, qui quittèrent l’ancien Musée égyptien de Tahrir pour rejoindre le musée de la Civilisation Egyptienne (NMEC) situé à Fostat.

L’événement marqua le lancement officiel du NMEC. Accompagnées de feux d’artifice, les 22 momies, dont 18 de rois et 4 de reines – ont été acheminées par ordre chronologique, chacune à bord d’un char décoré au style pharaonique équipé d’un système de suspension pneumatique pour absorber les chocs, et portant le nom du souverain en arabe, en anglais et en hiéroglyphes. Le pharaon Séqénenrê Taa de la 17ème dynastie qui régnait sur la Haute-Égypte au XVIe siècle avant J-C. a ouvert la parade, qui fut fermée par Ramsès IX (XIIe siècle avant J-C.). Conformément aux normes internationales relatives au transport des momies, les momies royales furent placées dans des vitrines ultramodernes stériles pour garantir de meilleures conditions d’exposition et de conservation.
60 motos et 150 chevaux accompagnaient les momies, au rythme d’une performance de musique pharaonique dirigée par le célèbre maestro égyptien Nader Abbassi. 21 coups de canon ont salué le passage des momies qui ont fait le tour de l’obélisque qui trône au centre de la place Tahrir voisine, avant de procéder le long du Nil vers leur nouvelle demeure permanente à Fostat, au musée national de la civilisation égyptienne (NMEC),où le président Abdel Fattah El-Sissi les a personnellement accueillies. Le trajet de 40 minutes fut diffusé par plus de 200 chaînes de télévision internationales, et a attiré la participation de 12 célébrités égyptiennes.
Les momies pharaoniques doivent rester au laboratoire du NMEC pendant deux semaines, avant d’être installées dans une petite salle, conçue selon le modèle de la Vallée des Rois. La Salle Royale des Momies accueillera les visiteurs à partir du 18 avril, à l’occasion de la Journée du patrimoine mondial.
A l’occasion de son inauguration, le musée de la Civilisation Egyptienne (NMEC) offre des billets d’entrée à moitié prix dans la salle centrale d’exposition pour tous les visiteurs du 4 au 17 avril. Les représentants des médias locaux et internationaux eurent la possibilité de photographier et de filmer gratuitement les momies à l’intérieur de la salle d’exposition centrale les 4 et 5 avril.
Situé au cœur de la ville historique de Fostat, surplombant Aïn Al Sira, près de la forteresse romaine de Babylone, le NMEC est l’un des plus grands et des plus importants musées d’archéologie au monde, et le premier à couvrir l’ensemble de la civilisation égyptienne.
Le NMEC, qui occupe un vaste bâtiment moderne, avait ouvert ses portes le 4 avril. Mais les momies ne seront exposées au public qu’à partir du 18 avril. Audrey Azoulay a estimé, dans un communiqué, que le déménagement des momies vers le NMEC était « l’aboutissement d’un long travail pour mieux les conserver et mieux les exposer ». Un travail auquel l’Unesco a participé.
Découvertes près de Louxor (Sud) à partir de 1881, la plupart des 22 momies n’avaient pas quitté la place Tahrir depuis le début du XXe siècle. Depuis les années 1950, elles y étaient exposées dans une petite salle, sans explications muséographiques claires. Au NMEC, elles apparaîtront dans des caissons plus modernes « pour un meilleur contrôle de la température et l’humidité qu’au vieux musée »,
Elles seront présentées aux côtés de leurs sarcophages, dans un décor rappelant les tombes souterraines des rois, avec une biographie et des objets liés aux souverains.

Outre le NMEC, l’Égypte doit inaugurer d’ici à quelques mois le Grand Musée égyptien (GEM) près des pyramides de Guizeh, qui abritera des collections pharaoniques. « Le musée de la place Tahrir ne mourra pas, on va le développer », a par ailleurs assuré le ministre des Antiquités et du Tourisme, Khaled al-Enany.
Parmi les souverains dont la dépouille est transférée au Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC) au Caire (Egypte) figurent Ramsès II, son fils Meremptah, Seti 1er, Seti II (5e pharaon de la 19e dynastie), Séqénenrê Tâa II, Thoutmosis III, Amenhotep II, Amenhotep III (le grand roi de la 18e dynastie, bâtisseur du Temple des Millions d’années de Kom el-Heitan, dont survivent les colosses de Memnon) ou encore Ramsès III. Les reines sont Hatchepsout, cinquième souveraine de la XVIIIᵉ dynastie, Meritamun l’épouse d’Amenhotep I, Tiye épouse d’Amenhotep III et mère d’Akhénaton, et Ahmose Nefertari, l’épouse du roi Ahmose.
Parmi les momies les plus connues figurent celles des célèbres Hatchepsout et Ramsès II. Le règne d’Hatshepsout, de 20 ans environ (1479-1458 avant J.-C), a été marqué par une croissance du commerce. Ramsès II, grand roi guerrier et l’un des pharaons les plus puissants, a lui régné 67 ans (1301-1236 avant J.-C.).
Hatchepsout, Fille aînée du roi Thoutmosis Ier et d’Ahmès fut mariée à son demi-frère Thoutmosis II, fils de Thoutmosis Ier et de Mout-nofret. A la mort de son père, Thoutmosis II monta sur le trône mais il ne semble pas avoir régné longtemps. A la mort de son époux, Hatchepsout devint tout naturellement la régente de son neveu. Pendant sept ans la régence se passe normalement, les actes officiels sont bien établis au nom du souverain en titre, Thoutmosis III. Hatchepsout n’apparait qu’avec le titre de “grande épouse royale” qui est le sien.
À partir de son couronnement, elle ne tint plus à être reconnue comme une femme. Elle troqua robe-fourreau et couronne de reine contre pagne court, némès et fausse barbe. Femme malgré tout, elle s’éprit donc de Senenmout, issu de famille pourtant modeste mais dont l’ambition lui permit d’accéder aux faveurs de la reine. Il devint alors son premier conseiller et précepteur de la princesse Neferoure, accumulant richesses et titres, abusant petit à petit de sa confiance. Découvert, la réponse de Hatchepsout ne se fit pas attendre. Senenmout perdit immédiatement ses titres et disparut mystérieusement. Cette affaire affaiblit toutefois Hatchepsout qui perdit la couronne deux ans après la chute de son fidèle conseiller, laissant Thoutmosis III seul pharaon d’Egypte.
Le règne d’Hatchepsout se caractérise par une politique étrangère basée sur des relations commerciales et des explorations audacieuses, telles les expéditions vers la Phénicie. Mais la plus célèbre reste l’expédition vers le Pays de Pount. Les scènes sculptées sur les parois de la deuxième terrasse du temple de Deir-el-Bahari sont de magnifiques témoignages de son voyage. Fière de ses expéditions, Hatchepsout se lança dans un programme de travaux publics très ambitieux, restaurant les monuments des anciens pharaons et construisant des temples à la gloire des dieux.
Quant à Ramsès II, il est le troisième pharaon de la XIXème dynastie.. Les anciens égyptiens le nommaient “Fils du dieu Soleil”, vu qu’il a monté sur le trône au début de ses 20 ans.
Il créa une ville à son nom, Pi-Ramsès (le Royaume de Ramsès) pour être le siège royal, mais Thèbes restera le centre religieux principal et le tombeau spécial des Rois et de leurs cours.
En effet, Ramsès bâtira un grand nombre de bâtiments à travers toute l’Egypte, à Karnak, Louxor, Thèbes, Abbidos, Tannise, Memphis et la Nubie.
Les statues que Ramsès a construites sont répandues dans tous les musées du monde, à des dimensions colossales qu’il exigeait de ses architectes, ainsi pour les statues de ses femmes.
Il est le fils du Roi Séti 1er et de la Reine Touya…Néfertari, était sa femme préférée…
Il a mené plusieurs expéditions au Nord, Il lutta contre les Hittites et construisit une série de temples en Nubie dont les plus célèbres sont ceux d’Abou Simbel. Après la bataille de Qadesh en l’an IV de son règne, contre l’armée de l’empereur des Hittites, Muwatalli, la frontière sur l’Oronte est stabilisée. .
A noter que la nouvelle “maison”,des momies, le Musée national de la civilisation égyptienne a pour mission de présenter une vue d’ensemble de la civilisation égyptienne de la préhistoire à nos jours, grâce à une approche thématique multidisciplinaire. Installé dans un complexe moderne à Fostat, le “cœur” médiéval du Caire, il a été conçu pour mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel de l’Égypte.

 

A convoy of vehicles transporting royal mummies is seen in Cairo, Egypt, Saturday, April 3, 2021. Egypt held a parade celebrating the transport of 22 of its prized royal mummies from Egyptian Museum to he newly opened National Museum of Egyptian Civilization. (AP Photo)
(Visited 5 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires