Commémoration œcuménique des martyrs de Libye

28-02-2021 06:27 PM



Un « webinaire » œcuménique a été tenu le 15 février dans le cadre de la Journée des martyrs contemporains organisée par le Diocèse copte orthodoxe de Londres, avec la participation du Pape François, Pape de l’Église catholique ,du Pape Tawadros II, Pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint Marc , de l’archevêque de Canterbury Justin Welby ainsi que Mgr Mounir Hanna, archevêque d’Alexandrie pour l’Église épiscopale anglicane, et de l’ Anba Angelos, évêque de l’Église copte de Londres en plus de nombreuses personnalités de premier plan pour commémorer le sixième anniversaire des martyrs de la Libye, qui ont été massacrés par l’organisation terroriste EI en 2015.

A cette occasion, le Pape François a prononcé une allocution diffusée à travers un message vidéo dans lequel il s’est exprimé en ces termes: «Les 20 martyrs coptes orthodoxes égyptiens et leur compagnon de travail ghanéen de Libye, massacrés par des djihadistes affiliés au prétendu « Etat islamique » sur une plage non loin de Syrte, « mouraient en prononçant : Seigneur Jésus ! Confessant le nom de Jésus » alors qu’ils étaient égorgés. Ainsi, « ils ont reçu le plus grand don que puisse recevoir un chrétien : le témoignage de Jésus-Christ jusqu’au don de la vie ». C’est pourquoi, maintenant, « ce sont nos Saints, des Saints de tous les chrétiens, des Saints de toutes les confessions et traditions chrétiennes. Ce sont ceux qui ont blanchi leur vie dans le sang de l’Agneau » alors qu’ils faisaient partie « du peuple de Dieu, du peuple fidèle de Dieu ».

Dans son message vidéo, le Pape François a indiqué garder dans son cœur la mémoire de février 2015. « J’ai dans le cœur ce baptême de sang, ces 21 hommes chrétiens baptisés dans l’eau et dans l’Esprit et ce jour-là baptisés également dans le sang ». Il a également souligné combien l’expérience du martyre a atteint ces baptisés dans la trame de leurs vies ordinaires. « Ils sont allés travailler à l’étranger pour soutenir leurs familles : des hommes normaux, des pères de famille, des hommes avec le désir d’avoir des enfants, des hommes avec une dignité de travailleurs, qui cherchent non seulement à avoir du pain chez eux mais à le porter par la dignité du travail. Ces hommes ont rendu témoignage à Jésus-Christ, égorgés par la brutalité du prétendu « Etat islamique ». Ils mouraient en prononçant les paroles « Seigneur Jésus », en confessant le nom de Jésus ».

Dans l’affaire des martyrs de Libye – a affirmé le Pape dans son intervention – se révèle de manière lumineuse la nature et la source propre du martyre dans l’expérience chrétienne. « C’est vrai – a fait remarquer le Pape – que cela a constitué une tragédie, que ces personnes ont perdu la vie sur la plage mais il est aussi vrai que la plage a été bénie par leur sang. Il est encore plus vrai que, de leur simplicité, de leur foi simple mais cohérente, ils ont reçu le plus grand don que puisse recevoir un chrétien : le témoignage de Jésus-Christ jusqu’à donner la vie ». C’est pourquoi l’Eglise ne s’est jamais plainte de ses martyrs et les a toujours célébrés comme ceux qui appliquent à leur génération les mérites de la passion du Christ.

Le Pape a également rendu grâce à « Dieu notre Père pour nous avoir donné ces frères courageux. Je remercie le Saint Esprit de leur avoir donné la force et la cohérence de parvenir à la confession de Jésus-Christ jusqu’à l’effusion du sang. Je remercie les Evêques, les prêtres de l’Eglise sœur copte qui les ont élevés, leur ont enseigné à grandir dans la foi et je remercie les mères de ces hommes, de ces 21 hommes qui ont allaité en eux la foi. Ce sont les mères du peuple saint de Dieu qui transmettent la foi « en dialecte », un dialecte qui va au-delà des langues, le dialecte des appartenances ».

En concluant son intervention, le Pape a confirmé sa communion spirituelle avec les Evêques présents et tout le « saint peuple fidèle de Dieu qui, dans sa simplicité, sa cohérence et ses incohérences, avec les grâces et les péchés, porte de l’avant la confession de Jésus-Christ : Jésus-Christ est le Seigneur ».

«Qu’ils soient catholiques, orthodoxes, coptes, luthériens, cela n’a pas d’importance: ils sont chrétiens, et le sang est le même! Ce sang confesse le Christ», a-t-il ajouté au terme du discours sur l’œcuménisme.

Dans son discours prononcé lors de la réunion, l’archevêque de l’Église épiscopale, Mounir Hanna, a décrit les martyrs de Libye comme un exemple de foi et de courage, soulignant que l’État égyptien s’est vengé pour ses enfants en bombardant les sites de l’EI, ce qui est mentionné dans l’histoire.

Il a souligné: «Nous n’oublions pas les efforts de l’État pour récupérer les corps des martyrs, et nous apprécions la création d’une église portant les noms des martyrs dans le gouvernorat de Minya. Nous n’oublions pas non plus que le président Abdel Fattah al-Sissi a ordonné l’envoi d’un avion pour ramener un groupe d’Ethiopiens de Libye pour qu’ils n’aient pas le même sort que les martyrs égyptiens, ce qui reflète une position humanitaire noble ».

Mgr Hanna a conclu son discours en disant: «Nous prions Dieu de garder le terrorisme et l’extrémisme loin de l’Égypte, du monde arabe et du Moyen-Orient, et que Dieu protège l’Égypte de toutes les forces perverses qui l’entourent».

Rappelons que les 20 coptes égyptiens et un ghanéen avaient été enlevés en Libye au début de janvier 2015. La vidéo de leur décapitation fut mise en ligne par les sites djihadistes le 15 février suivant. Une semaine après la nouvelle du massacre, SS le pape Tawadros II, décida d’inscrire les 21 martyrs égorgés par le prétendu « Etat islamique » au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Eglise copte orthodoxe, établissant pour la célébration de leur mémoire la date du 15 février.

Les dépouilles mortelles des coptes tués en Libye par des djihadistes avaient été identifiées dans une fosse commune de la côte libyenne, non loin de la ville de Syrte. Leurs corps avaient été trouvés les mains liées derrière le dos, revêtant encore les combinaisons orange qu’ils portaient dans la vidéo macabre tournée par leurs bourreaux au moment de leur décapitation. La vidéo qui montre leur exécution au moment de leur décapitation a été construite comme une mise en scène cinématographique terrifiante, dans le but de répandre la terreur. Pourtant, dans ce produit diabolique de la fiction et de l’horreur sanguinaire, on les voit répèter « Seigneur Jésus Christ ». Le nom de Jésus a été le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui, peu après, les aurait accueillis. Ils ont ainsi célébré leur victoire, une victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom murmuré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre.

Le samedi 7 octobre 2017, après une longue enquête, les autorités libyennes annoncèrent la découverte des corps mutilés, dans un charnier près de Syrte sur le littoral libyen. Les dépouilles furent confiées à un médecin légiste de Misrata pour autopsie. Le lundi 14 mai 2018, les cloches des églises et des monastères sonnaient à toute volée en Égypte pour accueillir « ces martyrs de la foi et de la patrie ». Ils reposent désormais dans l’église des martyrs, dans le village d’Al-Aur, près de Samalout.

(Visited 2 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires