Pour la première fois depuis sa création, une femme élue deuxième secrétaire du sénat

25-10-2020 04:54 PM


La députée Phoebe Fawzi Guirguis a remporté le poste de deuxième secrétaire du Sénat avec 199 voix. C’est la première fois dans l’histoire de la Chambre haute du parlement depuis sa création le 22 mai 1980, qu’une femme occupe le poste de secrétaire, ce qui est une véritable victoire pour la femme égyptienne qui a reçu un fort soutien de la direction politique.

Le Sénat égyptien avait tenu sa séance de procédure d’ouverture, au cours de laquelle les membres ont prêté serment et ont élu le juge Abdel-Wahab Abdel-Razaq à la présidence du Sénat, Bahaaeddine Abou-Choqqa comme premier secrétaire et Phoebe Fawzi Guirguis comme deuxième secrétaire.

Le juge Abdel-Razeq, né en 1948, a été président de la Cour suprême constitutionnelle égyptienne de juillet 2016 à juillet 2018 et est actuellement à la tête du parti politique majoritaire Moustaqbal Watan (Futur de la Patrie).

Le juge Abou-Chouqqa dirige le parti al-Wafd, et Mme Guirguis est membre du Hizb al-Chaab al-Goumhouri, le parti républicain du peuple. Elle est la première femme copte à être adjointe du Président du Sénat.

Selon la loi, le Sénat est composé de 300 membres, 200 élus au scrutin secret et 100 nommés par le président de la république. Parmi les 200 membres élus, 100 sont élus selon un système de liste de parti et 100 autres se présentent à titre individuel. Au moins 10% des sièges sont attribués à des femmes.

A noter que la Personnalité médiatique Phoebe Fawzi, qui est la directrice générale de la télévision égyptienne et rédactrice en chef du journal télévisé de la chaîne du Canal de Suez, est titulaire d’une licence en médias de l’Université du Caire en 1983 et d’une maîtrise en médias de la Faculté de communication de masse de l’Université du Caire en 1998 ; elle a obtenu son diplôme dans le travail des médias en tant que fonctionnaire au département de langue anglaise à la télévision, puis coordinatrice générale des programmes de talk-shows et rédactrice en chef du Bulletin d’information, en plus de préparer une série de programmes de services et de développement, de programmes destinés aux femmes et de questions sociales. Elle a également écrit un certain nombre de documentaires qui traitent des problèmes de la société et abordent les préoccupations économiques, sociales, culturelles et politiques les plus importantes du public.

Mme Phoebe Fawzi a commencé à s’engager dans des travaux publics il y a plus de vingt ans, elle était membre d’un certain nombre d’institutions de la société civile qui fournissent divers services à tous les segments de la société. Elle a également travaillé en tant que membre du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Égypte depuis sa création dans le cadre de ses intérêts pour l’information et l’éducation et la sensibilisation, elle a été membre du Conseil national des femmes depuis sa création et a progressivement travaillé jusqu’à ce qu’elle a occupé le poste de rapporteur suppléant de la section du conseil à Ismaïlia, et pendant son travail public, elle a interagi avec diverses questions communautaires et a participé à toutes les campagnes visant à éliminer les problèmes de pauvreté et d’analphabétisme et à faire face à des phénomènes négatifs tels que la mutilation féminine et les maladies chroniques et transmissibles, et elle a réussi à trouver de nombreuses solutions aux problèmes locaux dans les villages et les zones les plus démunis.

Elle a organisé également de nombreuses formations dans des domaines spécialisés, qu’il s’agisse des médias, des femmes ou de la gestion de crise avec un certain nombre d’organes et d’institutions d’activités internationales, locales, privées et gouvernementales et a participé à de nombreuses conférences régionales et internationales et préparé des documents de recherche et des études sur divers sujets développementaux : Elle a également donné des conférences dans de nombreuses institutions nationales.

Elle a de nombreuses préoccupations générales liées au développement des capacités des femmes dans les domaines fonctionnels pour leur permettre d’occuper des postes de direction, et œuvrer à changer l’image des femmes dans les différents médias de sorte à souligner leur grand rôle dans la confrontation des problèmes de la société en mettant l’accent sur les femmes soutenant la famille, nécessitant leur soutien et leur autonomisation. Économiquement, par le biais de petites et micro-entreprises.

Elle a également participé à la composition de nombreux comités spécialisés dans le gouvernorat d’Ismaïlia qui ont été formés au cours des dernières années pour discuter d’un certain nombre de questions sociales et locales, et elle a également participé à toutes les célébrations et événements locaux dans divers organes et institutions opérant dans le gouvernorat.

Elle est mariée et a deux enfants. L’un d’eux est le professeur George Safouat, porte-parole officiel de l’Autorité du canal de Suez.

Il est bon de savoir que 17 Coptes sont entrés au Sénat. Parmi les 17 députés, trois l’ont remporté en tant que candidats individuels affiliés au parti Moustaqbal Watan. Les 14 autres ont remporté des sièges grâce au système de liste ; ils avaient été affiliés à «al-Qayma al-Wataniya min Agl Masr» (La Liste nationale pour le bien de l’Égypte) qui a été établie par une coalition de 11 partis politiques sous la direction de Moustaqbal Watan (Le futur de la patrie) fête. La coalition, conduite par Abdel-Wahab Abdel-Razek, chef de Moustaqbal Watan, n’était pas politique, mais a été formée uniquement pour diriger les élections, donnant ainsi à divers candidats une meilleure chance de gagner au lieu de fragmenter les votes.

Quarante-sept coptes se sont présentés aux élections sénatoriales du pays, 14 sur la liste nationale et 33 à titre individuel parmi 787 candidats individuels. Les 14 sur la liste ont gagné – six hommes coptes et huit femmes coptes – alors que trois seulement, tous les hommes, parmi ceux qui se sont présentés à titre individuel, ont gagné. Parmi les candidates en général, 91 se sont présentées en tant que candidates individuelles et aucune d’elles n’a gagné, tandis que 20 se sont présentées sur la liste nationale, parmi lesquelles les huit coptes, et elles ont toutes gagné.

Les coptes gagnants sont:

Liste du delta est: Nevine George Mikhail; Phoebe Fawzi Guirguis

Liste du delta ouest: Waguih Rouchdy Simbel; Heba Makram Charubim

Liste du Caire: Dr Hanna Greiss; Dr Aida Nassif; Dr Ihab Wahba; Irène Thabet George; Samia Onsi Habib

Liste de la Haute-Égypte: Dr Hany Abdel-Chahid; Nader Youssef Nessim; Hend Joseph, Victor Farouk Guirguis; Racha Ishaq.

Les candidats individuels qui ont gagné sont: Nashaat Salib Mitry, Moustaqbal Watan, Alexandrie; Raafat Zaki Sous, Moustaqbal Watan, Le Caire; et Hadi Louis Morgan, Le Caire.

Les nominations présidentielles ont été annoncées le 14 octobre. Ils comprenaient 12 chefs de partis d’opposition, 20 femmes, 19 de l’armée et de la police, six représentants de syndicats professionnels, quatre de la coordination des jeunes, six personnalités des médias et du cinéma, deux juges, huit du secteur de l’éducation, 16 technocrates et personnalités publiques, et cinq représentant l’Église. Les nominations coptes étaient au nombre de sept au total. Ils comprenaient deux femmes et portaient le nombre de coptes au Sénat à 24: dix femmes et 14 hommes.

Le parti Moustaqbal Watan est le parti majoritaire, ayant remporté 147 sièges (74%); les indépendants viennent ensuite avec 85 sièges. Le parti républicain du peuple a 19 sièges; suivi du parti Wafd avec 11 sièges; les Gardiens de la Nation avec 10 sièges; le Tagammou de gauche avec quatre sièges; et l’Égypte moderne avec 4 sièges. Trois partis politiques: le Parti socialiste démocratique égyptien, le Parti de la réforme et du développement et le Parti du mouvement national ont chacun trois sièges. Le parti Salafi al-Nour a deux sièges. Cinq partis politiques: la liberté égyptienne, la justice, le républicain, la volonté de la nation et le Sadate démocratique ont chacun un siège. Le Sénat comprend 40 femmes, 20 par élection et 20 par nomination, soit 13,3% des sénateurs.

(Visited 5 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires