Oum Kalthoum de retour sous forme d’hologramme

12-03-2020 09:41 PM


La légende égyptienne Oum Kalthoum a illuminé l’Opéra du Caire vendredi 6 mars le soir le temps d’une chanson, pour la première fois en Egypte et 45 ans après sa disparition, grâce à la technologie de l’hologramme.

L’apparition sur scène de l’Astre d’Orient a été précédée par le son du présentateur de la radio, qui précédait ses concerts à ce moment. Le public était ainsi préparé à son apparition, ce qui a déplacé le public vers l’atmosphère du passé.

Au lever du rideau sur la scène de la grande salle de l’Opéra, celle que l’on surnommait « L’Astre de l’Orient » ou la « quatrième pyramide », s’est matérialisée en trois dimensions dans une robe violette brillante, arborant son célèbre foulard à la main.

Immédiatement, la salle pleine à craquer, d’une capacité d’un millier de personnes, a offert une immense ovation.

Habillé en tenue de soirée rappelant les galas d’autrefois, le public composé d’hommes, de femmes et de jeunes a écouté la chanson « Hayart Albi ma’ak » (Tu as troublé mon cœur) écrite par le poète égyptien Ahmed Rami avec une musique de Riad Al-Sounbati.

Le passage holographique n’a duré qu’une quinzaine de minutes et a été joué deux fois sous les applaudissements. Les chanteuses May Farouk et Riham Abdel Hakim ont ensuite interprété les plus grands titres de la chanteuse.

La cérémonie a été suivie par un certain nombre d’ambassadeurs arabes et étrangers et de membres de la communauté, la ministre de la Culture Inas Abdel Dayem et le chef de l’opéra Magdy Saber.

La ministre a déclaré que l’investissement des technologies modernes dans les domaines de la créativité vise à faire revivre les trésors des arts élevés et à mettre en lumière leurs icônes qui formaient les traits de l’identité.

Elle a ajouté que l’utilisation de la technologie des hologrammes pour présenter le patrimoine s’inscrit dans le projet de modernisation de l’Égypte visant à préserver les expressions culturelles et artistiques des traditions anciennes et à les rendre disponibles de manière brillante pour attirer les jeunes et les nouvelles générations comme moyen sophistiqué de remodeler la conscience et de la sensibiliser.

Le ministère de la Culture avait signé un protocole de coopération en février avec le ministère des Communications et des Technologies de l’information pour présenter une série de concerts avec la technologie d’hologramme d’un certain nombre d’artistes défunts tels que Mohamed Abdel Wahab et Abdel Halim Hafez.

A noter que l’utilisation de la technologie des hologrammes a commencé à organiser des concerts des grands défunts artistes arabes, à Dubaï fin 2019, lorsque le premier concert de ce type a eu lieu pour Oum Kalthoum.

« L’utilisation de nouvelles technologies vise à attirer les nouvelles générations et à les rattacher à leur histoire », avait indiqué le directeur de l’Opéra, Magdy Saber.

Une technique d’hologramme, ou imagerie holographique, est une technique graphique qui enregistre la lumière émise par un objet, puis l’affiche d’une manière qui montre les trois dimensions de l’objet.

Concernant l’Astre d’Orient, elle est issue d’une famille modeste. Oum Kalthoum ou Fatima Ibrahim al-Beltagui est née en décembre 1898 dans un village du delta du Nil. Son talent est découvert dès l’âge de 16 ans et elle entamealors une longue et flamboyante carrière.

Elle a appris à chanter en écoutant son père enseigner à son frère aîné, Khaled. Dès son jeune âge, elle a montré un talent de chant exceptionnel. Quand elle avait 12 ans, son père a remarqué sa compétence dans le chant alors il lui a demandé de rejoindre l’ensemble de la famille. Elle s’est habillée en garçon pour que son père ne soit pas désapprouvé à cause de l’apparition d’une fille sur scène.

À l’âge de 16 ans, elle a été remarquée par Mohamed Abou Al-Ela, un chanteur modestement célèbre, qui lui a enseigné l’ancien répertoire arabe classique. Quelques années plus tard, elle rencontre le célèbre compositeur et oudiste Zakariyya Ahmad, qui l’invite à venir au Caire. Bien qu’elle ait effectué plusieurs visites au Caire au début des années 1920, elle a attendu jusqu’en 1923 avant de s’y installer définitivement. Elle a été invitée à plusieurs reprises chez Amin Beh Al Mahdy, qui lui a appris à jouer du oud, une sorte de luth. Elle a développé une relation étroite avec Rawheya Al-Mahdi, la fille d’Amin, et est devenue son amie la plus proche. Oum Kalthoum a même assisté au mariage de la fille de Rawheya, bien qu’elle préfère normalement éviter d’apparaître en public (hors scène).

Amin Al Mahdi l’a présentée aux cercles culturels du Caire, où elle a soigneusement évité de succomber aux attraits du mode de vie bohème et, en effet, tout au long de sa vie, a souligné sa fierté pour ses origines modestes et le maintien des valeurs conservatrices. Elle a également maintenu une image publique bien gérée, ce qui a sans aucun doute ajouté à son attrait.

À ce stade de sa carrière, Oum Kalthoum a été présentée au célèbre poète Ahmad Rami, qui lui a écrit 137 chansons. Rami l’a également initiée à la littérature française, qu’il admirait beaucoup en raison de ses études à la Sorbonne, Paris, et est finalement devenue son mentor en chef en littérature arabe et en analyse littéraire. En outre, elle a été présentée au célèbre virtuose et compositeur du oud Mohamed El Qasabgui, qui l’a présentée au palais du théâtre arabe, où elle connaîtra son premier véritable succès public. En 1932, sa renommée en tant que chanteuse a augmenté grâce à la vente de ses disques au point où elle s’est lancée dans une grande tournée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, se produisant dans des capitales arabes de premier plan telles que Damas, Bagdad, Beyrouth, Rabat, Tunis, et Tripoli.

Véritable star de la musique arabe classique, elle a occupé la scène des années 1920 aux années 1970.

Ses concerts duraient plusieurs heures et leur diffusion en direct à la radio attirait de nombreux auditeurs. Plus de quatre décennies après sa mort le 3 février 1975, des taxis aux cafés, en passant par les foyers, sa voix –un contralto profond– résonne encore aujourd’hui aux quatre coins du monde arabe.

Les chanteurs contralto sont rares et chantent dans le registre le plus bas de la voix féminine.

Affectueusement connue en Égypte sous le nom de « ElSett» («La Dame»), la voix profonde et résonnante d’OumKalthoum a fasciné le monde arabe pendant des décennies, inspirant des chanteurs occidentaux comme Bob Dylan et Robert Plant.

Elle a cultivé la position de porte-parole pour diverses causes. Elle a plaidé pour le soutien gouvernemental de la musique et des musiciens arabes, elle a doté une fondation caritative et, surtout, après la défaite égyptienne de la guerre de 1967, elle a commencé une série de concerts nationaux et internationaux pour l’Égypte. Elle a voyagé à travers l’Égypte et le monde arabe, collectant des contributions et faisant don du revenu de ses performances au gouvernement égyptien. Ces concerts ont été très médiatisés et ont pris le caractère de visites d’État. Oum Kalthoum a diverti les chefs d’État, elle a visité des monuments culturels et, dans des interviews, a répété ses vues concernant l’importance du soutien à la culture arabe indigène. Plus qu’une musicienne, elle est devenue “la voix et le visage de l’Egypte”.

(Visited 21 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires