L’Egypte intervient après l’attaque israélienne contre des moines coptes à Jérusalem

25-10-2018 12:13 PM


Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et l’ambassade d’Égypte à Tel-Aviv ont suivi l’évolution de la situation à Deir el-Sultan. Le moine Makarios de Jérusalem a été libéré après son arrestation et l’assaut sur les moines et le reste des manifestants.

Le Pape Tawadros II, Pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint Marc, a affirmé que les autorités égyptiennes s’intéressaient à la question de Deir al-Sultan à Jérusalem en tant que question nationale égyptienne et pas seulement un problème d’église. Le ministère égyptien des Affaires étrangères et l’ambassadeur égyptien à Tel Aviv ont tenu plusieurs réunions pour discuter des moyens de rétablir la propriété du monastère pour l’église égyptienne.

Dans son sermon hebdomadaire mercredi soir à la cathédrale de l’archange Michel, en présence des évêques du Saint-Synode, ainsi que des prêtres et du rassemblement des fidèles, le Pape Tawadros II a remercié le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et l’ambassade d’Égypte à Tel Aviv. Il a expliqué qu’il était en contact direct avec l’évêque et l’église de Jérusalem, soulignant que l’église éthiopienne était une église sœur et que nous ne voulions pas perturber les relations, et que tous les documents sont en faveur de l’église égyptienne ainsi qu’une décision judiciaire en notre faveur, ajoutant que le problème avec la politique change beaucoup de choses.

Le Pape a lancé un appel à toutes les parties concernées pour qu’elles résolvent cette question de manière rationnelle sans aucun problème pour aucune des parties.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a condamné mercredi, dans un communiqué, les actes de la police israélienne à l’encontre des moines coptes, et appelé au “respect nécessaire des lieux sacrés”, tout en précisant être en contact avec les responsables de l’église et les autorités israéliennes.

La police israélienne a délogé mercredi un sit-in de moines chrétiens coptes qui protestaient sur le parvis du Saint-Sépulcre à Jérusalem contre des travaux effectués dans un monastère adjacent dont ils revendiquent la propriété.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des policiers israéliens plaquer au sol un moine copte puis l’emmener, menotté, en le transportant par les bras et les jambes, sur le parvis du lieu le plus saint du christianisme.

Depuis mardi, une trentaine de moines coptes orthodoxes organisaient un sit-in pour empêcher l’accès des ouvriers à un chantier de rénovation de Deir el-sultan, un monastère se trouvant sur le toit du Saint-Sépulcre. Ils revendiquent la propriété de ce bâtiment qu’Israël a cédé aux Ethiopiens en 1970.

Début octobre, le gouvernement israélien a informé l’Eglise copte qu’il allait mener des travaux de restauration dans le bâtiment sans que les moines orthodoxes ne puissent les superviser..

L’intervention des policiers israéliens revêt une sensibilité particulière à Jérusalem et dans la Vieille ville où se trouvent les lieux les plus saints des chrétiens, des musulmans et des juifs, à quelques centaines de mètres les uns des autres.

Le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a condamné dans un communiqué l’intervention de la police israélienne, dénonçant “la poursuite de l’ingérence israélienne dans le statu quo sur les lieux saints”, ainsi qu’une “agression contre les peuples d’Egypte et de Palestine”.

Le Waqf jordanien, qui administre l’Esplanade des Mosquées, a exprimé sa solidarité avec les Eglises de Jérusalem et condamné dans un communiqué “l’ingérence” israélienne dans les affaires des églises, qui vise selon lui “à judaïser la ville et à changer son caractère arabe islamique et chrétien”.

Le monastère remonte à l’empereur romain Constantin le Grand qui l’a construit en 335. Il est situé dans l’enceinte de la vieille ville de Jérusalem, sur le toit de l’église du Saint-Sépulcre. Au 7ème siècle, il fut accordé à l’église copte par le sultan omeyade Abdel-Malek Ben Marawan (684 – 705); d’où son nom de Deir el-Sultan. Au XIIe siècle, Salah al-Din al-Ayyoubi, connu sous le nom de Saladin, a confirmé son appartenance à l’Église copte, un fait resté incontesté jusqu’à l’époque moderne, lorsque des moines éthiopiens tentèrent de s’en emparer.

Le monastère s’étend sur environ 1800 mètres carrés sur le toit de l’église du Saint-Sépulcre. Il fait partie du patriarcat copte orthodoxe de Jérusalem et comprend un passage qui mène directement à l’église du Saint-Sépulcre. Le centre de la cour du monastère est dominé par le dôme de l’église de Sainte-Hélène; sur le coin sud-est se trouvent deux vieilles églises: une consacrée au nom de l’archange Michel et l’autre au nom des quatre créatures incorporelles. La partie orientale abrite des cellules de moines et une salle pour le directeur du monastère, un moine copte.

Le monastère fait l’objet de conflits depuis avril 1970, lorsque des moines invités éthiopiens accueillis par les coptes au monastère profitèrent du fait que les coptes étaient absents pour célébrer la messe à la fête de la Résurrection, changèrent les serrures des escaliers reliant le monastère à l’église en-dessous, et pratiquement saisirent le monastère. Cela a été fait avec l’approbation du gouvernement israélien et sous la protection de l’armée israélienne. A cette époque, l’Egypte et Israël étaient en guerre.
Le métropolite copte de Jérusalem a directement porté l’affaire devant les tribunaux. Le 16 mars 1971, la Cour suprême d’Israël s’est prononcée en faveur de l’Église copte. Elle a décidé à l’unanimité que les clés du passage et les deux églises du monastère seraient remises aux coptes. À ce jour, toutefois, et malgré les nombreuses plaintes officielles et les rapports des coptes, le gouvernement israélien s’est abstenu d’exécuter la décision de justice.
L’histoire des moines éthiopiens remonte à 1654, lorsqu’un groupe d’entre eux chercha temporairement refuge auprès de l’Église copte, car leurs locaux avaient été transférés sous la garde des églises grecques et arméniennes de Jérusalem, vu que l’église éthiopienne n’était pas capable de payer ses impôts dus. Les coptes acceptèrent les Éthiopiens et les hébergèrent à Deir el Sultan d’où ils ne furent jamais chassés mais restèrent en tant qu’invités. Même lorsque l’église copte a dû rénover le monastère en 1820 et ainsi expulser ses habitants, les Éthiopiens ont de nouveau été admis comme hôtes lorsque l’endroit a été rendu habitable en 1840. À cette époque, l’église éthiopienne faisait partie de l’église copte.
L’année 1850 marque le début de ce qui allait devenir une bataille interminable des moines éthiopiens pour s’emparer du monastère. Cependant, dans chacune de ces nombreuses tentatives, les coptes ont prouvé de manière irréfutable qu’ils revendiquaient le monastère et y ont donc été habilités par les autorités de Jérusalem. C’est-à-dire jusqu’en avril 1970. Depuis lors, les autorités israéliennes ont pris une position hostile à l’égard des droits de l’Église copte au monastère, au point de refuser d’exécuter la décision du tribunal de 1971 en faveur des Coptes.

(Visited 20 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires