Disparition d’Adel Nassif, ambassadeur de l’art copte dans le monde

27-03-2021 11:08 AM


Le 19 mars est disparu de notre monde l’ambassadeur de l’art copte à l’époque moderne. L’artiste international de mosaïque et de fresque, Adel Nassif, qui a enrichi l’art copte d’une riche histoire de créativité et de distinction dans l’art d’icônes.

L’artiste Adel Nassif est né le 20 octobre 1962 dans le village d’Abou Hanna – Gouvernorat de Beheira. En 1985, il a obtenu un BA à la Faculté des Beaux-Arts d’Alexandrie, Département de Peinture, avec une note générale de très bien avec mention, et il a étudié à l’Institut d’études coptes du Caire l’art copte et l’iconographie. Après avoir obtenu son diplôme, il a vécu à Alexandrie, il s’est consacré à l’art et a travaillé comme peintre indépendant.

Il a reçu de nombreux prix et certificats d’appréciation. Il était membre de l’Association internationale des artistes de la mosaïque (AIMC) Ravena – Italie

En 2003, il a reçu l’écusson du Centre de créativité d’Alexandrie, et en 2014, il a reçu l’écusson du premier festival culturel aux Pays-Bas, et a été honoré de l’écusson de l’Université d’Alexandrie pour l’ensemble de son travail dans l’Exposition des années 80.

En 2017, il a été choisi pour arbitrer le Concours international pour l’art de l’icône orthodoxe avec la participation de 18 pays et 70 artistes à Athènes – Grèce – il y a reçu l’écusson d’excellence et de créativité du site Web Citizenship News, en guise de remerciement pour son rôle distingué dans la préservation de l’identité copte en Égypte et dans le monde en 2018…

De nombreux articles ont été écrits sur ses oeuvres dans des magazines et journaux en Égypte, aux Pays-Bas et en Amérique. Il a de même participé à des programmes télévisés.

L’art d’Adel Nassif s’est distingué par sa simplicité et sa puissance d’expression pour confirmer que l’art copte est un art populaire. Dans toute son œuvre, il dialogue avec le fidèle par des caractéristiques attrayantes et simples et lui enseigne le culte, la doctrine et le symbolisme.

L’artiste incarne les traits de l’icône dans son dessin en deux dimensions: longueur et largeur, sans se soucier de l’apparence, il était célèbre pour la réalisation de grandes œuvres murales en mosaïque et fresques, ayant présenté de nombreuses peintures murales de la fuite de la Sainte Famille en Egypte: à Zagazig de 38 mètres carrés, Marsa Matrouh de 12 mètres et 4 mètres de haut, ainsi qu’à Paris de 10 mètres et 3,5 mètres de haut, New York de 13 mètres et 2 mètres de haut, Mississauga au Canada de 6 mètres et une hauteur de 4 mètres, et à Amsterdam aux Pays-Bas de 5 mètres et une hauteur de 4 mètres. Il a également peint de nombreuses icônes pour présenter la façade de l’Égypte et de sa civilisation à travers ce sujet distingué du pays.

Parmi les œuvres les plus célèbres de l’artiste Nassif d’icônes et mosaïques figure l’église Archange Michel à Villejuif – Paris – qui a été classée par le ministère français de la Culture comme patrimoine culturel distinctif digne d’une visite touristique.

Dépendante du Patriarcat Copte Orthodoxe d’Alexandrie, l’église Archange Michel et Saint Georges de Villejuif fut réhabilitée et reconstruite en 2006 sur le modèle des églises orthodoxes d’Egypte. De loin, elle est reconnaissable par les mosaïques qui l’ornent en façade : Celle de la fuite de la Sainte Famille en Egypte montrant le déplacement de Marie sur un âne tenant l’enfant Jésus dans ses bras. Joseph tient l’animal par un licol. Au loin derrière, on peut observer les pyramides égyptiennes avec des palmiers, celles de l’Archange Michel et de Saint Georges, les patrons de l’église (35m²), et perpendiculairement, celle de la Résurrection (60m²).

Dès l’entrée, nous pouvons contempler tous les murs du hall recouverts de mosaïques des saints tels que Saint Ephrem le syrien, Saint Cyrille le pilier de la foi, Saint Moïse le noir, Saint Bichoï, Saint Abanoub, Saint Antoine, Saint Paul, Saint Athanase, Saint Basile, Sainte Marie l’égyptienne et Saint Zocima, Sainte Catherine et Sainte Damienne, etc.

A l’intérieur, l’église est également ornée de diverses mosaïques qui retracent quelques étapes de la vie du Christ comme la tentation, la pêche miraculeuse, la rencontre avec la Samaritaine, la résurrection de Lazare, l’entrée triomphale à Jérusalem. Les poteaux sont également recouverts de mosaïque pour uniformiser le tout.

En face, une iconostase en bois est érigée sur laquelle sont fixées les icônes de la Cène, du baptême de Jésus, de la Vierge et de quelques saints.

L’autel est recouvert de mosaïques qui évoquent le livre de l’Apocalypse, ainsi que l’échelle de Jacob et la Transfiguration.

Toutes les icônes et les mosaïques ont été réalisées par l’artiste Adel Nassif.

A cet égard, l’Église copte orthodoxe, dirigée par le pape Tawadros II, pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de saint Marc, a déploré la disparition de l’artiste international Adel Nassif, et a exprimé tout l’amour et l’appréciation pour les efforts sincères qu’il a exercés au service de l’Église à travers ses œuvres artistiques distinguées dans les icônes coptes et sa participation à des expositions internationales d’art égyptien et d’art copte authentique, ainsi que sa participation au magazine Al-Kérazah pendant de nombreuses années

(Visited 7 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires