Message pascal du Pape Tawadros centré sur l’amour du Christ

02-05-2019 01:00 PM


Message pascal du Pape Tawadros centré sur l'amour du Christ

Le Pape Tawadros II, Pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint-Marc a présidé la messe de Pâques samedi 27 avril à la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc d’Abbassia, en présence d’un représentant du président Abdel Fattah al-Sissi, un certain nombre de ministres, de hauts responsables de l’État, de nombreux hommes de religion chrétienne et islamique, des personnalités publiques et de larges masses de fidèles coptes.

La liturgie consistait en des prières rituelles de la joie pascale, la procession de la Résurrection et l’homélie du Pape.

Dans son sermon pascal, le Pape Tawadros II s’est exprimé en ces termes: “Je vous présente mes vœux pour cette fête qui est la première de nos joies. En effet, notre Foi et nos croyances en la Résurrection sont la base du christianisme. Lorsque nous contemplons les événements de Pâques, nous voyons ces trois jours: Vendredi, Samedi et Dimanche. Le vendredi de la crucifixion ou vendredi saint. Le samedi de l’attente, celui de la joie. Le dimanche de la Résurrection, celui de la victoire. Revoyons ensemble ce qu’a écrit l’apôtre saint Paul parlant du christianisme. Il était un philosophe et un grand théologien. Dans ses épîtres il a écrit beaucoup de choses au sujet du Christ, de l’Eglise, de la Résurrection et de la Vie éternelle.

Dans sa première épître aux Corinthiens, au chapitre 13, il a rédigé un hymne mémorable de 13 versets sur l’amour, la charité. Dans le dernier verset il parle de: «la Foi, l’Espérance et la Charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité» (1Co 13:13). Ces trois notions correspondent aux trois jours qui ont modifié l’histoire du monde et la vie de l’humanité.

Le premier jour est celui de la Crucifixion, c’est-à-dire le vendredi. C’est celui qui dans les épîtres de saint Paul symbolise la Foi. Le jour de la Crucifixion est celui de la Foi. Notre Seigneur Jésus-Christ a été mis sur la Croix. Dans nos prières nous disons: Ô Toi qui au 6ème jour à la 6ème heure a été cloué sur la croix pour nous tous. Cette Croix sur laquelle notre Seigneur a été crucifié est une déclaration. Ainsi, dans le Cantique des cantiques il est dit: «Mon bien-aimé est blanc et vermeil: on le distingue entre dix mille!». Le blanc symbolise la pureté et le rouge (vermeil) le sang de la rédemption. “Mon bien-aimé se distingue parmi dix mille” cela indique qu’Il est élevé comme un drapeau. Ainsi, la Croix fut dressée comme une bannière lorsque notre Seigneur Jésus-Christ a été crucifié sur le Golgotha. Le jour de la Crucifixion est le jour de la Foi et notre Foi suit la règle de la Croix. Comme dit saint Paul: «Avec le Christ, je suis crucifié, je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi». Le vendredi nous a enracinés dans le Christ Rédempteur et Sauveur de tout être humain.

Lorsqu’avec moi vous vous tenez devant la Croix, souvenez-vous du centurion. Quand le côté du Christ fut transpercé avec la lance, il en sortit du sang et de l’eau. Alors le centurion fit sa déclaration bien connue: «Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu!» (Mt 27:54) La confession du centurion, qui était romain, était celle du monde païen concernant le sacrifice du Christ pour l’humanité. La base de votre Foi est la Croix, celle sur laquelle notre Seigneur fut suspendu. Le Christ a transformé la Croix, qui était le symbole de la honte, de l’humiliation et de la mort.

Elle était l’outil que cette dernière était donnée. Le Christ l’a changée en outil de gloire et d’honneur ce qui fait toute notre fierté. Ainsi le vendredi de la Crucifixion est celui de la Foi.

Puis vient le Samedi saint, celui de la joie. Nous l’appelons aussi le samedi de l’attente, ou de l’espérance. C’est l’expression qu’a utilisé saint Paul l’apôtre: le jour de l’espérance. Le Christ a été crucifié, Il est mort sur la Croix, puis a été mis au tombeau. Les disciples et tous ses bien-aimés attendaient dans l’espérance de la Résurrection. C’était le jour de l’espérance comme le Christ en a parlé dans ses derniers discours à ses disciples. Il était rempli d’espoir, mais en même temps il était plein d’inquiétude, de crainte et de patience. Une peur qui envahissait l’âme des disciples et celle des autres bien-aimés. Il a été mis au tombeau, mais où est-il? C’était le samedi de l’espérance. C’est celui au cours duquel nous lisons le livre de l’apocalypse lors de la veillée qui lui est consacrée. Nous lisons l’attente pour sortir de l’ombre vers la lumière, pour quitter le monde pour l’éternité. C’était le jour de l’espérance.

Puis vint l’aube du Dimanche qui est le jour de la Résurrection. C’est le jour de l’Amour, de la Charité. Ecoutons ensemble ce que dit saint Paul: « la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.» Saint Paul déclare avec force: «Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en devenant semblable à lui dans sa mort. » Dieu n’a pas laissé les âmes vivre dans l’inquiétude, la tristesse ou la douleur. Il ne les a pas laissées dans cet état. Dieu est venu pour ressusciter à l’aube du Dimanche. Sa Résurrection a été la manière la plus puissante pour qu’Il exprime son amour pour le genre humain.

Tous les jours, nous commençons la journée par la prière de l’aube qui est la commémoration de la Résurrection. Chaque semaine nous prions le Dimanche, qui est aussi la commémoration de la Résurrection du Christ à l’aube du dimanche. Le Dimanche est devenu pour nous une fête hebdomadaire. Nous pourrions aussi l’appeler la fête de l’Amour divin que Dieu a versé en nos cœurs. Saint Paul dit dans son épître aux Romains : « l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.»

Lors de son sermon, Sa Sainteté le Pape Tawadros II a prié pour que notre pays soit toujours en croissance, en progrès. Il a également prié pour les martyrs du monde entier et ceux de nos nations, ainsi que pour les blessés afin que Dieu puisse les guérir et les garder.

Le Pape a indiqué l’existence de plusieurs formes d’amour. La première étant l’amour du bien. La deuxième forme est l’amour de la vie et de la nature, la troisième forme est l’amour de l’autre et pas seulement l’acceptation de l’autre, concrètement et pas par des paroles et ce genre d’amour oblige l’homme à servir les autres, soulignant qu’à partir de ce principe sont apparues les cultures du volontariat et du service aux autres.

Dans son homélie, le Pape a souligné que cet amour est la résurrection et qu’elle témoigne désormais de la foi, de l’espoir et de l’amour, éléments essentiels d’une vie réussie. La foi et l’espoir sur terre et l’amour sur terre s’étendant jusqu’au ciel.

Il a enfin déclaré: “La conclusion est que la résurrection consiste à attester et à implanter l’amour dans le cœur des hommes afin de servir tous les êtres humains et de répondre à leurs besoins, même si le monde est rempli de péchés, de violence, de crimes et de terrorisme. Le remède ne peut être effectué que par un amour capable de satisfaire le cœur humain.”

Au terme du sermon, le Pape a dit: «Mes bien-aimés, je vous présente tous mes vœux et j’espère que cette fête soit pour vous une source de bénédictions et de joies. Que nous ressentions en cette fête la Foi, l’Espérance et la Charité; mais la plus grande des trois, c’est la charité. C’est l’amour du Christ qu’il a répandu pour chacun d’entre nous”.

(Visited 24 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires