La protection contre les épidémies en Egypte antique

12-06-2020 05:56 PM


La civilisation de l’Égypte ancienne ne se résume pas aux pyramides et aux tombes, mais elle implique tous les aspects de la vie humaine. La santé et le bien-être étaient l’un des arts les plus soignés par les pharaons. Tant les médecins que les magiciens ont participé dans le domaine des soins médicaux. Dans une perspective holistique, ils ont conçu la santé et la maladie comme un combat incessant entre le bien et le mal. La plupart des modalités de la médecine complémentaire sont originaires des anciens Égyptiens.

A cet égard, l’archéologue égyptien de renommée mondiale Zahi Hawass a évoqué l’histoire des épidémies en Egypte. Il a noté que l’Égypte a connu plusieurs crises durant l’Antiquité.

Il a indiqué qu’il y avait deux types d’épidémies dans l’Égypte ancienne ; le premier type s’est propagé à Amarna, où vivait Akhenaton, notant que le roi Toutankhamon est mort du paludisme, et cela a été découvert par un égyptologue qui a confirmé que le paludisme était la principale cause de décès de 70 pour cent de ceux qui vivaient à Tel el-Amarna.
Hawass a en outre expliqué que le deuxième type d’épidémie était la peste, qui s’est propagée à toutes les civilisations existantes et a duré longtemps.
L’égyptologue a noté qu’un état de terreur régnait au moment de cette épidémie alors que des personnes de diverses nations ont été touchées en grand nombre.

Hawass a souligné que les anciens Égyptiens ont réussi à vaincre la peste, notant qu’ils ont suivi des mesures de précaution strictes et mangé des aliments sains comme les oignons, l’ail et les aliments qui renforcent l’immunité. Il a souligné que ces mesures les ont aidés à surmonter cette épidémie.

Il a déclaré qu’il existe de nombreux textes à Amarna qui parlent des prières qui ont été faites pour se débarrasser de la peste.

Les textes ont également suivi la manière dont la princesse hittite Maathorneferure, première épouse du roi Ramsès, s’est rendue au temple de Karnak, au temple Sobek dans le Fayoum, puis au temple Sekhmet à Abousir pour prier pour la guérison.

Le Dr Hawass a souligné qu’à la fin de ces crises précédentes, l’Égypte est sortie saine et forte, et a fourni au monde des connaissances, soulignant la nécessité pour les gens de s’unir pour qu’elle puisse surmonter la crise actuelle.

L’ancien égyptien était, il y a plus de 3500 ans, affecté par l’épidémie de paludisme, une épidémie qui a éliminé de nombreux villages et villes, et sa contagion a atteint le roi Toutankhamon, selon les résultats des tomodensitogrammes de la momie du roi, décédé en 1325 avant JC, qui ont prouvé sa mort en raison de complications de cette maladie.

Bien que le paludisme n’ait laissé aucun impact visible sur les momies, leurs analyses ADN ont confirmé qu’il existe trois gènes parasitaires qui causent le paludisme chez 4 momies, parmi eux la momie de Toutankhamon, ce qui répond à certaines questions importantes sur les coutumes des anciens Égyptiens, les principales raisons réelles pour la consommation par les constructeurs de pyramides de grandes quantités d’ail. Peut-être pour les protéger du paludisme, d’autant plus qu’il était possible que le roi Sénéfrou à la quatrième Dynastie, qui a régné pendant la période de 2613-2589 avant JC, et Cléopâtre, qui a régné pendant la période de 44-30 avant JC, ont utilisé des moustiquaires pour éviter les piqûres de moustiques. Il est certain que l’épidémie de paludisme s’est propagée en Égypte il y a 2800 ans.

De nombreux papyrus égyptiens anciens, en plus des papyrus Chester Beatty, Ramesseum, Cahoon, Edwin Smith, Harris, Ebers, Londres, Berlin, Carlsberg, Brooklyn, Broges, ont confirmé la pratique égyptienne de la “médecine préventive” pour se protéger contre les maladies infectieuses, surtout après l’infection et la mort d’un grand nombre de la population de la ville de Tel el-Amarna souffrant de paludisme, comme l’a indiqué le médecin-prêtre Sekhmet dans le traitement du paludisme et de la variole, comme l’indiquent le papyrus Ebers et les pratiques médicales, qui est le plus ancien document de traitement de l’histoire datant de plus de 3500 ans.

Les méthodes de prévention suivies par l’Égyptien antique n’étaient pas différentes des moyens d’aujourd’hui. L’Égyptien antique recourut à l’eau pour le protéger des maladies, faisant du Nil une chose sacrée et le préservant dans le cadre de la doctrine égyptienne antique. La propreté était un rituel pratiqué par l’Égyptien ancien en utilisant l’eau pour se désinfecter des maladies. Et le lavage des mains, des vêtements et de la nourriture est devenu un premier bouclier pour la protection contre les épidémies, et son utilisation de l’eau pour stériliser les divinités et les rois s’est étendue aux maisons en tant que symbole de bonne santé sans maladies infectieuses. Il a excellé dans la conception de maisons pour la classe publique avec des bains dédiés au lavage et autres pour éliminer les déchets, et il s’est assuré de les construire au bout d’un couloir dans la maison, alors que dans les maisons et les palais de la classe riche, il construisit un étang d’eau.

Selon les inscriptions et les papyrus, l’Égyptien ancien a réalisé que les insectes nuisibles et les excréments d’animaux sont une source de transmission de bactéries et de virus. Il s’est donc soucié de stériliser sa maison avec des herbes et de l’encens, en plus de stériliser les boîtes de conservation des entrailles des décédés après l’embaumement, et il a également suivi toutes les méthodes de prévention des virus et des bactéries, en faisant trois fois le nettoyage et le bain chez la couche ordinaire. De leur part, les prêtres utilisaient du sel nitreux et des huiles extraites de plantes, en plus de l’habitude de se raser les cheveux et la tête chez le public une fois par semaine et tous les deux jours chez les prêtres, ce qui explique la présence de lacs dans les temples.

La peste n’était pas l’une des épidémies connues dans l’Égypte ancienne, bien sûr selon les sources et les inscriptions que nous connaissons aujourd’hui. La peste peut être la maladie appelée dans les papyrus médicaux égyptiens “Ta Net Amo”, c’est-à-dire la maladie asiatique, bien que cette information ne soit pas certaine, nous ne connaissons pas la vraie raison pour laquelle les anciens Égyptiens attribuaient cette épidémie à l’Asie, car les papyrus mentionnaient certains termes d’épidémies, tels que “Rennepattad”, signifiant “l’année de l’épidémie”, les associant à la déesse “Sekhmet”, la déesse qui était l’incarnation de la colère divine. Les papyrus de l’époque romaine se réfèrent aux actions entreprises par le prêtre pour examiner la viande et le bétail, et la protection contre les infections.

(Visited 157 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires