Assouan honore Magdi Yacoub en nommant une place en son nom

01-12-2019 09:31 AM


Les habitants du gouvernorat d’Assouan ont célébré mardi l’inauguration de la place ex-EgyptAir, l’une des plus vastes de la corniche du Nil, au nom du “Dr. Magdi Yacoub” en l’honneur de ses efforts. Sur cette place a été érigé un buste du célèbre chirurgien.

L’ex-gouverneur d’Assouan, Ahmed Ibrahim, a accompagné le Dr Magdi Yacoub lors du dévoilement de sa statue au milieu de sa place, en présence de sa fille Liza Yacoub, du concepteur du buste Dr Mohsen Sélim et du Dr Ahmed Ghallab, président de l’Université d’Assouan, le Dr Atallah Hashad, directeur de la filière de l’académie arabe, en plus de nombreux responsables de la sécurité, de l’exécutif et de la communauté, ainsi qu’une présence publique importante.

Le Dr. Magdi Yacoub a exprimé ses remerciements au peuple d’Assouan, en particulier au gouverneur pour ce geste aimable qui reflète l’essence authentique des fils de cette ancienne province. «Ce n’est pas inhabituel pour le peuple égyptien et le leadership politique qui apprécie la science et les scientifiques à un stade où la nation a besoin de chaque main pour construire, édifier et servir les simples», a-t-il dit.

Dr Yacoub a expliqué que son invitation par le président Abdel Fattah El-Sissi à participer à l’inauguration du système d’assurance-maladie intégré et de le charger de superviser l’unité cardiaque d’enfants à l’hôpital Al-Nasr à Port Saïd confirmait toutes ces significations nationales.

Pour sa part, le gouverneur Ahmed Ibrahim a confirmé que l’attribution du nom du docteur Magdi Yacoub figurait comme «honneur et reconnaissance pour son travail et ses services rendus à l’humanité, au peuple égyptien et aux habitants d’Assouan, comme modèle et offre illimitée de l’un des scientifiques les plus éminents de sa génération dans le domaine de la médecine».

Magdi Habib Yacoub, né le 16 novembre 1935 à Bilbéis est un chirurgien cardiothoracique britanno-égyptien, pionnier et spécialiste des transplantations cardiaques et pulmonaires au Royaume-Uni.

Fils de chirurgien, il étudie à l’université du Caire et devient médecin en 1957. Il déménage à Londres en 1962, puis enseigne à l’université de Chicago. En 1973, il devient chirurgien cardiothoracique à l’hôpital de Harefield, à Londres. L’année suivante, avec le Dr Fabian Udekwu, il effectue la première opération à cœur ouvert au Nigeria.

Sous la direction de Magdi Yacoub, l’hôpital de Harefield démarre un programme de transplantation en 1980, mettant fin à un moratoire d’une douzaine d’années faisant suite aux premiers essais de Donald Ross en 1968. En une décennie, Yacoub et son équipe réalisent un millier d’opérations et l’établissement devient le leader britannique de cette discipline. En 1983, le Dr Yacoub réussit la première transplantation cœur-poumon au Royaume-Uni. En 1986, il est nommé professeur à l’Institut national du cœur et du poumon, à l’Imperial College School of Medicine (Londres). En 1988, il réalise un triple pontage coronarien sur le premier ministre grec Andreas Papandreou, ce qui lui sauve la vie.

Il cesse de réaliser lui-même des opérations chirurgicales en 2001 et devient consultant en transplantation cardiaque.

Le professeur Sir Magdi Yacoub, chirurgien cardiaque renommé, est considéré comme une divinité virtuelle dans son Egypte natale. Aujourd’hui, avec son équipe d’experts britanniques, il a le pouvoir de donner la vie, ou du moins la chance de le faire, à ces enfants, qui comptent parmi les plus pauvres et les plus malades du pays. Leurs parents les ont amenés ici à l’hôpital international de Louxor en masse, beaucoup voyageant sur des centaines de kilomètres dans des bus et des trains, désireux de faire la queue pour une consultation de 20 minutes avec des cardiologues qui évalueront si leur enfant peut être aidé. S’ils ont de la chance, ils seront immédiatement opérés et probablement guéris à vie. Si ce n’est pas le cas – si leur maladie cardiaque est tellement avancée qu’ils ne peuvent plus bénéficier de la chirurgie – leurs parents sont discrètement pris à part et on leur dit que rien ne peut être fait; leur enfant va mourir. C’est la pire partie d’une mission de la chaîne de l’espoir. Chain of Hope est une organisation caritative britannique créée par le professeur Yacoub en 1995 pour fournir un traitement cardiaque gratuit aux enfants de pays pauvres ou ravagés par la guerre. Parfois, des enfants malades sont amenés chaque année en Grande-Bretagne en provenance de pays tels que l’Autorité nationale palestinienne, l’Afrique de l’Ouest, le Mozambique, la Jamaïque et l’Irak pour y être traités. Mais plusieurs fois par an, l’équipe, composée de deux chirurgiens, cardiologues, anesthésistes, infirmières de l’UIT, intensivistes et physiothérapeutes, qui se portent volontaires pour abandonner leurs vacances, partent en mission à l’étranger.

D’autre part, la fondation Magdi Yacoub pour les maladies cardiaques et la recherche a été fondée par le chirurgien Magdi Yacoub à Assouan dans le but de fournir des services médicaux gratuits au plus haut niveau aux Egyptiens, en particulier aux enfants moins fortunés. La fondation a également pour objectif de former de jeunes médecins et infirmiers conformément aux normes médicales internationales les plus strictes et de développer la recherche dans le domaine des sciences fondamentales, appliquées et biomédicales (notamment la génétique, les protéines et le métabolisme alimentaire).

Les objectifs les plus importants du centre sont de créer une nouvelle génération de chirurgiens cardiaques formés au plus haut niveau, tout en fournissant des services médicaux au plus grand nombre possible de patients. La direction du centre a travaillé à augmenter de 35% le nombre de médecins travaillant avec le service de chirurgie en 2013 par rapport à 2012.

Le bâtiment et le terrain sur lequel se trouve le centre appartiennent à l’hôpital universitaire d’Assouan, mais le centre a le droit de l’utiliser pendant 30 ans.

A noter qu’environ 25 000 enfants naissent chaque année avec une maladie cardiaque en Egypte.

Cette statistique ne concerne que les enfants, mais il y a néanmoins une crise majeure en raison du nombre croissant de patients cardiaques en Égypte.

Selon les statistiques établies entre 2009 et 2013, le département de chirurgie à cœur ouvert comprend deux suites équipées selon les normes internationales les plus strictes, deux suites pour soins intensifs et une suite pour enfants.

La suite des enfants contient 10 lits pouvant accueillir des patients post-opératoires, en particulier ceux qui se trouvent dans des situations complexes et critiques. Il y a une autre suite pour adultes, qui contient 13 lits.

Le service des patients hospitalisés contient 28 lits, 14 pour les enfants et 14 pour les adultes.

La section des hospitalisations pour enfants abrite des activités et des jeux pour enfants et est conçue avec des couleurs vives afin de minimiser les impacts psychologiques négatifs que la chirurgie peut avoir sur les enfants.

La clinique externe du Département de chirurgie a atteint 1 885 personnes sans rendez-vous en 2013, soit une augmentation de 130% par rapport à 2012.

Le département de cathétérisme cardiaque diagnostique et thérapeutique comprend deux laboratoires. Ils sont équipés d’outils qui renforcent les endoprothèses cardiaques modernes et d’une imagerie tridimensionnelle des artères coronaires afin de réaliser des chirurgies de cathéter plus complexes pour enfants et adultes.

Il y a aussi deux suites comprenant neuf lits pour les soins postopératoires après cathétérisme cardiaque.

Le service de radiologie est l’un des départements les plus dynamiques. Les médecins s’appuient sur lui pour le diagnostic, qu’il soit avant ou après une intervention chirurgicale. La direction du centre tenait donc à fournir les derniers appareils offrant le meilleur diagnostic possible.

Le laboratoire du centre fonctionne 24 heures sur 24 pour fournir un service au plus haut niveau, tant pour les patients ambulatoires que pour les patients admis au centre cardiaque.

La pharmacie du centre travaille également toute la journée pour s’assurer que les médicaments nécessaires sont disponibles pour les patients. Le rôle de la pharmacie ne se limite toutefois pas à fournir des médicaments; il fournit également des services de pharmacie clinique. Ce rôle permet au pharmacien clinicien de fournir des soins médicaux aux patients de l’unité de soins intensifs en collaboration avec des médecins et d’autres spécialistes.

Le Professeur YACOUB est l’auteur de plus de 1050 articles originaux dans des revues internationales, telles que New England Journal of Medicine, Science, Circulation ou Proceedings National Academy of Sciences. Il a rédigé et édité plusieurs livres. Il est éditeur ou co-éditeur de nombreuses revues internationales, telles que Circulation, European Heart Journal ou Journal of Heart and Lung Transplantation.

Il est membre de plus de 20 sociétés savantes, ainsi que de la Royal Society of Medicine et de l’Institut de France, Académie des Sciences. Il a obtenu une dizaine de prix prestigieux, donné de nombreuses conférences honorifiques (« distinguished lectures »), et est porteur du titre de Docteur Honoris Causa de plusieurs Universités dont celles de Cardiff (Grande-Bretagne), de Lund (Suède) et du Caire (Egypte).

La nature douce et affectueuse de Sir Magdi, ainsi que son intégrité, sa loyauté et son dévouement à l’égard de son pays et de ses compatriotes, l’attachèrent à des millions d’Égyptiens qui l’avaient appelé à juste titre «Prince des cœurs».

Bien que Sir Magdi ait lui-même pris sa retraite il y a quelques années, il continue à proposer ses services de conseil dans le domaine où il a excellé et pour lequel il a acquis une renommée internationale. Après le succès du Centre cardiaque d’Assouan, il a établi une autre succursale du centre également à Assouan et a collaboré avec le ministère de la Santé pour offrir aux médecins et aux infirmières égyptiennes des formations médicales de haut niveau.

(Visited 260 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires